Activision échappe à l'impôt en France

BFM TV jette un joli pavé dans la mare aujourd’hui en démontrant que par un jeu d’optimisation fiscale, Activision Blizzard ne paierait quasiment aucun impôt en dehors des US.

2,7 milliards de dollars : tel est selon BFM TV la somme dormant tranquillement sous le soleil des Bermudes, paradis fiscal de 53 km². Le propriétaire de cette fortune colossale ? Le premier éditeur mondial de jeux vidéo : Activision-Blizzard, propriété de Vivendi. Reprenant le principe d’optimisation fiscale cher à des multinationales telles que google, l’éditeur des Call of Duty ne paierait que très peu d’impôts en dehors des Etats-Unis. A titre d’exemple, en France en 2011, Activision Blizzard France SAS n’a payé que 64 609 € alors que pour Blizzard Entertainment SAS, la situation est encore plus magnifique avec un crédit d’impôts envers le fisc français de 3,3 millions d’euros !

Le principe de cette optimisation fiscale fait appel aux failles de la fiscalité néerlandaise. Activision a créé six filiales néerlandaises qui, si elles sont bien immatriculées aux Pays-Bas, sont résidentes aux Bermudes d’un point de vue fiscal. Entre les différentes filiales et ces sociétés domiciliées aux Bermudes, une autre société : Coöperatie Activision Blizzard UA vers laquelle remonte tous les bénéfices des filiales. Avec son chiffre d’affaires de 953 millions d’euros, Coöperatie Activision Blizzard UA n’est pourtant qu’à peine rentable avec une marge de seulement 1% avant impôt. La raison de si petits bénéfices est simple : Coöperatie Activision Blizzard UA doit payer des énormes royalties sur chaque jeu vendu à ATVI CV, la société domiciliée fiscalement aux Bermudes. Autrement dit, selon BFM TV, la rentabiité de chaque filiale est délibérément plombée afin d’échapper aux fiscalités locales au profit de coquilles vides où l’argent échappe à l’impôt ! Magique, non ?

On ne saurait trop vous encourager à lire le passionnant article de BFM TV. A noter qu’Activision n’a pas souhaité répondre à BFM pour le moment. Quant à ce cher Bobby Kotick, il y a bien mérité ses 65 millions de dollars de rémunération en 2012 !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *