Critique film Super 8

Vendredi dernier, je suis allée à une avant-première de Super 8, réalisé par J.J. Abrams et produit par Steven Spielberg. Le film sort au cinéma le 3 Août 2011.
La bande annonce ne me disait trop rien (surtout avec tout le buzz fait autour du film), mais je me suis tout de même décidée… Et je regrette un peu, car je n’ai pas du tout accroché !

Avis critique :

En gros, le film est un mélange de ET et Les Goonies, mais en beaucoup plus violent.
Je n’ai pas réellement vu l’intérêt de tourner cette histoire dans les années 80. Cela n’apporte rien, à part peut-être une blagounette sur les nouvelles technologies et pour coller au thème de la zone 51…

Mais je me dis que si le film était sorti il y a 30 ans (et si j’étais née et en âge de le voir), j’aurais peut-être aimé d’avantage.
Les adultes nostalgiques de cette époque apprécieront peut-être mieux que moi. Surtout avec les nombreuses références aux films de Spielberg (ET, Jurassic Park, La Guerre des Mondes, Rencontres du troisième type…). Une sorte d’hommage qui ne m’a pas choquée, mais que j’ai trouvé un peu maladroit.

Gros point positif : les effets spéciaux sont magnifiques. La scène spectaculaire du déraillement du train nous scotche sur notre siège et nous coupe le souffle pendant au moins 5 minutes, tant elle bluffe par son réalisme.
Nous avons également droit à de nombreuses scènes d’action, surtout vers la fin avec les armes des militaires.

Le casting est parfait et les acteurs sont très bons. Mentions spéciales aux cinq enfants inconnus du grand public : Joel Courtney, Elle Fanning, Riley Griffiths, Ryan Lee et Gabriel Basso.
Les décors retro sont bien faits, plutôt réalistes, avec plein de détails (caméra Super 8, tourne-disque, walkman…) : on est dans l’ambiance vintage dès le début.
On a l’impression que le film a été tourné à cette époque. D’ailleurs la façon dont le film est tourné et la lumière bleue (avec le phare d’une voiture par exemple) en témoignent.

Quelques passages sont drôles et il y a des répliques pleines d’humour. Par contre, il y en a d’autres complètement inutiles et qui sonnent faux (du genre : « la drogue c’est mal », ou la discussion « tout le monde n’est pas méchant »).

De plus, le scénario manque parfois de dynamisme et laisse planer le doute sur ce qui a été filmé par les enfants. On ne sait rien de l’histoire des personnages (à par Joe et Alice, les 2 enfants principaux) et du pourquoi de certaines choses.
Je ne vais pas en dire plus ici, mais perso, j’aime à la fin du film quand j’obtiens la réponse à toutes mes questions…

Le film peut se diviser en deux : une partie où le développement des personnages (relations difficiles entre père et fils et l’expérience humaine que chacun en tire) est privilégié par rapport à l’attaque du monstre (que l’on ne voit que par morceaux, à la manière de Cloverfield, mais ça en devient lassant).

Autre aspect embêtant : le film traine en longueur, on en vient à se demander s’il traite de l’accident de train ou du court-métrage que réalisent les enfants…
Au moment où l’armée débarque (la première demie heure est passée), tout se gâte : le film devient prévisible. Et plus on avance pire c’est, car la fin est vraiment un peu trop facile.

Conclusion :

Ce n’est pas parce que je n’ai pas accroché que le film est mauvais. Je retiendrai donc le jeu des jeunes acteurs et la superbe scène du déraillement du train.
Il s’agit donc d’une nouvelle histoire, avec de bons effets spéciaux et sans 3D ! A voir pour les amateurs du genre et les nostalgiques uniquement.
Et petite surprise à la fin : il faut rester pendant le générique !

Synopsis :

Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.