Critique du film Kiss and Kill

La semaine dernière, profitant de la semaine prolongée de la fête du cinéma et ayant encore quelques bons à 3€, je me suis rendu au Kinepolis, afin d’assister à une projection de Kiss & Kill.

Pour rappel, Kiss and kill (Killers en VO) est sorti le 23 juin 2010 et est réalisé par Robert Luketic. On peut y retrouver dans les rôles principaux Katherine Heigl, Ashton Kutcher, Tom Selleck.
Vous pouvez également retrouver la bande annonce du film.

Synopsis :

Jen Kornfeldt est larguée par son mec. Celle-ci se commence à se remettre de cette rupture lorsqu’elle part en vacances sur la Côte d’Azur avec ses parents.
Dans l’hôtel, elle fait la connaissance de Spencer Aimes, l’homme de ses rêves.
Trois ans passent et nous retrouvons Jen et Spencer, jeunes mariés heureux et vivant dans une petite ville très sympathique.
Mais un jour tout bascule. Un tueur mystérieux tente de tuer Spencer. Jen découvre alors que son mari n’est autre qu’un agent secret. Les attaques contre le couple se multiplient, et ils comprennent que la tête de Spencer est mise à prix…

Mon avis critique :

Malgré les différents retours que j’ai pu avoir sur ce film : film pour filles, films gnan-gnan et j’en passe…, j’ai quand même opté pour Kiss & Kill, afin de me faire mon avis personnel sur la chose ;-)

Dès les premières minutes du film, une phrase nous vient directement à l’esprit : « ET merde… ». Outre les éternelles ouin-ouin de la rupture, on se retrouve directement dans une comédie romantique où forcement, la rencontre de Jen et Spencer se fait lorsque ce dernier est torse nu…

Après une petite séquence d’action à la James Bond, on repart pour une couche d’œstrogènes, dont l’apothéose est atteinte lorsque Spencer (Ashton Kutcher) demande la main de Jen (Katherine Heigl) à son père (Tom Selleck).

Et là, par magie du scénario, on se retrouve 3 ans après. Pour moi, c’est à ce moment la que le film devient plus intéressant. Un peu plus d’action dans un film cul cul peut le changer du tout au tout.
On commence à prendre plaisir à mater le film, en essayant de deviner qui veut la peau de Spencer et par quel stratagème ils comptent y arriver.

Au niveau du jeu des acteurs, on y retrouve Ashton Kutcher en espion peu crédule, Katherine Heigl dans un rôle de cruche qui lui va comme un gant et Tom Selleck qui se contente de faire son Magnum sans sa chemise Hawaiienne.

Personnellement, je trouve que ce film n’a de prestige que le nom de ces acteurs. L’histoire est un peu tirée par les cheveux et nous laisse dans un état alliant rire, passion et consternation.

Bref, Kiss & Kill n’est peut être pas la comédie de l’année : il y a forcement d’autres films à aller voir avant. Mais, celui-ci se laisse regarder, bien qu’on ait des doutes sur la fin du film, dès le début.

Au final, Kiss & Kill peut ne pas être visionné au cinéma, surtout pour une séance à 9€ et se contenter juste d’un visionnage DVD ou blu-ray, lorsqu’ils seront en promo ;-)