Capcom veut 7 millions de RE6

Pour Capcom, Resident Evil 6 a le potentiel pour devenir le plus gros succès de toute son histoire. L’éditeur reste en revanche prudent avec Dragon’s Dogma.

Capcom a pour habitude d’assumer ses ambitions et de les consigner publiquement dans ses documents. Après chaque bilan, la compagnie dévoile ses objectifs de ventes pour ses plus gros titres. Cette année par exemple, Capcom a vendu autant de Resident Evil : Operation Raccoon City que souhaité (2 millions) alors que Street Fighter X Tekken a échoué (1,4 million au lieu de 2 millions).

Pour l’avenir, Capcom aimerait vendre 1,4 million de Lost Planet 3 au 31 mars 2013, sachant que le jeu sortira quelque part durant le premier trimestre. Ce chiffre se situe dans les mêmes eaux que les deux précédents épisodes de la série. A peine au-dessus, la compagnie ne mise, et c’est une surprise, que sur 1,5 million de Dragon’s Dogma. Il s’agit pourtant d’un titre sur lequel Capcom a énormément investi et qui fait l’objet d’une très grosse campagne de pub. Mais il faut croire que l’éditeur reste prudent avec la notion de nouvelle licence, et il a peut-être raison. Un cran au-dessus, Capcom pense que DmC peut atteindre les 2 millions.

Mais le véritable gros morceau, c’est l’objectif fixé à  Resident Evil 6 : vendre 7 millions de copies. Pour bien comprendre pourquoi ce chiffre est extraordinaire, il suffit de se reporter aux Platinum Titles recensés par Capcom. Si Resident Evil 6 se vend à  7 millions de copies, il aura non seulement battu le record de la série détenu par Resident Evil 5 (5,8 millions) mais auss battu les 6,3 millions de Street Fighter II vendus sur Super Nintendo. Capcom veut donc que Resident Evil 6 devienne le plus gros carton de toute son histoire.

Capcom s’est également penché sur la place du DLC dans sa croissance. Pesant un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de yens en 2011, le marché du DLC a augmenté à  2,8 milliards de yens en 2012. L’augmentation prévue de cette pratique pour la prochaine année fiscale est encore plus radicale puisque Capcom vise les 3,5 milliards de yens. Autre vœu de l’éditeur, raccourcir le temps de développement des jeux de ses séries phares. Les dirigeants estiment implicitement que 3,5 ans entre RE5 et RE6 est un délai trop long, tout comme les 5 ans entre DMC4 et DMC5. Reste à  expliquer aux financiers qui commandent ce genre de chose ce qu’on appelle, nous autres joueurs, la saturation et la lassitude. Au 31 mars 2013, Capcom espère gagner au total 9,8 milliards de yens contre 6,7 milliards cette année.