A la découverte de la Xbox One

Nous y voilà, huit ans jour pour jour après le lancement de la Xbox 360 aux États-Unis, la Xbox One débarque enfin pour trouver sa place sous vos télévisions. Déballage de la console, mise en route, installation et prise en main des premiers jeux, on vous dit tout sur nos premiers jours avec la Xbox One.

Déballage

Fidèle à ses couleurs, la Xbox One est livrée dans un carton vert muni d’une poignée de transport en plastique. Une poignée bien utile car la boîte pèse un certain poids (environ 3 kilos rien que pour la console). Une présentation très sobre dévoile donc d’un côté la console, le pad et Kinect. Le message est donc clair avant déballage, la nouvelle Xbox One se constitue d’une trilogie indissociable. Le verso de la boîte affiche un écran de l’interface avec un Forza Motorsport 5 bien en évidence. Une interface qui rappelle fortement celle de Windows 8. Dernier point avant ouverture, l’image de l’interface affiche plusieurs mots clés : Games, TV&Movies, Music et Apps (on notera que cette image n’a pas été traduite en français, contrairement à l’interface qui ne correspond pas à cette preview !). Là encore un message clair, la Xbox One permet de jouer mais aussi de profiter de contenus et de fonctions multimédia.

Mise en route

L’ouverture nous permet de rassembler les différents éléments de la console, Kinect en tête et les câbles dont un câble HDMI (compatible 4K) et une alimentation externe. Sans être aussi volumineuse que celle de la Xbox 360,  on notera que Microsoft propose toujours une alimentation externe (contrairement à la PS4). La console est également fournie avec un casque micro pour le chat, doté d’une nouvelle prise qui vous interdit d’utiliser l’ancien modèle Xbox 360. C’est le prix à payer pour une qualité en très nette progrès.

La Xbox One est volumineuse. Comme vous pouvez le constater sur nos photos, elle est plus imposante que les premiers modèles de Xbox 360 et la dernière mouture peut même se cacher derrière. Un encombrement, et un poids, qui rappel celui des magnétoscopes VHS pour ceux qui ont connu. Si l’on parle de ces appareils c’est aussi parce que le design très anguleux de la machine n’est pas forcément des plus innovants, une boîte qui allie surface mat et surface brillante (sortez les chiffons à poussière) dont chacun est libre d’apprécier le résultat puisque c’est aussi et avant tout une question de goût. La connectique est complète avec une entrée audio optique pour un casque, deux prises USB 3.0 à l’arrière et une sur le côté, mais on notera surtout une entrée HDMI puisqu’il est possible de brancher sur la Xbox One tout appareil muni d’une sortie HDMI. Si l’utilisation de cette prise est avant tout destinée à votre Box TV, notez que rien ne vous interdit de brancher autre chose, comme votre Xbox 360 ou même… une PS4.

Kinect est lui aussi plus massif, plus carré et d’aspect il fait beaucoup moins fragile que l’ancien. La caméra intelligente de Microsoft n’est pourtant pas plus encombrante mais sa finition et ses proportions lui donne un aspect plus « costaud », moins jouet. Notez que la prise pour raccorder Kinect à la Xbox One est indissociable de la caméra et qu’il faudra prévoir quelques centimètres pour la poser au pied de votre télévision.

Le pad Xbox One
Depuis son annonce, la Xbox One divise et partage mais s’il y a bien un sujet qui a fait l’unanimité c’est son pad. Une manette de jeu qui reprend le design de la précédente tout en apportant de nombreuses améliorations. La prise en main est agréable avec un plastique qui ne glisse pas et des sticks creux et dotés d’un grip.  Notons que l’axe de ces sticks est un peu plus court, il faut donc faire des gestes plus courts qu’avant et vous aurez besoin de quelques minutes pour vous adapter à ce changement, en particulier pour les FPS et les jeux de courses. Même si à première vue cela n’est pas flagrant, la taille de cette manette est légèrement plus petite que la manette Xbox 360. Un détail qui pourrait gêner ceux qui ont des très grandes mains. L’ergonomie des gâchettes a été revues et leur forme est encore plus agréable qu’avant (oui c’est possible !). On regrettera cependant le cliquetis des gâchettes supérieures RB et LB pas franchement agréable à l’oreille et surtout que la manette, qui peut accueillir piles ou batterie, soit livrée avec des piles et sans le câble USB pour recharger. Un peu radin quand on vient de dépenser 500 euros sur la Xbox One. En revanche, les gachettes sont désomrais motorisées et disposent donc d’un léger retour de force assez bluffant dans un jeu comme Forza Motorsport 5. Une superbe réussite, qui surpasse la version précédente pourtant déjà remarquable.

La Mise à jour
Après avoir branché sa console, et l’avoir raccordée à votre TV, il faut encore brancher Kinect et votre Box TV si vous le souhaitez (c’est optionnel mais qui ne voudrait pas tenter cette nouvelle expérience?). Premier démarrage. On effleure la façade tactile de la console qui émet un son qui rappelle celui de la Xbox 360. Un écran vert Xbox One s’affiche à l’écran pendant de longues secondes. Aucun bruit ne sort de la console, on pourrait presque croire que la console est à l’arrêt mais non, c’est un fait, la Xbox One est incroyablement silencieuse. On est loin du bruit des premières Xbox 360 et de leurs lecteurs grinçants ! Le lecteur Blu-ray tourne lui aussi sans gêner, bref on voit que Microsoft a bien travaillé sur cet aspect. Un détail si vous êtes dans une grande pièce mais un confort indéniable pour ceux qui jouent dans des espaces plus réduits. Les dimensions de la console ont permis au constructeur de lui donner une ventilation efficace et surtout silencieuse. Un gage de fiabilité on l’espère.


Le premier effet Next Gen que vous allez voir s’afficher, c’est un message de mise à jour. Contrairement à ce que certains site ont annoncé, il faudra « seulement » télécharger 500 Mo de données. Un volume qui reste raisonnable selon votre connexion, mais une première étape un peu frustrante qu’on aurait bien aimé éviter. L’ère du tout connecté débarque dans l’univers des consoles.

L’interface

Note : les photos montrées ne sont pas représentatives de la qualité de l’image

Une fois la mise à jour obligatoire effectuée, on vous propose de créer un compte ou bien de récupérer votre gamertag existant. Notons d’ailleurs que la récupération de votre Gamertag et de toutes les informations qui y sont liées se fait quasiment instantanément, le temps de renseigner votre adresse email (compte Microsoft) et votre mot de passe et vous êtes connecté. On est très loin de la lourdeur de migration de votre compte d’une Xbox 360 à l’autre ce qui facilite donc l’un des concepts de la Xbox One : on peut se connecter à n’importe quelle console avec son gamertag et bénéficier de tous ses contenus (et de son interface personnalisée). Une étape d’identification très rapide ponctuée par l’enregistrement de votre visage (forcément souriant) par Kinect. Une fois cette étape passée, vous serez donc automatiquement détecté par Kinect à l’allumage de la console. Et donc connecté sur le bon profil. Mieux encore, Kinect reconnait les personnes qui sont enregistrées et peut donc gérer plusieurs profils dans la même session. Idéal pour les soirées de jeux entre amis où il suffit de se passer la manette pour se connecter sur le bon profil. Un calibrage de votre console vous permet enfin de tester sa connectivité avec votre TV. Désormais vous pouvez allumer votre Xbox d’une seule phrase et elle se chargera ensuite d’allumer la TV.  Il faudra pour cela choisir le mode de veille et non d’arrêt complet lors de votre configuration initiale.

Après cet enregistrement de votre profil, l’interface de la Xbox One se dévoile à l’écran. Les habitués des environnements Windows 8 et de la Xbox 360 seront en territoire connus puisqu’on retrouve le même principe de navigation par onglets principaux et par carrés à sélectionner. Pourtant, très vite, on se rend compte que beaucoup de choses ont changé par rapport à la Xbox 360. Par défaut on dispose de trois écrans : Accueil, épingles et marché. Pas d’onglet jeux par exemple ce qui peut étonner. Tout est donc plus ou moins mélangé entre les applications vidéos (Skype, You tube, Games DVR) et les jeux. Pour l’anecdote il nous a fallu quelques essais pour trouver comment utiliser un code promotionnel, puisqu’il s’agit désormais d’une application. La bonne surprise c’est que les codes sont aussi accompagnés de Code QR qui sont reconnus très facilement par Kinect ce qui vous évite de devoir rentrer manuellement ce code. Pour faire simple, désormais Xbox one considère toutes les applications au même niveau et ce qui est agréable quand on veut par exemple enregistrer une vidéo l’est moins quand on veut accéder à sa liste d’amis ou tout simplement répondre à une invitation à jouer. Des petits détails qui bousculent les habitudes des joueurs Xbox 360.

L’interface a vraiment été pensée pour Kinect et naviguer avec la voix est vraiment un plus appréciable. À tel point que si l’on essaie de trouver un élément sans passer par les commandes vocales la recherche est parfois laborieuse. Difficile de savoir si les habitudes que l’on a pris avec la Xbox 360 sont seules responsables de cette navigation un peu difficile mais reconnaissons que le tout n’est pas forcément très intuitif pendant les premières minutes. Les commandes vocales et gestuelles permettent heureusement de naviguer très vite, et surtout de trouver plus facilement certains éléments. La reconnaissance vocale est d’ailleurs très efficace si vous êtes dans une pièce au calme mais ne comptez pas trop sur sa précision si d’autres personnes sont à vos côtés. On passe alors de 100 % de commandes reconnues à moins de 75% ce qui est assez dommage et pas totalement convaincant. Les commandes gestuelles sont clairement plus précises que celles de la Xbox 360 mais il faut bien avouer que c’est finalement moins pratique (et plus fatigant) que de commander sa Xbox à la voix ou tout simplement depuis son pad. D’autant plus que certains gestes ont changé. Reste la possibilité d’utiliser une tablette et Smartglass qui se révèle très convaincante.


L’intégration de la Box TV est elle aussi très convaincante et s’insère naturellement dans l’interface. On bascule donc d’une simple phrase (ou d’une simple pression sur le bouton guide de la manette) entre la Télévision, le jeu en cours ou même la liste d’amis. Un vrai plaisir Next Gen accompagné de nombreuses nouveautés que nous vous détaillerons plus dans un dossier dédié. Sachez qu’une mise à jour devrait débarquer pour gérer un petit problème actuel de conversion entre le 60 Hz de la console et le PAL 50 Hz du signal TV. Notez simplement que les options de TV sont à ce jour encore réduites et que la lecture via votre Xbox One de la TV ne peut se faire que si votre signal TV sort depuis une BOX mais aussi depuis un décodeur TNT classique muni d’une prise HDMI. Cette dernière option a d’ailleurs l’avantage de ne pas vous monopoliser de la bande passante si vous êtes en ADSL et pas en fibre. Notez enfin que le mode « Snap /ancrage » permet d’afficher deux écrans en même temps, votre TV et un jeu par exemple, mais aussi une application. Idéal pour consulter les infos d’une série TV quand on cherche le nom d’un acteur avec Bing.

Juste un mot également pour rappeler que l’application Smartglass pour tablette (tout OS, Android, Windows Mobile et iOS) est disponible dans sa version Xbox One. Une super télécommande qui permet de naviguer sur votre interface ou encore d’afficher de nouvelles options de jeu pour certains titres. Une application très pratique et surtout beaucoup plus aboutie que la version Xbox 360.

Le partage de vidéos et d’images
Parmi les nouvelles fonctions de la Xbox One, le partage de contenu et de vidéos en particulier à été mis en avant par Microsoft. Vous pouvez en effet très facilement enregistrer des vidéos pendant que vous jouez. Deux options s’offrent à vous, soit par commande vocale vous demandez à la Xbox One d’enregistrer un passage. Soit vous le faite par l’application Games DVR (qui s’affiche alors en mode Snap / ancrez à côté du jeu). On peut enregistrer jusqu’à 5 minutes de jeu (à venir via le Games DVR) ou encore de courts extraits de 30 secondes juste en disant « Xbox enregistrez ». Un petit tour ensuite dans l’Upload Studio (à ne pas confondre avec upload qui permet uniquement de regarder vos vidéos ou celles de vos amis) permet d’habiller le tout et même de s’enregistrer via Kinect en mode multifenêtres.

On imagine déjà les tutoriaux qui vont fleurir grâce à cet outil vraiment bien pensé. Enfin, toutes ces vidéos peuvent être « téléchargées » (en fait uploadées) sur Skydrive pour être automatiquement sauvegardées sur le Cloud et disponibles sur votre PC ou encore votre tablette. Pas de partage automatique sur Facebook par exemple, contrairement à la PS4 mais en revanche on récupère sa vidéo pour ensuite en faire ce que l’on veut sur son PC (partage Youtube ou montage supplémentaire par exemple). Un outil très complet mais qui souffre lui aussi d’une navigation pas forcément intuitive. Quelques minutes de tests (et un dossier que nous vous ferons sur le sujet) devraient vous permettre de profiter pleinement de cette fonction.

Au rayon des applications vidéo notons que Skype est vraiment très agréable à utiliser et que le Kinect zoome automatiquement sur la personne qui parle dans la pièce filmée. Mieux encore, elle vous suit si vous vous déplacez. Là encore, on espère que toutes ces fonctions seront relayées par des innovations de gameplay dans les jeux à venir l’année prochaine.


Les jeux Xbox One
À sa sortie la Xbox One propose les jeux suivants :

  • Assassin’s Creed IV Black Flag
  • Battlefield 4
  • Call of Duty: Ghosts
  • Dead Rising 3
  • FIFA 14
  • Fighter Within
  • Forza Motorsport 5
  • Just Dance 2014
  • LEGO Marvel Super Heroes
  • Madden NFL 25
  • NBA 2K14
  • NBA LIVE 14
  • Need for Speed Rivals
  • Ryse: Son of Rome
  • Skylanders SWAP Force
  • Zoo Tycoon
  • Zumba Fitness World Party


De plus, les titres suivants seront disponibles exclusivement sur le marketplace Xbox :

  • Crimson Dragon
  • Killer Instinct
  • Kinect Sports Rivals Preseason
  • LocoCycle
  • Powerstar Golf
  • Xbox Fitness


Si vous ne le saviez pas encore, vous allez vite y être confronté : tous les jeux nécessitent une installation sur le disque dur pour se lancer. Cela signifie qu’il faudra patienter quelques minutes avant de profiter des titres Next Gen. Le temps d’attente varie d’un jeu à l’autre, Ryse : Son of Rome remportant la palme de la plus longue avec presque 15 minutes d’attente avant de tailler du barbare. Dans les faits, vous n’avez pas à attendre les 100 % d’installation pour jouer, là encore selon les jeux 5% voire 8% (Forza) seront nécessaires et suffisants pour lancer le jeu. Mais ce premier lancement ne vous donnera pas accès à toutes les options. Par exemple, toujours sur Ryse, on sera ensuite basculé sur une nouvelle installation du jeu, tandis que le mode multijoueurs de Battlefield 4 sera inaccessible tant que les 100 % du jeu ne seront pas installés. Vous voilà prévenus, si le 25 décembre vous avez une Xbox One sous le sapin, entre la mise à jour de lancement, le calibrage de Kinect et ces installations, vous ne pourrez pas zapper d’un jeu à l’autre en deux secondes pour montrer à toute la famille la puissance graphique de la Xbox One. Notez cependant (nous avons risqué le test) que vous pouvez retirer un disque de jeu pendant l’installation pour en lancer un autre. L’installation reprendra simplement quand vous mettrez à nouveau le disque du jeu.

Amélioration graphique
Toutes ces nouveautés sont certes attrayantes mais, soyons lucides, l’important pour une console ce sont les jeux ! Autant dire que pour le lancement le choix est vaste et les promesses déjà là. Microsoft l’a dit et répété, sur cette génération, ils veulent gagner la guerre des exclusivités. Au lancement, la Xbox One propose donc plusieurs titres exclusifs. Forza Motorsport 5 est à nouveau en lice pour le titre de meilleur simulation automobile sur console, Ryse : Son of Rome est sans conteste le plus beau jeu du lancement (et une superbe promesse de ce qui nous attend sur Xbox One), Dead Rising 3 est un monde ouvert très fun et Zoo Tycoon, un jeu de gestion de parc zoologique, sans aucun doute la bonne surprise du lancement. Enfin, Kinect oblige Fighter Within est une autre exclusivité développée par Ubisoft et qui nous a franchement séduit.


Battlefield 4 est lui aussi très impressionnant graphiquement et NBA 2K14 remporte le prix de plus beau jeu de sport jamais vu. Une grosse claque qui relègue le pourtant très bon FIFA 14 au rang de ces jeux certes plus beau et plus fluides sur Xbox One mais clairement à cheval entre deux générations comme Assassin’s Creed IV ou encore Call of Duty Ghosts. Des jeux qui ne perdent pas leur intérêt, puisqu’ils étaient déjà excellents sur Xbox 360 et sont encore plus beaux sur Xbox One. Notons enfin le très fun Killer Instinct, uniquement en téléchargement qui inaugure un nouveau modèle de commercialisation à la carte puisque le jeu est disponible gratuitement avec un personnage différent par semaine. Les plus fidèles peuvent se procurer le jeu dans son intégralité ou encore acheter uniquement les combattants de leur choix. 2014 devrait cependant révélé de nouveaux gros titres.

Les succès et transferts de données
Outre le Xbox Live, la Xbox 360 aura marqué sa génération avec l’apparition des diaboliques Succès et du Gamerscore. Véritable jeu dans le jeu pour toute une partie des joueurs, les succès sont des objectifs précis à réaliser (secrets ou dévoilés) et qui vous récompensent avec des points virtuels. Les plus persévérants (au delà des 100 000 points) ont d’ailleurs reçu Killer Instinct gratuitement pour le lancement de la Xbox One. Comme toutes les informations de votre Gamertag, les succès sont donc conservés sur la Xbox One. On notera d’ailleurs l’arrivée de défi, qui sont des succès temporaires à réaliser dans un délai déterminé par l’éditeur du jeu.

La réputation qui sanctionne les mauvais comportements a, de son côté, été remise à zéro. Tout le monde repart avec par défaut une « bonne réputation » sur le Xbox Live. Un point important quand on sait que le smart match vous fera rencontrer des joueurs avec la même réputation. Ceux qui sont trop grossiers ou qui se déconnectent tout le temps seront donc rapidement écartés de vos recherches d’adversaires et/ou de partenaires  de jeu. Une bonne initiative sur le papier mais attention à ce que les excès de certaines communautés ne pénalisent pas certains joueurs (on pense par exemple à FIFA et Call of Duty où les plaintes non justifiées de « rageux » pleuvent sur les bons joueurs qui les dominent).

Le niveau sonore
Dernier point, on a déjà parlé des dimensions de la Xbox One. Un gros volume à l’heure où les tablettes ultra minces envahissent notre quotidien. Pourtant, une fois allumé on comprend mieux pourquoi Microsoft a choisi un tel boitier : le silence à l’utilisation de la Xbox One. On imagine facilement que les ventilateurs intérieurs sont suffisamment grands pour ne pas tourner à pleine vitesse. Le choix de l’alimentation extérieure permet également de gérer les problèmes de surchauffe. Plus qu’un détail, c’est aussi un message fort pour tous les possesseurs de Xbox 360 qui ont subi le RROD des premiers modèles.

Nos impressions
La Xbox One est donc bien la console de jeux annoncée et les promesses de media center sont présentes mais encore perfectibles. La console intègre de nombreuses fonctions multimédia pour devenir le centre de votre salon même si certains détails souffrent d’une navigation parfois confuse. Si son design trop sage peut laisser songeur, sa conception transpire la solidité. La manette est un pur bonheur et Kinect apporte un vrai plus dans la navigation avec la reconnaissance de votre profil. On restera en revanche plus mesuré sur l’ergonomie de l’interface qui n’est pas toujours très intuitive. L’expérience est inédite mais pas encore totalement convaincante sur certains points. On peut donc s’attendre à ce que des mises à jour débarquent progressivement pour améliorer la navigation ou encore les fonctions de partage vidéo.

Partager ce post
Articles Similaires
0
0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Thanks for submitting your comment!