Films

By on on

Test du jeu Detroit : Become Human sur PS4

Après Beyond Two Souls, le studio Quantic Dream nous fait découvrir cet année un jeu d’excellente qualité qui a su me donner du plaisir dans la narration et les graphismes mais avec un léger bémol sur le gameplay. Voici donc le tour d’un nouveau test gaming sur un des jeux vidéo les plus attendus de l’année.

Le studio français a mis près de 4 ans pour développer le jeu Detroit : Become Human qui prouve que les jeux à narration ne sont toujours pas morts !

Test de Detroit : Become Human, un jeu futuriste plein de rebondissement

[amazon box= »B01H1REVJ0″]

Le futur nous voilà : le monde des androïdes

Parlons un petit peu de l’histoire : Le jeu se déroule en 2038 dans la ville de Detroit qui a eu une époque catastrophique durant laquelle la misère était élevée mais comme à l’époque de l’industrialisation et des véhicules motorisés, elle a su rebondir en étant la première ville au monde à fournir à l’humanité des androïdes. L’entreprise Cyberlife est alors au coeur de la création, étant la pionnière dans le domaine à créer des être robotiques, humanoïdes, bref des androïdes perfectionnées qui remplacent progressivement les humains dans les emplois du quotidien. On se retrouve alors avec des instituteurs, des médecins ou des policiers qui ne sont pas des êtres humains mais des robots qui ont des choix à faire mais qui ne sont pas dénigrés par les hommes d’affaire.

Tu imagines bien que pourtant cela n’a pas été facile d’intégrer les robots au sein dans la société et cela a eu forcément des conséquences. Au final, les chômeurs sont de plus en plus nombreux et le commun des mortels ont alors une certaine hotilité envers les androïdes.

Tu te doutes que cela ne peut parfaitement fonctionner dans un monde où les hommes ont des choix à faire et les androïdes aussi. On est alors dans une époque où certains dysfonctionnements se font ressentir et les androïdes commencent à posséder une conscience et des sentiments. Le début des problèmes commencent ou plutôt les déviants sont l’allumette qui va mettre le feu au poudre.

Markus androide

On va donc alors pouvoir incarner 3 personnages qui sont :

  • Kara, mère au foyer, qui s’occupe d’Alice
  • Markus qui est un aide à domicile pour un homme fortuné
  • Connor, un andoïde travaillant pour les forces de l’ordre dont le but est de s’occuper des déviants.

Un scénario différent en fonction de ses choix !

Différents personnages dans Detroit Become Human

On se retrouve donc à faire un premier choix qui est celui de choisir son personnage mais ce n’est clairement pas tout car l’ADN, l’essence même de Detroit : Become Human se trouve dans les choix que l’on a à faire au fur et à mesure. En effet, il n’y a pas une seule et unique fin par personnage mais une multitude qui se retrouve dans le scénario.

Alors je ne t’en dirai pas plus au niveau du scénario pour ne pas à avoir à te spoiler au niveau de ce jeu narratif pour te laisser découvrir à quoi correspond chacune des fins du jeu.

Néanmoins, étant un grand fan de science-fiction, je trouve que le jeu ne sort pas des sujets que l’on a déjà pu lire dans des livres ou vu dans des films à ce sujets mais d’un côté, c’est un sujet d’actualité de notre époque qui personnellement m’intéresse fortement à savoir si on va devoir laisser place à des androïdes, des robots aux sujets des emplois et des tâches que l’on peut considérer comme répétitives et ennuyeuses.

Un jeu qui est alors bouleversant si on aime se projetter dans un futur pas si lointain que cela, on ne peut qu’apprécier Detroit : Become Human dans un futur certainement proche du notre.

D’ailleurs c’est bien cela qui fait la différence, Detroit : Become Human n’est pas un jeu de science-fiction mais bel et bien un jeu d’anticipation de notre présent dans lequel on arrive parfaitement à se projeter grâce à un excellent travail effectué par Quantic Dream. On a alors qu’une seule envie qui est de vouloir découvrir ce que nous réserve notre futur, c’est-à-dire en 2038.

Un jeu clairement pas statique mais évolutif !

jeu avec plusieurs scénarios : détroit become human

Je suis sûr et certain que si tu regardes ta partie et celle d’un tes amis, tu seras étonné des parcours complétement différents que vous avez pu prendre. C’est un des atouts majeurs du jeu qui repose sur une trame forte mais avec des déroulements différents amenant à des fins complètements différentes . On reconnaît bien là le style de jeux qu’aime développer Quantic Dreams.

On a alors plusieurs chapitres du jeu à faire ayant chacun un objectif final mais qui ne peut aboutir à la même trame en fonction de tes choix. Cela amenant un jeu qui se veut  complexe et tu te retrouves rapidement dans une toile où chacune des actions que tu fais t’approche du centre et te permettant de voir les interconnexions entre chacune.

Ces interconnexions , actes que tu auras effectué, allant de l’écoute d’une discussion, d’une lecture d’un magazine ou de la visite d’un lieu auront des répercussions dans le jeu sur le long terme et c’est alors extraordinaire de voir que l’on est en train de forger notre propre scénario.

A la différence d’autres jeux promettant que l’on aura une réelle influence sur le jeu et où ce n’est pas vraiment le cas, ici on peut clairement souligner le fait que le jeu ne nous passe pas dans une story time  où on peut facilement se douter de l’issue du jeu. Un choix devient alors un impact, une influence sur le destin d’un personnage même la décision la plus simple peut avoir son importance au point qu’elle peut par la suite nous sortir d’une situation délicate.

Afin de souligner un peu plus ces décisions, Quantic Dream a inséré à chaque fin de chapitre les décisions que l’on a prises. Mais en faisant aussi apparaître les décisions que l’on n’a pas prise et en les grisants. Au final, on a alors envie de revenir en arrière, de recommencer le jeu vidéo pour tenter différentes approches comme c’était le cas lors de la démo de Detroit Become Human.

Sachant que les décisions que l’on prend n’ont pas un impact immédiat et foudroyant à la différence d’un Beyond Two Souls, ici on est dans la subtilité et l’on est presque dans un quotidien subtil où les actes ont un impact complètement indécis et pas forcément instantané. On ne sait pas forcément vers quelle fin on se dirige et on a alors l’envie de faire au mieux.

Le joueur au coeur de Detroit Become Human

Le fait que le jeu soit évolutif transporte le joueur assez facilement au point que l’on a envie de donner le meilleur en prenant les meilleures décisions et en permettant de sauver un personnage par exemple. Cela créer alors indirectement une tension amenant un réel sentiment d’échec lorsque l’on a pas réussi à amener notre personnage dans les bonnes décisions ou en tout cas dans les décisions que l’on considérer comme étant les meilleures.

Quantic Dream ne peut être que fière de proposer cette expérience si particulière au joueur qui est ultra communicative avec un jeu rythmé et varié amenant son lot de surprise et d’étonnement avec une pointe de sentiments permettant de souligner les dangers de la robotique dans cette histoire bien ficelés.

choix et décision dans Become Human de Quantic Dream

Un jeu hollywoodien dans la narration mais aussi les graphismes

C’est le dernier point que je voudrais souligner en parlant de Detroit : Become Human. Les graphismes sont de toutes beautés avec une qualité graphique très propre et une histoire très bien concoctée par le studio, on se situe dans un jeu qui a su mêlé le cinéma thriller et action à un jeu avec un gameplay intéressant. Avec une mise en scène forcément intéressante qui ne nous laisse pas indifférent pour ce test de Detroit Become Human. David Cage a su tirer parti des ficelles du cinéma pour nous proposer une expérience vidéoludique bouleversante !

Prise d'otage Android et Enfant

Néanmoins un petit détail me laisse sur ma faim et je ne peux que le souligner, c’est la manière de jouer, la jouabiltié qui est à mes yeux le point faible du jeu. En effet, c’est un constat que j’avais déjà eu durant la démo mais les déplacements des personnages et les interactions ne sont pas simples ou en tout cas trop rigide diminuant parfois les interactions que l’on essaie de mettre en place et cela a tendance à casser le rythme du jeu. C’est bien dommage mais dans l’absolu, on a juste envie de connaître la suite.

Written by: kevinfoufi

No comments yet.

Leave Your Reply