E3 2012 : le contexte de Watch Dogs

De quoi comprendre un peu mieux ce qu’il se passe dans le titre d’Ubisoft qui a fait sensation cette nuit.

L’histoire de Watch Dogs

Après l’impressionnante démo d’hier, on veut encore du Watch Dogs ! Ubisoft l’a bien compris, mais pas question d’avoir de nouvelles séquences de jeu. A la place, l’éditeur nous transmet ce trailer non moins intéressant puisqu’il nous donne le background de l’aventure. L’inspiration de départ est le blackout de 2003 dans le Nord Est des Etats-Unis, un évènement qui a réellement eu lieu mais qu’Ubisoft détourne ici. Au lieu d’être dû à  quelques erreurs humaines et bugs informatiques (qui sont des erreurs humaines aussi, d’ailleurs), Ubisoft part du principe que c’est un employé mécontent d’une centrale électrique qui a propagé un virus pour se venger. Huit ans plus tard, l’année 2011 marque l’arrivé du premier Central Operating System, un système informatique qui gère à  lui tout seul une ville pour éviter ce genre de désagrément. Depuis, la technologie a bien évolué, et en plus de contrôler les feux de circulation ou la distribution d’électricité, ces CTOS récoltent aussi des données personnelles dans cet univers fictif, et toutes ces informations sont étudiées, rassemblées et recoupées sur un réseau global afin de disséquer la population dans le but de l’influencer. Tout est connecté dans le seul but de contrôler la plèbe.

Le jeu en lui-même se déroule dix ans après le blackout, soit en 2013, et Ubisoft pose la question suivante : et si quelqu’un piratait un CTOS en 2013, quelles seraient les conséquences ? Réponse l’année prochaine, apparemment.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *