Critique film Mange Prie Aime avec Julia Roberts

La semaine dernière, je suis allée me faire un ciné entre filles, et nous sommes allées voir : Mange, Prie, Aime, le dernier film avec Julia Roberts.
Pour (re)voir le casting et la bande annonce de Mange Prie Aime, allez voir par là !

Pour info, le film est adapté du roman à succès éponyme « Mange Prie Aime », écrit par Elizabeth Gilbert. Il s’agit de ses mémoires sur son aventure à travers le monde.
Liz Gilbert enchaine les problèmes personnels et décide à 35 ans, de tout plaquer et de partir à l’aventure. Son périple la conduit tout d’abord en l’Italie où elle découvre l’art de la nourriture, de la langue et de l’amitié. Puis, elle se rend dans un Ashram en Inde pour y trouver la paix intérieur et étudier la spiritualité. Son voyage s’achève en Indonésie, où elle apprend à trouver l’équilibre et à aimer.

Avis critique :

Dès le début, on se doute du découpage du film, en lien avec la structure de son titre : un verbe = un pays. Elizabeth Gilbert va donc se faire péter le bide à Rome, méditer en Inde et trouver l’amour à Bali.
Ces petites histoires sont bien différentes d’un pays à l’autre, mais on a du mal à voir l’enchainement de l’histoire.

Autre point négatif du film : sa longueur, et ce n’est pas à cause des 2h20.
Il ne se passe pas grand-chose et on trouve le temps long. Et les quelques petites blagues par-ci par-là n’y changent rien… Le film aurait pu être un peu raccourci pour lui apporter un peu de rythme.

Le film représente une suite de clichés sur les différentes cultures et lieux visités (avec la mamma italienne et le vieux sage balinais). Mais, il s’agit de stéréotypes vus par des Américains, qui s’émerveillent sur une scène avec des spaghettis bolognaises pendant 10 minutes, qui ne montrent que des enfants pauvres en Inde, entre autres.

Les dialogues sont vus 1 000 fois et on a droit à du « restes ici le temps de te pardonner »…
Au niveau de la bande sonore, on entend des musiques connues et des vieux tubes anglo-saxons.

On y trouve néanmoins de magnifiques paysages, des décors exotiques et des plats qui donnent faim (cf les pizzas qui donnent envie) !
Il y a également de bons acteurs, de bonnes interprétations et une Julia Roberts toujours aussi souriante, jeune et optimiste !

En conclusion :

Ce voyage introspectif est assez typique et véridique, mais donne rien de plus qu’une simple comédie romantique très longue. Je n’ai pas compris le pourquoi de ce film ou le message philosophique et s’il y avait une morale, je ne l’ai pas saisie…

Le film étant l’adaptation d’un best-seller mondial (plus de 6 millions d’exemplaires vendus et une traduction en 40 langues), je vais peut-être pousser l’expérience jusqu’à lire le livre afin d’y trouver la marque de son succès.

En gros, je suis ressortie plutôt déçue de ma séance. Ça aurait pu faire un bon téléfilm à regarder un dimanche après-midi, quand on n’a rien d’autre à faire…