Capcom a refusé Dragon’s Crown

George Kamitani révèle que Capcom avait l’occasion de publier Dragon’s Crown mais n’a finalement pas retenu le projet de Vanillaware.

Capcom aurait pu être l’éditeur du resplendissant Dragon’s Crown, a révélé le réalisateur George Kamitani à 4Gamer. Avant d’être récupéré par Atlus, le dernier jeu de Vanillaware était sous la tutelle de Ignition, qui s’est ensuite retiré du marché. Mais avant ça, Kamitani avait présenté son concept à Capcom.

« J’ai entendu dire que l’évaluation de Dragon’s Crown chez Capcom était prometteuse mais malheureusement je n’ai pas pu obtenir l’accord final. Mais j’étais décidé et je ne pouvais absolument pas abandonner. C’est pourquoi j’ai obtenu l’aide de Ignition et le projet Dragon’s Crown a finalement pu débuter. »

Peut-être pour rattraper le coup, Capcom a relancé cet été Donjons & Dragons en téléchargement, un jeu sur lequel avait déjà travaillé Kamitani et dont Dragon’s Crown est en quelque sorte la suite spirituelle. La bonne pioche sera finalement pour Atlus. Selon les premiers échos, Dragon’s Crown a réalisé un départ canon au Japon. Aussi bien sur PS3 que PS Vita, l’Action|RPG était en rupture de stock dans de nombreuses boutiques.

Les racines de Dragon’s Crown remontent à plus loin que ce premier contact avec Capcom. Comme Kamitani l’avait déjà révélé, il s’agissait initialement d’un jeu devant sortir sur Dreamcast. L’artbook disponible dans l’édition collector du jeu a d’ailleurs dévoilé quelques croquis conceptuels de l’époque. On peut notamment y voir une Sorceress un peu moins gonflée.

Récemment, Kamitani a également indiqué sur Twitter que Dragon’s Crown est le tout premier jeu de Vanillaware dont le budget a dépassé les 100 millions de yens. Ce qui ne fait jamais que 800 000 euros, autrement dit un budget bien plus proche d’un jeu indépendant que d’un titre AAA.