Critique du film La légende de Daran en DVD

Le film La légende de Daran, distribué par Zylo, est sortie uniquement en DVD le 04 novembre 2010.
Il est réalisé par Lourens Blok et on y retrouve Johann Harmse : Jimmy Westwood, Ketrice Maitisa : Charita  et Caroline Goodall : Lisa Westwood (La Liste de Schindler, Hook, Princesse malgré elle).

Synopsis :

Jimmy Westwood est un petit garçon anglais âgé de 11 ans qui accompagne sa mère en Afrique. Un jour, il s’égare au marché et rencontre un mystérieux girafon blanc qui parle.
Il lui raconte qu’une guerre va avoir lieux entre 2 tribus africaines : les Saladir et les Bombata, pourtant amies de longue date. Ils auraient un différend au sujet d’une terre : Pareo Rock.

Par une suite de rebondissements, Jimmy se retrouve à la recherche de cet endroit, accompagné de Charita, une petite fille africaine, pleine de vie et d’espièglerie, dans le but d’arrêter cette guerre.

Avis critique :

La Légende de Daran est une belle comédie fantastique pour toute la famille, qui raconte une histoire magnifique.
Les animaux de Daran sont des sortes d’anges gardiens, qui protègent le monde. Lorsqu’une tragédie est sur le point de se produire, un enfant au cœur pur et qui a quelque chose de spécial, est élu.
La girafe, gardienne de l’Afrique, donne un médaillon à Jimmy, afin de l’aider dans sa quête.
Je trouve que ce thème de base fait très conte africain, et peut convenir à toute la famille.

Durant tout le film, différentes valeurs sont prônées : l’amitié, le courage, la confiance en soi, la volonté, la tolérance et la différence.
D’un côté, nous avons une famille monoparentale européenne, avec une mère qui a un poste à responsabilités et qui n’a pas le temps de s’occuper de son fils.
Et de l’autre, il y a une jeune fille africaine, qui fait d’ailleurs partie d’une des tribus en guerre, assez débrouillarde et qui lave des pare-brises pour gagner un peu « d’argent de poche ».

Dans le film, le mélange des cultures est assez frappant : entre européens et africains. Où l’on remarque le côté néfaste des blancs, qui leur fournissent des armes, jouets pour enfants et sèche-cheveux pour les femmes (un peu comme dans Tintin au Congo).
D’ailleurs dans le film, on se rend bien compte que la guerre entre les deux tribus africaines est causée par la cupidité des européens et l’ambition humaine en générale.

Jimmy est vu comme une sorte de héro (qui finit même par se blesser). Courageux et volontaire, il s’investit dans sa quête, aidé par ses amis. Tout repose sur ses épaules et il est le seul à pouvoir accomplir la tâche qui lui a été confiée.

Il y a également un peu d’humour avec les deux méchants (un peu comme Maman, j’ai raté l’avion) : un duo de choc, avec un petit magouilleur et un grand benêt. Les enfants sont plus intelligents qu’eux, savent déjouer leurs plans et s’échapper de leurs griffes.

Pendant tout le film, nous avons de très beaux paysages d’Afrique et plusieurs animaux font leur apparition.
La musique est assez dynamique, parfois un peu inquiétante et davantage rythmée dans les passages plus drôles. La BO colle très bien aux scènes et événements en cours.

Conclusion :

Ce n’est pas un film qui révolutionne le genre. Il fait parfois un peu cliché et reste assez prévisible dans les grandes lignes (notamment à chaque fois qu’il s’agit d’échapper aux méchants).
Il y a également quelques passages un peu gros, que des enfants dans la vraie vie ne réaliseraient jamais (conduire une voiture, piloter un hélicoptère, soigner une jambe blessée…).
Cependant, les quelques rebondissements et scènes comiques, en font un beau film, plutôt sympathique.
Une aventure fantastique pour petits et grands, qui représente un très bon divertissement familiale sur la culture africaine.