Bande Annonce d’Une sirène à Paris : de la poésie et du fantastique

Avec les réouvertures des salles de cinéma, le film “Une Sirène à Paris” qui était sorti juste avant le confinement prolonge sa durée en cinéma pour nous proposer un conte moderne créé par Mathias Mazieu.

Dès aujourd’hui, le film est à l’affiche des salles obscures qui est la seconde réalisation de Mathias Malzieu après Jack et la mécanique du coeur, nous propose de découvrir “une histoire d’amour impossible entre une sirène au chant mortel et un chanteur rock’n’roll”.

Une sirène à Paris

Une sirène à Paris

Crooner au cœur brisé, Gaspard s’était juré de ne plus retomber amoureux. Quant à Lula, jolie sirène, elle n’a que le chant pour se défendre des hommes, en faisant s’emballer leur cœur jusqu’à l’explosion. Lorsque la Seine en crue vient déposer Lula au pied du Flowerburger, la péniche-cabaret où chante Gaspard, c’est un mini-tsunami qui va bouleverser leur existence. Lui, l’homme qui a souffert d’avoir trop aimé, et elle, la créature qui n’a jamais connu […]

Mélange entre fantastique et romantique, ce film basé sur un livre de Mathias Malzieu se veut une ode poétique pleine de tendresse et cela fait du bien en cette période compliqué.

Mathias Malzieu déclare au sujet du film : “La première influence fut ma désastreuse situation amoureuse. L’imagination et le rock’n’roll m’ont toujours beaucoup aidé à surmonter les périodes de deuil. C’est de là que l’histoire est née. Dans un désir de retour à la joie de combat, à l’enchantement et au panache. J’ai convoqué mes fantômes préférés : Johnny Cash, la musique Mariachi, les muses, les westerns, les contes de fée, le réalisme magique.” 

Un mélange si particulier que seul le talentueux leader du groupe Dyonisos peut nous concocter pour créer un univers poétique avec comme duo Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *