Test et Avis de The Friends of Ringo Ishikawa : rétro, baston, dodo

Voici un petit jeu indépendant qui n’a que peu de prétentions dans le monde des jeux vidéo, il est presque passé inaperçu entre sa sortie sur PC via Steam et Nintendo Switch.

Laissons lui une petite chance. Dans cet univers mis en place par Yeo, on va être confronté au Japon moderne dans un quotidien très habituel avec des personnages reconnaissables et même stéréotypés.

Ce qui va frapper les premiers joueurs, c’est un style rétrogaming rappelant fortement les jeux sur les consoles d’époque.

Mon avis de The Friends of Ringo Ishikawa

C’est au travers de la vie d’un lycée que l’on va vivre notre aventure seulement un quotidien peu calme entre 2 bastons qui vont nous ramener bien tranquillement à la maison après avoir subit les foudres de nos rivaux. Au final, on déambule dans la ville et on fume une clope sans se prendre la tête.

Une ambiance assez particulière dans le jeu avec un effet retro dans le design, de la violence dans l’aventure puisque l’on est dans un beat’em all et pourtant on va ressentir très rapidement un sentiment de lassitude.

Les jeux rétros : un peu trop à la mode ?

Lorsque l’on souhaite créer un jeu vidéo et que l’on a peu de moyen, il est indéniable qu’il est plus facile de se baser sur un style rétro avec du pixel bien présent mais bien nécessaires pour permettre de se concentrer sur la bande-son, le gameplay ou l’histoire.

Mais pourtant, dans The Friends of Ringo Ishikawa, je trouve que l’ambiance que donne le style est plaisante. En effet, les graphismes sont agréables et donnent envie de jouer directement au jeu.

Design : le rétro dans la peau

Comme j’en parlais plus haut, il est plus facile et accessible pour les développeurs de produire un jeu en 2D dans un style rétro.

Pour autant, je trouve le rendu est vraiment intéressant et plaisant. Nous donnant facilement envie de nous projeter dans le jeu.

Baston de rue en mode pixel rétro

 

Mais c’est aussi forcément un point faible puisque le jeu ne peut pas produire un gameplay important et une profondeur de jeu comparée à des triples AAA.

On peut apprécier fortement la bande son du jeu qui est exemplaire et arrive à nous projeter dans l’ambiance.

Cela provoque aussi un problème, c’est que ce genre de jeux peut ne pas plaire à de nombreux joueurs.

Gameplay, Story de The Friends of Ringo Ishikawa

On se retrouve dans une réelle composition d’auteur qui n’hésite pas à rappeler GTO, dans un Japon moderne.

Pour autant, on peut vite se lasser par la redondance des événements, les objectifs qui sont peu claires et qui nous amène très rapidement à déambuler dans la ville sans but précis et à se bastonner contre des ennemis. On est dans un beat’em all quand même !

Beat'em All Ringo

On en vient à un point qui est fréquemment le talon d’Achille des petits jeux : le manque de profondeur, de gameplay qui amène forcément avec une lassitude plus grande et plus rapide avec peu de rebondissements.

Au final, The Friends of Ringo Ishikawa n'est pas mauvais, ni excellent. Il permettra aux joueurs de retrourner facilement quelques années en arrière dans un jeu rétro avec des graphismes très agréables. La musique arrive à nous transporter pour autant les enjeux sont peu présents.
Design7
Histoire4.5
Gameplay5
Bande Son6
Note des lecteurs0 Note0
5.6

Leave a Comment