Disney ferme Junction Point

Fondé en 2005 par Warren Spector avant d’être acheté par Disney, Junction Point Studios ferme ses portes après avoir livré seulement deux jeux.

Quelques jours après Vigil Games, un autre studio de développement basé à Austin ferme ses portes : Junction Point, le développeur de Epic Mickey 1 et 2. Disney Interactive n’a pas tardé à confirmer la rumeur relayée plus tôt par l’étincelant Jibé.

Si Epic Mickey était sorti assez tôt (2010) pour dépasser les 2 millions de jeux vendus sur une Wii encore active, sa suite s’est avérée être un échec critique et commercial. Sur une durée comparable, on parle de 529 000 ventes pour Epic Mickey 2 contre 1,2 million pour le premier. De son côté, le jeu Nintendo 3DS Power of Illusion (développé par un autre studio) n’a fait que 166 000 ventes entre novembre et décembre aux Etats-Unis.

Après le lancement du dernier Epic Mickey en novembre, les employés de Junction Point ont été invités à partir en vacances et n’ont été informés de la fermeture que ce mardi. Pour justifier sa décision, Disney évoque « une évolution rapide du marché et des platesformes de jeux ainsi qu’un alignement des ressources en faveur des priorités clés. »

La lente rupture de Disney avec le jeu vidéo

La fermeture de Junction Point ne fait que s’inscrire dans la politique d’abandon du jeu vidéo amorcée par Disney Interactive depuis 2010. Le vent a commencé à tourner lorsque le géant du divertissement annule soudainement le pourtant prometteur Pirates des Caraïbes : L’armée des Damnés. La fermeture du studio de développement, Propaganda Games, intervient en janvier 2011. Un mois plus tôt, Disney annonçait le départ de Graham Hopper qui, en plus d’être à l’origine des projets originaux comme Split/Second, avait aussi poussé Disney à s’offrir Junction Point. Mi-2011, Disney achève également Black Rock Studios, qui était entré en pré-production sur la suite de Split/Second. Depuis 2011, Disney se concentre ainsi sur le digital et sur les jeux à licences, comme Les Mondes de Ralph. Dernier projet ambitieux du groupe en matière de jeu vidéo, Disney Infinity s’avère être une réplique de Skylanders, machine commerciale par excellence. Dans ce contexte, un studio comme Junction Point avec à sa tête Warren Spector faisait certainement office de structure devenue inutile.

Warren Spector a posté un message d’au revoir et de remerciements sur Facebook. A 57 ans, l’un des créateurs de Deus Ex n’a visiblement pas l’intention de quitter le secteur, mais ne sait pas encore où se situe sa prochaine aventure.