Difficulté de recruter des femmes : Bonnie Ross en parle

L’industrie du jeu vidéo lutte contre les inégalités et les préjugés qui sont trop souvent relayés. Et c’est toujours dans ce sens que je souhaite communiquer avec vous. Mais il y a un constat que l’on peut faire et comme le fait aussi Bonnie Ross qui est la vice-présidente Corporate de Microsoft Studios mais aussi la fondatrice de 343 Industries, c’est que les femmes ne sont pas suffisamment présentes dans le domaine du gaming.

Bonnie Ross, c’est exprimé lors de l’émission 60 minutes de CBS News afin de parler du jeu vidéo en général mais aussi de la difficulté à recruter des femmes dans les studios. En effet, le fossé est important et c’est dans ce sens qu’elle souhaiterait engager plus de femmes dans son studio. Alors qui sont les responsables de ce manque de femmes dans le domaine ?

Recruter des femmes dans le gaming : difficile ? Impossible ?

Bonnie Ross Femme développeuse de jeu vidéo

 

Alors si cela est difficile, cela n’est pas impossible : on pourrait citer Amy Hennig ou Bonnie Ross comme exemple qui ont su faire leur place dans un domaine très concurrentiel et donc difficile d’accès que ce soit pour les hommes comme pour les femmes. Il est vrai cependant que l’on trouve moins de femmes qui souhaitent intégrer des équipes de développeurs de jeux. Mais à mes yeux cela évolue, le jeu vidéo est un domaine encore assez jeune et pour que chacun puisse s’intégrer dans cette nouvelle structure, il faut commencer par des formations qualifiantes, choses qui n’existaient pas il y a encore quelques années.
C’est alors maintenant aux écoles de promouvoir la création de jeux afin de motiver des femmes qui aiment les jeux vidéo mais aussi l’art par exemple à intégrer les écoles pour par la suite pouvoir postuler dans ce domaine.

Selon Bonnie Ross, le premier problème qu’elle rencontre est celui d’un manque flagrant des candidatures. Elle explique que la parité n’est possible que si elle reçoit suffisamment de candidatures homme/femme et hélas, ce n’est pas le cas. Elle vient même à dire que certaines offrent d’emplois sont complètement vides de CV de femmes. Pourtant la demande est importante et le marché plus qu’ouvert mais il est difficile de trouver des femmes qui postulent à ces postes. Dès lors les femmes qui rentrent en stage chez Microsoft et autres acteurs du secteur se voient proposer un poste en CDI à temps plein par la suite.

Chez les hommes, les chiffres sont en train d’augmenter. Nous avons de plus en plus recours à l’informatique. Mais chez les femmes, cela diminue. Bien souvent, il n’y a même pas moyen d’amener une femme à un poste spécifique, car les candidates ne sont tout simplement pas là. Ces femmes (…) ouvrent toutes les portes parce que nous les voulons toutes, et elles sont si peu nombreuses et elles sont incroyablement talentueuses. Il n’y en a tout simplement pas beaucoup.

De l’autre côté, il faut aussi dire que les femmes sont plus proches d’un aspect créatif et donc préfèrent postuler à des postes dans le domaine de l’art et de la création que dans l’informatique où elles sont moins à leurs aises. Elles estiment d’ailleurs que l’informatique n’a pas d’aspect créatif !

Quand on leur pose des questions sur l’informatique, ils ne la considèrent pas comme créative. Je pense donc que nous devons relier les points. Parce que c’est incroyablement créatif, c’est juste que nous ne faisons pas un bon travail en montrant ce qu’ils peuvent en faire (de l’informatique).

On se retrouve donc dans un marché actuel qui propose de nombreux emplois mais qui ne trouve pas suffisamment de femmes pour permettre une parité entre les 2 sexes. C’est dans la manière de proposer les formations que cela coince mais aussi dans un manque flagrant de candidatures proposées. Heureusement, on est à une ère d’évolution et cela devrait changer progressivement.

Leave a Comment