Test de FAST Racing League sur Nintendo Wii

FicheTestAstucesNewsImagesVidéosCritiques

Après Jett Rocket, le studio allemand Shin’en Multimedia récidive sur WiiWare, mais cette fois avec un jeu de course nommé FAST Racing League. Même si ce dernier reprend le même, mais néanmoins fabuleux, moteur de jeu (c’est à  se demander comment les autres développeurs tiers ont fait pour ne pas faire aussi beau), il ne partage que peu de similitudes avec le jeu de plates-formes. Après un pastiche de Super Mario Galaxy, c’est plutôt vers F-Zero que se tourne Shin’en, et ce n’est pas pour nous déplaire.

Le futur, c’est du déjà  vu

En l’an 2112, les peuples de la galaxie s’ennuient tellement qu’ils organisent des courses de bolide nouvelle génération qui foncent à des vitesses extrêmes.

Non non nous ne sommes pas dans F-Zero, la preuve : aucun personnage charismatique n’est là  pour faire le show et balancer des Falcon Punchs aux bad-guys de la galaxie.
Vous l’aurez compris, il ne sert à  rien de s’attarder sur le scénario de FAST. D’une part parce qu’il repompe sans scrupule celui des plus grands noms du genre, et d’autre part parce qu’il n’a rien de bien palpitant en fait. De même, les décors des différentes pistes semblent reprises directement des décors de Jett Rocket.

Il faut dire une chose à  propos de Shin’en, c’est qu’ils manquent cruellement de créativité lorsqu’il s’agit de raconter une histoire. Dans FAST, les pilotes ne sont pas connus, ce qui limite sévèrement le sentiment d’immersion. De plus les bolides en eux-mêmes ne sont pas spécialement inspirés, ils se ressemblent tous un peu au niveau du design, et ce n’est pas mieux au niveau des performances. D’ailleurs au passage, l’univers est plus qu’incohérent. Sur les trois planètes que comportent le jeu, on retrouve un désert de glace, un désert de sable et une planète ressemblant à  la Terre, mais cela ne gène pas les développeurs d’avoir mis des décors de neige sur la planète de sable ou des décors de désert chaud dans le monde de glace. Bref, ne cherchez plus, les gens de chez Shin’en ne se prennent pas la tête avec l’histoire.

Heureusement, ce n’est pas pour ça qu’on aime ce studio, mais plutôt pour la qualité de leurs jeux, tant sur le plan du gameplay que de l’aspect graphique.

Un boost en noir et blanc

Et niveau gameplay, FAST envoie du lourd. Non content de proposer une animation aussi fluide qu’un F-Zero GX (on note quand une impression de vitesse un peu moindre), les circuits qui s’offrent à  nous font vraiment preuve d’intelligence, et leur originalité tient au changement de phase, un concept novateur et prenant.

Le principe est simple : votre bolide est capable de changer de couleur, entre noir et blanc. De son coté la piste est pavée à  certains endroits stratégique de dalles blanche ou noire. Si vous roulez sur une dalle blanche en étant blanc (ou noir en étant noir), votre engin filera deux fois plus vite que la normale, vous procurant un boost décisif pour la victoire. Si en revanche vous faites le contraire (noir sur blanc ou blanc sur noir), vous verrez votre fusée freiner d’un seul coup, et sachant que les voitures adverses ne vous feront pas de cadeaux, la moindre petite erreur vous fera perdre votre avance, voire même la course.

Mais cela devient encore plus vicieux lorsque les dalles de couleurs sont au plafond, ou qu’elles servent de tremplin. En effet à  certains endroits la course prend fin sur un énorme précipice, avec au bout, tantôt des tremplin noir ou blanc, tantôt un plafond noir ou blanc. Si vous arrivez avec la bonne couleur, vous allez faire le grand saut, ou vous collez au plafond tout en profitant de l’accélération, et ainsi passer le gouffre sans encombre, mais si ce n’est pas le cas, vous finirez dans le décors

Il faudra alors bien savoir quand changer de couleur, d’autant plus que vous ne pourrez pas le faire à  l’infini. Il y a en bas de l’écran une barre d’énergie divise en 10 segments. Un changement de phase vous coutera 1 segment, mais vous avez aussi accès à  un bouton de boost, un peu plus classique cette fois, qui vous coutera 5 segments de votre barre d’énergie. Pour la remplir il faudra récupérer des orbes sur la route, sachant que les ennemis aussi peuvent vous les piquer s’ils passent devant vous.

Attention à  ne pas tout gaspiller !