Dark Souls II : les rencontres

Peu après le trailer, Namco Bandai diffuse une nouvelle galerie de Dark Souls II.

A Boletaria (Demon’s Souls), Lordran (Dark Souls) ou Drangleic (Dark Souls II), l’ambiance narrative des Souls garde ce même écrin lugubre et unique, avec des textes de qualité, une histoire gravée dans le décor plus que dans les paroles, et un doublage de dépressif parfaitement dans le ton. Le monde de Dark Souls II sera toujours peuplé de NPC ici et là, et aujourd’hui Namco Bandai a quelques personnages à nous présenter parmi cette galerie inédite.

La Pyromancie est toujours présente dans Dark Souls II. Dans le précédent épisode, cette technique avait dû être affaiblie suite à une mise à jour, car jugée trop puissante et causant un déséquilibre dans le jeu. Le gros atout de la Pyromancie, outre son grand nombre d’utilisation et sa puissance, vient sans doute du fait qu’elle ne demande aucune gestion de l’endurance.

On pouvait croiser la marchande Melentia dans la bêta du jeu. Survivante native de Drangleic, celle-ci est en train de devenir folle petit à petit.

Maughlin est un armurier pour qui les affaires ne vont pas très bien. Ce voyageur venu d’un autre pays se situe à Volge, une région tout à l’Ouest.

Ce dialogue avec la vieille femme, qui accueillera le joueur à son réveil, semble se dérouler sous forme d’une cutscene, ce qui serait un petit événement pour cette franchise qui préserve normalement une éternelle distance scénique entre le joueur et les NPC.

Cet endroit situé à l’extrémité de Drangleic se nomme Majula. On nous explique qu’il n’y a rien ici à part cette petite tour. Et la mort.

Lucatiel vient de Mirrah, un pays situé à l’Est réputé pour sa chevalerie. Lucatiel n’est pas de sang noble mais a gravi les échelons pour devenir chevalier. Comme le joueur, il est venu à Drangleic pour trouver un remède à sa malédiction.

Ceux qui ont goûté à la bêta de Dark Souls II ont pu s’en rendre compte concrètement : après chaque mort, la jauge maximale de santé diminue d’un cran. C’est injuste, cruel, abusif et révoltant (GOTY). Redevenir humain en consommant une Human Effigy rétablira totalement la jauge de vie, mais cet objet s’annonce pour le moins rare. Par ailleurs, un mort-vivant pourra désormais être envahi par un autre joueur (!) et pour recevoir l’aide d’un compagnon assermenté (genre Blue Sentinel) il faudra être humain soi-même.

Emerald Herald. Une femme portant la Robe Emeraude. Tuer un NPC dans Dark Souls permet généralement de récupérer son équipement. Mais dans le cas présent, c’est sans doute déconseillé. Après tout, cette femme est tout de même assez importante pour apparaître dans le tout premier trailer du jeu.

Se laisser tomber oui, mais pas de trop haut. Prepare to fail.

Un joueur à l’état de mort-vivant au repos près d’un feu. Dans Dark Souls II, il faudra donc consommer un objet nommé Human Effigy pour reprendre forme humaine.

Blue Sentinel Targray. Pour rappel, les Blue Sentinels sont chargés de protéger les membres du serment Blue Covenant en cas d’attaque par un autre joueur mal intentionné.

Le forgeron Lenigrast. Il en faut au moins un.