Critique Max et les Maximonstres

Récemment, j’ai pu voir Max et mes Maximonstres. Le film est sorti au cinéma le 16 décembre 2009, le même jour qu’Avatar, mais il est passé beaucoup plus inaperçu…

Il s’agit d’une adaptation cinématographique réalisée par Spike Jonze (à qui l’on doit Dans la peau de John Malkovich).

Le film est adapté d’un album illustré pour enfants de Maurice Sendak, publié en 1963 et considéré comme un des plus grands classiques de la littérature de jeunesse américaine. Le livre décrit les aventures imaginaires de Max, un petit garçon portant un costume de loup et rencontrant différentes créatures étranges.

Acteurs et personnages :

  • Max Records : Max
  • Catherine Keener : la mère
  • Mark Ruffalo : le petit ami
  • Pepita Emmerichs : Claire (la soeur)

Pour les voix originales :

  • James Gandolfini : voix de Carol
  • Paul Dano : Alexander
  • Catherine O’Hara : Judith
  • Forest Whitaker : Ira
  • Chris Cooper : Douglas
  • Lauren Ambrose : KW
  • Michael Berry Jr. : Daniel The Bull

Charlotte Gainsbourg a prêté sa voix à un personnage principal (KW) et a participé à la bande-originale du film, avec son titre In the end.

Critique Max et les Maximonstres

Synopsis :
Max est un petit garçon sensible, remuant (voire même « ingérable ») et à l’imagination débordante. Il se sent incompris et s’évade de chez lui. Max débarque sur une île et rencontre d’étranges et mystérieuses créatures. Les Maximonstres sont des sortes de grosses peluches ayant un comportement aussi volatil qu’imprévisible.

Ils ne demandent qu’une chose : vivre ensemble et être aimés. Max devient leur roi et s’engage à apporter bonheur et amour à ses sujets. Le petit garçon va vite se rendre compte que son peuple est bien plus compliqué à gérer qu’il ne l’imaginait…

Mon avis :
Le titre original du film est Where the Wild Things Are, littéralement « où les choses sauvages se trouvent », est bien plus parlant que le titre français.

Contrairement au livre, Max et les Maximonstres n’est pas un film pour enfant, bien qu’il traite de l’enfance. Il s’agit plus d’un conte philosophique où l’univers très sombre risque de heurter la sensibilité des plus jeunes.

Le film, entre rêve et réalité, est tout de même touchant. Le héros à la bouille d’ange joue parfaitement sont rôle.

L’histoire commence plutôt bien. On y voit Max dans le monde réel.
Et puis, quand le petit garçon part en virée (imaginaire ou non ?) au pays des Maximonstres, on se dit : ça y est, ça commence ! Et bien, non.
Le film lasse assez vite et ne contient rien de plus : il n’y a pas de réelle histoire, ni de grand rebondissement…

Max et les Maximonstres reste cependant un film agréable à regarder. Mais pour ma part, la magie n’a pas opéré… J’ai vu le film sans avoir lu de critique, ni même vu de bande-annonce. J’aurais peut-être du…
Attendez donc la sortie DVD du film pour le voir !

Pour plus d’infos :
Site officiel : http://wwws.warnerbros.fr/wherethewildthingsare/#/Splash

(Merci à Claire pour la critique du film Max et les Maximontres)