Critique film Prince of Persia : Les sables du temps

Mercredi soir, nous sommes allés voir Prince of Persia : Les sables du temps, pendant que mesdames se dirigeaient vers la salle de Sex & The City 2.

Le film est sorti en salle le 26 mai 2010 et a été réalisé par Mike Newell (Harry Potter et la Coupe de Feu) et produit par Jerry Bruckheimer (également producteur de Pirates de Caraïbes).
Vous pouvez également revoir la bande annonce du film.

Synopsis :

Alors qu’il vagabondait, un jeune orphelin, est recueilli par le roi de Perse qui décide de l’élever comme un de ses fils. Quelques années plus tard, Dastan (Jake Gyllenhaal), devenu prince de Perse, enchaîne les batailles victorieuses aux cotés de son oncle Nizam (Ben Kingsley) et de ses deux frères d’adoption, Tus (Richard Coyle) et Garsiv (Tony Kebbell).

A la suite d’une de ces batailles, le roi de Perse est tué dans d’étranges circonstances et Dastan est, bien malgré lui, désigné comme son assassin. C’est alors le début d’une folle aventure dans laquelle le prince Dastan, aidé de la princesse Tamina (Gemma Arterton), devra prouver aux yeux du peuple perse qu’il n’est pas responsable de la mort du roi…

Avis critique :

Avec la saga Prince of Persia, Disney pensait tenir un digne successeur à notre pirate préféré : le Capitaine Jack Sparrow. La barre était haute ! … trop haute.

La base était pourtant bonne. En effet, l’histoire de ce héros est assez méconnue du grand public, ce qui est un bon critère si on se base sur le succès qu’a provoqué l’autre saga de Disney, et le jeu vidéo a fait un véritable carton. Néanmoins, même s’il est difficile de réellement dire ce qui pose problème dans ce film, on ne sort pas de la salle avec le même enthousiasme qu’après avoir vu le premier volet de Pirates des Caraïbes.

L’histoire en elle-même est assez bonne. Même si le début n’est pas d’une grande originalité (l’histoire d’un jeune orphelin recueillit par un roi…), l’intrigue qui suit la mort du roi est assez bonne. Personnellement, je me suis bien fait baladé de coupable en coupable, jusqu’à la fin du film.

Les acteurs sont, quant à eux, très crédibles. Seul le héros, Jake Gyllenhaal, que l’on a réellement découvert dans Le jour d’après et revu dans le secret de Brokeback Mountain ou dans Brothers, est bien connu du grand public. A en croire les spectatrices, celui-ci ajoute, on ne sait pourquoi, beaucoup de charme au film.
Sur ce point, pas d’inquiétude chez les hommes qui ne seront pas en reste grâce aux charmes de Gemma Arterton (Quantum of solace et Le choc des titans) qui endosse le rôle d’une princesse comme on les aime : complètement dévouée à la cause de son peuple, très téméraire et plutôt sexy…

Le film se déroule dans une Perse très convaincante même si, sur certains plans, on distingue très nettement qu’il s’agit de maquettes, technique cinématographique que l’on croyait ne plus être utilisée depuis la première saga de la Guerre des étoiles…
Ce détail est assez choquant quand on ne s’y attend pas, et que l’on sait qu’il s’agit d’une super production au budget confortable des studios Disney. Hormis cela, le point positif est que l’on retrouve les cascades réalisées par notre héros dans la version jeu vidéo. Celles-ci sont, pour la peine, très bien filmées et on n’a pas cette impression de démesure qu’ont certains films.

Pour conclure, Prince of Persia reste un bon film à aller voir en famille au cinéma, afin de profiter pleinement des cascades déployées par le héros. Les acteurs sont assez convaincants et l’histoire tient la route.
Ceci dit, il est clair que l’objectif annoncé par Disney n’est pas rempli et je reste plus impatient d’aller voir la suite des aventures du Capitaine Jack Sparrow, que celles du prince Dastan ! Bref, beaucoup de bruit pour pas grand chose…