Dragon's Crown détaillé

IGN a eu la chance de jouer à Dragon’s Crown en vue de sa sortie le 6 août aux USA. De quoi récolter quelques nouvelles informations sur un jeu qui n’a que peu communiqué sur son contenu en dehors de ses personnages.

Pour commencer, IGN sépare les fameux protagonistes en 2 groupes : Fighter, Amazon et Dwarf sont taillés pour les débutants tandis que Elf, Sorceress et Wizard se destinent aux joueurs accomplis. Petit détail sympathique, ce superbe visuel présentant les 6 héros réunis autour d’un repas et d’une bière est en fait l’écran de sélection des personnages. Une réminiscence de celui proposé dans le Donjons & Dragons de Capcom (sur lequel avait travaillé George Kamitani, le gourou de Vanillaware).

Entre deux quêtes, le joueur est libre de flâner en ville, sur un plan 2D familier des productions Vanillaware. Il est possible de papoter avec les habitants, mais aussi de les embêter en donnant par exemple un coup dans le panier rempli de pommes d’un commerçant. C’est gratuit et donc sûrement très amusant. La ville est conséquente et comporte de nombreux magasins et décors sublimes. Pour partir en quête, il est nécessaire de passer sur une carte du monde, sachant que tous les stages peuvent (et doivent) être revisités à loisir. La progression est globalement linéaire et s’accompagne de quêtes optionnelles. Un tutoriel est aussi là pour détailler les attaques d’un combattant que l’on utilise pour la première fois.

Pur Action-RPG, Dragon’s Crown n’est pas un jeu bourrin et s’avère assez difficile, juge IGN. Une information importante est que le niveau des ennemis s’alignera sur celui du joueur. C »est donc la compétence du joueur plutôt que le temps passé à accumuler de l’expérience qui lui permettra de progresser. Plus le joueur augmente de niveau, plus les ennemis seront résistants et nombreux de leur côté, sachant que chaque stage se termine en plus par un boss. De toutes les classes, c’est l’Elfe qui a eu la préférence d’IGN, un personnage à la puissance modérée mais qui fait des ravages avec son arc. Il faut cependant savoir que ses flèches sont limitées et doivent faire l’objet d’une utilisation soignée dans l’espoir de trouver régulièrement des munitions.

En plus des talents innés de chaque classe, il est possible de ramasser des armes spéciales qui dureront pendant un moment, comme une puissante arbalète. Et bien sûr chaque aliment trouvé permettra de reprendre un peu de santé. On peut d’ailleurs voir le personnage dévorer automatiquement une pomme piochée dans son inventaire, s’il reste immobile pendant un moment. Une autre information peu mise en avant jusqu’ici : il y a des montures dans Dragon’s Crown, à la façon d’un Golden Axe. Certaines crachent du feu, d’autres sont plus classiques mais constituent dans tous les cas un gros avantage temporaire, surtout qu’elles absorberont les attaques jusqu’à un certain point.

Concrètement, on dirige le personnage avec le stick analogique gauche tandis que la croix sert à naviguer dans les raccourcis de l’inventaire. La fonction du stick analogique droit est plus surprenante : il permet de diriger un curseur indépendant pour identifier des points d’intérêt dans le décor. Ceci permet au voleur qui vous accompagne de remplir son gros sac avec du butin, expliquant au passage comment la sorcière et l’amazone s’y prennent pour ramener autant de fournitures malgré leur tenue si légère. Le voleur est donc toujours là pour déverouiller une porte ou un coffre. Sur PS Vita, l’objet peut être désigné en tapotant sur l’écran tactile.

Concernant sa dimension RPG, Dragon’s Crown présente des HP, des MP et des statistiques pour chaque personnage : force, constitution, dextérité, intelligence, résistance magique et chance. Trouver des pièces d’équipement permet aussi de renforcer son personnage. Enfin, chaque mission se termine par l’attribution d’un score qui se transforme en points d’expérience, et dont la quantité reflète la qualité du style de jeu. A noter que le jeu propose un système de butin assez spécial. Chaque objet récupéré durant une quête est en fait inutilisable tant qu’il n’est pas passé entre les mains d’un professionnel chargé de l’évaluer. Chaque évaluation coutant de l’argent, il est recommandé de ne pas tout faire évaluer au hasard mais plutôt de faire une sélection basée sur le degré de rareté de l’objet (il existe 6 degrés de rareté de S à E) et de vendre le reste pour perpétuer ce système économique.

Rappelons pour finir que Dragon’s Crown est jouable à 4 en local et en ligne, mais sans interconnexion possible entre les joueurs PS3 et PS Vita, malheureusement.

Le 17/05/2013 à 22:02:27 – Par Steeve Mambrucchi