Affaire Microsoft/Machinima : une pratique courante

Les deux sociétés se sont défendues d’avoir commis une quelconque infraction, tandis qu’Electronic Arts entre à son tour dans la danse.

Hier, un battement d’ailes de papillon a peut-être lancé une tornade. Il a été découvert que Microsoft avait payé certains Youtubers pour parler de la Xbox One dans leurs vidéos, mais ce qui fait tâche, ce sont les conditions pour être payé : ne pas dire de mal de la console ou de ses jeux, et ne pas dévoiler l’arrangement. En bref, Microsoft est accusé d’avoir commandé des publi-reportages en souhaitant que personne ne sache qu’il s’agit de publi-reportages. Suite à cette… mauvaise publicité (elle était trop tentante), Microsoft et Machinima (l’acolyte de Microsoft dans cette affaire) ont évidemment tenu à répondre.

Déjà, les deux parties ont transmis un communiqué commun à divers médias, expliquant que c’est une pratique routinière :

« Ce partenariat entre Machinima et Microsoft était un partenariat marketing typique pour promouvoir la Xbox One en décembre (ndr : il y en a eu un autre en janvier…). L’équipe Xbox ne vérifie pas de contenus spécifiques et ne donne pas son avis sur des contenus. Tous les documents de confidentialité, conditions et autres lignes de conduite sont des documents standards fournis par Machinima. Pour être clair, la confidentialité est relative aux accords eux-mêmes, pas à l’existence d’une promotion. »

La dernière ligne est importante car c’est dans celle-ci que Microsoft et Machinima se défendent d’avoir gardé secret le fait qu’il s’agissait d’une forme de publicité. Connaissant la force de frappe de Microsoft, on imagine qu’ils sont sûrs de leur coup, mais il faudrait qu’un avocat épluche le contrat pour vérifier qu’ils sont effectivement irréprochables sur ce point.

Au-delà de cette position des deux sociétés, deux autres communiqués ont été transmis , le premier émanant de Machinima (via Kotaku) et expliquant que d’habitude, dans ce genre d’accord, les Youtubers doivent employer « un certain langage » pour signaler l’existence d’une promotion. Mais il y aurait eu dans ce cas un problème et Machinima promet enquêter là-dessus. Du côté de Microsoft, la réponse officielle de la branche française a déjà été diffusée ce matin. Bref, il s’agirait d’une erreur, mais la pratique n’en reste pas moins largement discutable, et cette affaire commence déjà à faire tomber les copains.

Microsoft et Machinima le disent eux-mêmes : il s’agit d’un « partenariat marketing typique », ça se fait donc régulièrement. Kotaku donne l’exemple d’un programme similaire mis en place par Machinima lors de l’E3, mais il ne s’agissait pas alors de mettre en avant tel ou tel constructeur/éditeur/développeur, mais juste le salon, c’était donc moins dérangeant. En revanche, les fins limiers de NeoGAF ont mis la main sur des documents prouvant qu’Electronic Arts s’adonnent au même genre de manigance via un programme appelé Ronku. Evidemment, l’éditeur s’est défendu auprès de The Verge de toute entorse aux lois en vigueur, mais sans entrer dans les détails.

Bref, rappelons le conseil d’hier : pour vous faire un avis sur un produit ou sur une information, il faut multiplier les sources car le Net est plein de racontars, de déformations de la réalité, de raccourcis, et donc aussi de magouilleurs.