Test 2Dark, un survival-horror dans un pur style rétro !
8.3
Où le trouver

Aujourd’hui, j’ai décidé de te parler d’un jeu qui a réussi à me hype avec un style purement rétrogaming et qui t’amène dans un univers nostalgeek ! On se retrouve donc dans un test du jeu-vidéo 2Dark qui est un Survival-Horror assez particulier pour plusieurs raisons à mes yeux. On n’est pas sur un jeu triple A, mais un jeu indépendant avec un financement participatif qui a permis la sortie de ce jeu. De plus, on se trouve dans un jeu flippant, mais aussi avec de la réflexion. Alors nous voilà partis dans le jeu 2Dark.

Test 2Dark : à la recherche d’enfants disparus !

Un détective qui n’a pas peur du noir !

2dark - Collector's Edition
  • Affrontez 6 psycopathes dans leurs repaires respectifs et sauvez les enfants de leurs griffes
  • Un gamelay inédit mélangeant le survival horror, l'infiltration, l'action et la stratégie
  • Un véritable défi qui mettra votre patience et vos nerfs à rude épreuve. Des heures de jeu en perspectives !
  • Des graphismes innovants entre 3D et pixel
2 Dark, édition limitée pour XBOX ONE
  • • Un gamelay inédit mélangeant le survival horror, l'infiltration, l'action et la stratégie
  • • Un véritable défi qui mettra votre patience et vos nerfs à rude épreuve. Des heures de jeu en perspectives !
  • Des graphismes innovants entre 3D et pixel
  • • Affrontez 6 psycopathes dans leurs repaires respectifs et sauvez les enfants de leurs griffes

Ce jeu nous permet d’incarner Smith, un détective ou plutôt un ancien détective qui a été clairement mis à pied. Pourquoi ? Parce qu’il a mis à tabac des kidnappeurs présumés d’enfants. Mais ce n’est pas tout, le 13 juin 1969, le pauvre homme a perdu sa femme (assassinée) et ses enfants ont été enlevés. On comprend bien que Smith n’est pas le plus chanceux.

L’histoire commence alors dans la ville de Gloomywood qui n’est pas à l’abri ces derniers temps suite à une série de disparitions d’enfants qui inquiète les citadins et les autorités, mais rien ne permet de retrouver ces enfants disparus. Il n’en faut pas plus à notre détective pour partir à la recherche de ces enfants disparus.

Alors pourquoi le titre du jeu est 2Dark ? Parce que l’on plonge tout simplement dans un univers très sombre, presque totalement sombre sans lueur d’espoir pour la perte de ces enfants. En tout cas, c’est ce que l’on peut imaginer lorsque l’on débute l’aventure. On verra bien ce que la suite nous réserve.

À la manière de certains polar ou thriller, on est plongé dans l’histoire avec un conteur qui n’a de cesse que rendre le scénario oppressant et terrifiant. On s’aperçoit alors vite que la disparition des enfants n’est pas le seul sujet traité dans le jeu, on y retrouve de la torture physique et psychologique, des meurtres, tout cela a pour effet que de rendre le jeu encore plus stressant et angoissant.

Alors, on sent un sentiment de peur se mêler à de la curiosité à chacun des indices que l’on récolte, à chacune des avancées que l’on fait dans l’histoire. Et le style de graphisme choisi dans ce jeu n’est pas là pour rendre le joueur moins oppressé bien au contraire. Un seul souhait au final, trouver une échappatoire à ce récit sordide qui nous donne envie d’arrêter le jeu même lorsque l’on sait que l’on se trouve dans un survival-horror.

Alors que faire ? Laisser la peur nous envahir au fil du temps et parcourir le jeu avec ce sentiment qui nous glace le dos pour au final se sentir soulagé lorsque le jeu est terminé. Pour les passionnés du genre, ils trouveront forcément leur compte.

Smith va devoir sauver le plus d’enfants possible, mais aussi trouver des indices pour trouver les coupables de ces abominations. Au final, une quête qui se veut complexe par le gameplay et la manière d’aborder l’histoire. On peut soit agir discrètement pour s’infiltrer au travers de chacun des kidnappings soit agir avec violence. Dans tous les cas, le détective se fera remarquer par les journalistes et fera forcément la une des journaux, considérés comme un héros ou un meurtrier, le jeu s’adapte à chacune de nos actions !

En quête mais en garde

Tu l’auras compris en débutant le jeu, il s’adapte à ton style de jeu, à ta manière de jouer, mais il possède aussi un aspect propre au style du Survival-Horror avec les mécaniques habituelles que l’on y retrouve. Pour cela, on aura donc droit à des scènes d’actions, de l’infiltration et des énigmes pour comprendre la trame de l’histoire. Un aspect très puriste en quelques sortes qui rappelle les jeux d’une autre époque où rien n’était simple au final surtout dans les jeux d’horreurs !

L’axe principal du jeu est de se tourner dans l’obscurité qui est une arme importante du jeu permettant la dissimulation et surtout l’infiltration rappelant des jeux comme Heart Of Darkness ou Alone In the Dark sorti sur PS1. Et c’est bien normal au final surtout pour ce dernier vu que le créateur de 2Dark soit aussi le créateur d’Alone In the Dark ! En effet, c’est bel et bien Frédérick Raynal qui a créé cet univers qu’il connaît si bien. Il a su alors mêler l’obscurité à la lumière en faisant des armes, des outils forts pratiques dans les différentes phases de jeu.

Clairement on n’est pas dans un jeu bourrin comme on peut le trouver sur les différents jeux d’horreur que l’on retrouve de nos jours comme un Resident Evil par exemple. Cela a pour effet d’obliger le joueur à être plus dans la réflexion et l’infiltration sous peine de recommencer des niveaux indéfiniment. Au final, le résultat est là, on se trouve à tuer des ennemis dans le dos, à chercher à se cacher dans chacune des zones d’ombres et la peur de se retrouver face à un ennemi nous prend rapidement.

La quête du moindre indice est aussi cruciale pour pouvoir terminer le jeu avec le nom du coupable. On va donc être obligé de fouiller toutes les zones du jeu pour trouver les différents items qui nous seront utiles pour la suite de l’aventure. Cela n’est d’ailleurs pas sans conséquence, car chacun des items récoltés permettra de modifier aussi le fil de l’aventure lors d’évènements rencontrés. Je ne t’en dis pas plus, mais tu pourras très facilement te déguiser ou empoisonner de la nourriture. Une liberté étendue pour ce survival-horror qui laisse le joueur clé en main.

 

La facilité n’est pas au rendez-vous en ce qui concerne l’inventaire, le fait de récolter nombre d’items amène le joueur à passer un certain dans l’inventaire afin de s’équiper et au final, cela a tendance à ralentir l’action et surtout le rythme. On devient alors agacé par cette gestion difficile des équipements et on essaie au maximum de ne pas changer d’objets pour se faciliter la vie et surtout rester dans l’ambiance du jeu. Mais en même temps, on se retrouve aussi parfaitement dans le style d’un jeu rétro qui cherche non pas la facilité, mais à imposer ce style contraignant que non pas connu les plus jeunes.

Pour continuer dans le style rétro des jeux vidéo, on se retrouve avec un nombre de munitions limitées, cela amenant à éviter au maximum les confrontations même si notre personnage Smith n’en a clairement pas peur et cela lui soulage même un peu l’esprit par moment.

Enfin à la manière d’un jeu que j’adore, Oddworld, lorsque l’on retrouve un enfant, il faut l’amener à nous faire confiance et pour cela quoi de plus utile qu’un bonbon ! Oui, un bonbon, cela fait très pédophile et glauque, mais c’est une manière d’amener l’enfant à nous faire confiance pour ensuite pouvoir lui donner des indications et autres tâches à exécuter (nous suivre, faire diversion et bien d’autres.)

La difficulté de 2Dark fera rager !

Pour donner un côté encore plus nostalgeek à ce jeu, la difficulté est bien présente comme je t’en ai parlé un peu plus haut avec des niveaux assez longs par moment, des munitions assez limitées, des tâches dans l’inventaire à répéter.

Mais ce n’est pas tout, tu connais la sauvegarde ? Il y en a, je rassure, mais elles ne sont pas automatiques, oublie les checkpoints ! Et rappelle-toi de sauvegarder régulièrement sans quoi, tu seras forcé de recommencer bien plus loin que prévu.

La difficulté est au rendez-vous et mourir deviendra presque naturel comme à l’époque des années 80 ou 90, avec un simple message sur chacune de tes morts certaines : 2Dead. Une vraie apologie au final d’une époque où la production d’un jeu était complexe avec qualités et défauts qui en ressortaient et au final donnaient aux joueurs un sentiment de frustrations et de fierté surtout lorsque le jeu se terminait. On pourra donc dire que dans cette lignée, 2Dark exploite chacune de ces ficelles et que seuls les joueurs en quête de difficulté s’aventureront jusqu’au bout.

Un style purement rétro dans les graphismes du jeu

C’est dans un style purement rétro que tu peux voir dans les images que vient encore une fois se conforter 2Dark. Un savoureux mélange de pixels apparaît sur l’écran rappelant l’époque du 8Bits et du 16Bits, une époque où les graphismes d’un jeu permettaient aux joueurs de se laisser imaginer un résultat plus concret des paysages, des personnages. Mais aussi, bien évidemment, ce n’est qu’un hommage et le style si particulier n’est pas complètement respecté avec des graphismes plus poussés, propres et soignés donnant un rendu fort agréable, mais qui par moment retombe dans les travers habituels d’un manque de visibilité certain qui fait galérer un peu plus le joueur à la recherche d’indice dans un nombre trop « dark » !

difficulté 2Dark

Enfin un des points qui n’a pas été négligé par le studio Gloomywood est la bande-son du jeu avec un travail d’excellente qualité qui nous transporte directement dans cet univers sombre et angoissant. C’est à mes yeux un sans-faute au niveau de la musique angoissante, des bruits de pas, des interrupteurs que l’on déclenche ou le bruit des armes, toute l’ambiance du jeu a été construite et parfaitement maîtrisée !

Conclusion
Au final, le jeu est réussi sur de nombreux points, entre la narration aux petits oignons mais aussi une bande son cinglante et un style rétro que de nombreux joueurs pourront apprécier.
Narration9
Gameplay7
Bande Son8
Graphisme9
Note des lecteurs2 Notes4
Points Positifs
Un style rétro vraiment excellent
Bande Son excellente
Histoire très bien pensée qui fait peur
Un survival horror comme on les aime
Un savoureux mélange entre l'infiltration, le suspense et le survival-horror.
Points Négatifs
Un style rétro avec ces défauts
Une difficulté grandissante et frustrante
Un inventaire complexe à manier
8.3
Où le trouver




Leave a Comment