Critique film Sexy Dance 3 – the Battle (Step-up 3D)

Il y a quelques jours, je suis allée voir Sexy Dance 3 (Step-up 3D). Le troisième volet de la franchise « Sexy Dance » est le seul à être tourné à New York City et le second film de danse en 3D (après StreetDance 3D, que j’ai malheureusement loupé).

Bref, Step-up 3D est sorti le 18 Août 2010 et a été réalisé par Jon Chu, qui a également réalisé le précédent volet de la saga : Sexy Dance 2 en 2007. Au niveau du casting, on retrouve Moose, du second film (Adam Sevani) et Camille, du premier (Alyson Stoner). Viennent s’ajouter Luke (Rick Malambri) et Natalie (Sharni Vinson).

Synopsis :

Fraîchement diplômé de la prestigieuse Université de New York, Moose fait équipe avec une bande de loyaux street dancers et, parmi eux, Luke et Natalie. Ensemble ils vont se mesurer aux meilleurs break dancers du monde au cours d’un affrontement dont l’issue changera leur destin à tout jamais…

Avis critique :

En allant à une séance pour Sexy Dance 3, je voulais avoir de la bonne musique et de la danse, et je n’ai pas été déçue du déplacement… !

La musique et la bande son sont très sympa. Les pas et les figures sont super : un réel spéctacle de street dance.
Les chorégraphies sont magnifiques et je salue les performances techniques des danseurs. Nous avons droit à de nouveaux enchainements (notamment avec les robots), et des anciens (comme la danse sur l’eau).

Les danseurs ont un sacré talent, que ce soit pour un battle, un tango ou une chorégraphie en hommage à Fred Astaire (par Moose et Camille).
D’ailleurs, Adam G. Sevani prend réellement le dessus par rapport aux autres danseurs / acteurs. J’ai trouvé que chacun de ses passages était très réussi (intro dans Central Park, le robot, Fred Astaire, danse finale…).
Pendant tout le film, nous avons droit à beaucoup de danses (dès les premières minutes du film, jusqu’au générique de fin). Ce qui est bien, car c’est tout de même ça que l’on est venu voir… !

Au niveau du scénario, on ne peut pas dire qu’il soit des plus recherchés. L’histoire ressemble fortement aux autres : c’est la rencontre entre un gars et une fille, ils dansent, tombent amoureux et se disputent… Il y a également l’histoire de la team, qui doit absolument gagner la compétition contre les méchants, sinon ils sont dans la merde financièrement.
Le côté positif est que le film ne reste pas concentré sur cette histoire de couple, mais aussi sur celle de Moose (qui, à la manière de Billy Eliott, se sent tiraillé entre ses études d’ingénieur et la danse).

Il n’y a pas vraiment de jeu d’acteur, mais heureusement se sont de très bons danseurs !
Les répliques et dialogues sont un peu banals, mais à mon sens, ce n’est pas le but du film…

Il n’est pas nécessaire d’avoir vu les 2 premiers pour comprendre Sexy Dance 3 (même si on retrouve 2 personnages et une team). D’ailleurs, retrouver Moose et Camille permet de créer une réelle suite et de ne pas avoir une simple histoire.

L’effet 3D est très sympa selon les chorégraphies et figures effectuées en premier plan : on a l’impression de vivre les battle en direct live. On a également droit à une profondeur de champ incroyable, avec quelques objets qui viennent vers nous. C’est un des rares films (avec Là-Haut) où la 3D m’a autant plu !
Par contre, il y a un léger effet déformant à quelques moments (impression que les personnes sont maigres et ont des bras de 10m de longs).

Le meilleur pour la fin : la scène finale génialissime, avec un son et lumière bien sympa, accompagné d’un magnifique effet 3D.

Conclusion :

J’ai trouvé Sexy Dance 3 nettement plus sympa que les 2 autres (tant un niveau « scénario » que danse), même s’il utilise les mêmes clichés que d’autres avant lui : Coyote girls, Dirty Dancing ou Dancing girls. Et j’ai hâte de voir Sexy Dance 4, peut-être prévu pour 2012 !
Le film m’a réellement donné envie de reprendre la danse… !