Critique du film Harry Potter 7 de David Yates

Le week-end dernier, je suis allée voir Harry Potter 7 (Harry Potter et les Reliques de la mort – Partie 1), évitant ainsi les hordes de fans en délire ;-). Par contre, même pour une deuxième séance en soirée, la salle était comble !

Pour rappel, le film a été réalisé par David Yates et est sorti le 24 Novembre 2010. Nous y retrouvons notamment Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley), Emma Watson (Hermione Granger) ou Ralph Fiennes (Lord Voldemort), Alan Rickman (Severus Rogue), Helena Bonham Carter (Bellatrix Lestrange)…
N’hésitez pas également à revoir la bande annonce du film.

Synopsis :

Le pouvoir de Voldemort s’étend. Celui-ci contrôle maintenant le Ministère de la Magie et Poudlard. Harry, Ron et Hermione décident de terminer le travail commencé par Dumbledore, et de retrouver les derniers Horcruxes pour vaincre le Seigneur des Ténèbres. Mais il reste bien peu d’espoir aux trois sorciers, qui doivent réussir à tout prix.

Avis critique :

Plus d’un an après la sortie du 6ème opus (Harry Potter et le Prince de sang mêlé, le 15 Juillet 2009), HP revient dans nos salles obscures françaises. Contrairement à ce qui a été annoncé à un moment donné, il n’est pas proposé en 3D (et heureusement !).
Avant d’aller voir cette première partie, j’ai regardé HP5 et le HP6 et j’ai bien fait !

Pour commencer, je dirai que j’ai été agréablement surprise par ce film, contrairement au 6ème opus, également réalisé par David Yates.
Les scènes sont de plus en plus sombres, l’ambiance est oppressente : le film est donc moins culcul que les précédents (donc également moins pour les enfants). La saga a su évoluer avec son public et c’est tant mieux.
La montée en puissance de Voldemort Celui dont on ne doit pas prononcer le nom, crée une tension tout au long du film. Et ce jusqu’à la fin ; la deuxième partie promet d’être riche en scènes d’actions, révélations et réponses aux dernières questions… !

Contrairement aux 6 films précédents où l’histoire est rythmée par l’année scolaire (cours de potions, matchs de Quidditch, vacances…), Harry Potter 7 contraste totalement, car l’action est vraiment focalisée sur la quête d’Harry, Ron et Hermione : on ne voit pas de cours, de professeurs ou Poudlard…

Les personnages principaux ont bien grandi et mûri. Les personnalités se dévoilent, et leurs sentiments amoureux aussi.
Ron possède d’ailleurs désormais la carrure d’un footballeur américain, il prend plus de place dans le trio et n’apparait plus uniquement que comme le comique de service.

On ressent bien la solitude de nos 3 héros, livrés à eux-mêmes. Sentiment renforcé par le fait qu’ils ne se retrouvent que dans des endroits isolés et désertiques (forêt, rocheuses…). D’ailleurs, les décors et paysages sont assez beaux.
On perçoit également la jalousie qu’il peut y avoir et le désarroi qu’ils peuvent ressentir (avec une grosse référence au Seigneur des Anneaux !).
Par contre, j’ai trouvé que les personnages secondaires comme Luna, Ginny ou Drago ne sont pas assez mis en avant.

Harry Potter et les Reliques de la mort respecte très bien le livre et reprend les éléments principaux (c’est d’ailleurs celui qui respecte plus le roman). Notamment avec l’aspect non déguisé, de la montée du nazisme (capture des sangs mêlés, interrogatoire de Dolores Ombrage, Voldemort qui contrôle le ministère de la Magie…), éléments plus ou moins évoqués dans le 6.
Il y a également pas mal d’humour, en tout cas, beaucoup plus que des les opus précédents.

Le film est très bien rythmé, les rebondissements ne manquent pas et on ne voit pas du tout les 2h30 passées.
J’ai aussi beaucoup aimé les combats à la baguette, la scène chez Bathilda Bagshot (où j’ai quand même fermé les yeux à un moment, après avoir sursauté au moins 2 fois…).
Entre les scènes d’action (plutôt prenantes, voire stressantes), on assiste à des séquences plus sentimentales, plus lentes, mais qui permettent de mettre l’accent sur les enjeux dramatiques et la personnalité des 3 héros.

Les effets spéciaux sont très bien faits. Notamment l’une des premières scènes, celle où ils s’occupent du transfert d’Harry : on assiste à une superbe course poursuite entre les gentils et les méchants dans Londres.
Cette scène permet notamment de planter le décor : il faut s’attendre à ce que cet opus soit plus noir et le danger peut venir de partout… !
J’ai aussi beaucoup apprécié la partie graphique au moment où Hermione lit le conte de Beedle le Barde, Les Trois Frères.

Conclusion :

Il s’agit du film le plus sombre de la saga. J’ai beaucoup aimé, même si la fin est arrivée trop vite à mon gout.
Je pense que le film plaira aussi bien aux fans de la saga qu’aux amateurs de film fantastiques / aventure : beau film et belle adaptation du roman.
J’ai hâte de voir la suite, qui pour rappel, sort en France le 13 Juillet 2011 : la lutte finale promet d’être acharnée !