Des nouvelles des films Uncharted, Metal Gear et Mass Effect

Trois adaptations de licences très appréciées qui inquiètent, mais dont on espère tout de même que ce sera réussi.

Avi Arad, voilà un nom qui traine beaucoup dans le milieu du Jeu Vidéo depuis quelques années. Et pour cause : ce producteur de films s’est mis en tête d’adapter plusieurs licences vidéoludiques. Il a notamment récupérer les droits d’adaptation pour Uncharted, Metal Gear et Mass Effect, et Kotaku a pu parler de ces trois projets avec lui.

Il a commencé par le film Uncharted qui semble être le plus avancé des trois projets. Et même si la genèse du film est tumultueuse avec plusieurs changements de réalisateurs, il semblerait malheureusement que le ridicule script familial ait résisté à tout ce barouf :

« Je pense qu’Uncharted rencontrera un grand succès. C’est un jeu père/fils. Il y a des choses intéressantes à son sujet. Concernant le monde du vol d’antiquités, il y a beaucoup de pays dans le monde qui réalisent qu’ils se font voler et ils essayent de récupérer ces pièces importantes.

Le script comprend beaucoup de personnages et je pense qu’il a une chance d’être le premier [film adapté d’un jeu vidéo à rencontrer le succès]. »

Mais pourquoi s’entête-t-il à en parler d’un jeu père/fils ? La relation entre Sully et Nathan peut s’y apparenter, m’enfin bon…

Bref, passons maintenant au long métrage Metal Gear. Avi Arad n’avait pas grand-chose à partager à ce sujet et pour cause : le film sortira au mieux dans trois ans. Il déclare en tout cas que la force de la licence tient dans son histoire. Et aussi dans le fait que les jeux de la série sont déjà eux-mêmes à moitié des films, mais ça il ne le dit pas. Arad va en tout cas bientôt diner avec Hideo Kojima pour parler un peu du projet.

Enfin, concernant Mass Effect, on est encore très loin de le voir, sauf si vous trouver que l’on n’est pas si loin que ça des années 2018-2019 :

« C’est une grande idée que nous, humains, soyons les moins développés, les moins dignes de confiance, c’est un intéressant reflet de notre monde, nous sommes les aliens maintenant. J’adore le projet, il arrive, il demande beaucoup de travail. Certains films demandent cinq, six ans avant d’être prêts. »

Le 30/08/2013 à 16:14:35 – Par Jean-Baptiste Pochet @moustachaman