Counter-Strike GO : les tricheurs jugés par la communauté

Que vous soyez terroriste ou contre-terroriste de nature, vous pouvez désormais faire partie de la police de Counter-Strike : Global Offensive.

Actuellement à l’état de bêta, le système Overwatch pour Counter-Strike : Global Offensive est un moyen donné aux joueurs pour réguler eux-mêmes les tricheurs dans le jeu. Selon le nombre d’heures joués, le ratio de victoires et d’autres critères du même acabit, des « investigators » sont nommés et ont le pouvoir de juger des performances d’un joueur signalé par leurs adversaires comme étant un tricheur, ce à partir de huit extraits d’une durée totale d’une dizaine de minutes tirés du match incriminé. Plusieurs investigators étudient chaque cas, et ils doivent choisir entre trois verdicts : très perturbateur, peu perturbateur et preuves insuffisantes. C’est le verdict qui reçoit le plus de voix qui est retenu. Quant à la durée du bannissement, elle est fixée par la gravité de la triche.

Les suspects sont signalés s’ils sont fortement accusés par la communauté, mais Valve ne tient pas non plus à mettre en place un lynchage public organisé. C’est pourquoi, dans les extraits diffusés pour juger de la situation, le nom de l’accusé sera remplacé par « le suspect », tandis que les noms des autres participants seront également modifiés. Dans le même souci d’anonymat, les chats vocal et écrit ne sont pas retranscrits. Enfin, on signalera que certains investigators auront plus de poids que les autres si jamais leurs verdicts se rapprochent souvent du consensus général.

Counter-Strike : Global Offensive n’est pas le premier jeu à demander à la communauté d’auto-gérer les tricheurs. League of Legends propose par exemple son propre « Tribunal ».

Et vous, vous trouvez ça bien, ce genre d’auto-gestion ?

Le 28/05/2013 à 12:34:33 – Par Jean-Baptiste Pochet @moustachaman