Critique Arrietty, Le Petit monde des chapardeurs d’Hiromasa Yonebayashi

Étant plutôt fan de tous les films du Studio Ghibli, je suis allée voir Arrietty, le petit monde des chapardeurs dès sa sortie au cinéma (le 12 Janvier). Le synopsis et la bande annonce du film sont toujours disponibles sur le blog !

Avis critique :

Ayant adoré tous les autres Ghibli, je vais essayer d’être la plus objective possible dans l’avis que je vais vous donner.
Arrietty est le 4ème film qui n’a pas été réalisé, ni par Hayao Miyazaki (qui a tout de même écrit le scénario), ni par Isao Takahata. Et comme tous les autres, ce nouveau (et 18ème) long métrage de chez Ghibli est un chef d’œuvre. A noter que le réalisateur est Hiromasa Yonebayashi, également animateur sur Ponyo, Le Château ambulant et Les Contes de Terremer.

L’histoire d’Arrietty, le petit monde des chapardeurs est simple, originale, pleine de poésie et très touchante et drôle par moments. Le scénario est également très bon, même s’il n’y a pas assez d’action à mon goût ou qu’il n’est pas aussi épique qu’un Princesse Mononoke ou Chihiro.

La musique est magnifique, même si pour une fois, ce n’est pas grâce à Joe Hisaishi, mais à une jeune harpiste et chanteuse française : Cecile Corbel. Néanmoins, j’ai trouvé quelques ressemblances avec la BO de Mon voisin Totoro et Le voyage de Chihiro.

Dès le début, on est immergé à 100% dans l’histoire grâce à la musique qui nous emporte, ou aux dessins qui nous en mettent plein les yeux.
Les dessins sont splendides : on reste émerveillé du début à la fin, avec un souci du détail, qui force l’admiration. La précision de l’univers des chapardeurs est magnifique. La nature luxuriante est digne de Mon voisin Totoro et l’intérieur des maisons du Voyage de Chihiro.
On se met réellement dans la peau d’un de ces petits personnages (également dessinés avec beaucoup de précision). On découvre le monde autrement, à une autre échelle, avec les bruitages et effets sonores (qui prennent une toute autre dimension), la (ré)utilisation des objets…

Même s’ils chapardent beaucoup de choses (morceaux de sucre, mouchoir en papier, épingles…), j’ai juste trouvé étrange que ces lilliputiens possèdent autant d’objets adaptés à leur taille (les livres par exemple)…

On est entrainé dans un monde fascinant peuplé de personnages attachants, qui ressemblent beaucoup à d’autres personnages de Ghibli, comme Sosuke (dans Ponyo sur la falaise) ou la grand-mère présente dans tous les animes.

Les thématiques fidèles au studio et à Miyazaki sont reprises : le rapport à la nature, un message écologique (des espèces en voie de disparition) et optimiste (l’héroïne qui surmonte les difficultés et ses faiblesses pour défendre ce en quoi elle croit), la tolérance, les relations humaines et la vision de l’homme en tant que prédateur (pour l’homme cette fois-ci)…

Arrietty, le petit monde des chapardeurs est un film digne du couple Studio Ghibli / Hayao Miyazaki. Il change des autres films d’animation qui sortent en ce moment (comme Raiponce, Megamind ou Moi, moche et méchant), beaucoup plus tournés vers le style comique ou réalisés avec des images de synthèse. Et enfin, un film qui ne nous impose pas la 3D, et c’est tant mieux : nous profitons au maximum des décors et paysages !

Je suis juste un petit peu déçue par la fin, de nombreuses questions qui attendent leur réponse, subsistent. On reste un peu sur notre faim, mais cela nous permet d’imaginer celle que l’on veut. Cette fin, un peu brutale, peut laisser envisager une suite : à bon entendeur…. !

Conclusion :

Arrietty, le petit monde des chapardeurs n’est pas le meilleur des Ghibli, mais il reste très bien réalisé et visuellement réussi.
Je pense que Hiromasa Yonebayashi a su faire une magnifique entrée dans l’univers Ghibli et qu’il saura assurer la relève ! Il crée son propre film, sans perdre le charme et les ingrédients qui font la renommée de tous les films du studio.
L’esprit est plus proche d’un film comme Pompoko d’Isao Takahata. Même s’il est pourtant moins loufoque et enfantin qu’un film comme Ponyo et moins sombre qu’un Princesse Mononoke.

Pour aller plus loin :

Découvrez tous les secrets du film Arrietty le petit monde des chapardeurs en regardant l’interview du réalisateur Hiromasa Yonebayashi.

Pour rappel, le dvd et le blu-ray du film sont disponibles en pré-commande (disponibles pour le 1 juillet 2011), ainsi que la bande originale en édition simple ou en édition collector.

A noter que la rumeur, selon laquelle Hayao Miyazaki préparerait la suite des aventures de Porco Rosso, à été démentie. Le prochain long métrage du studio Ghibli sera bien Kokuriko-saka Kara (Depuis la pente de Coquelicot), signé par Goro Miyazaki.