Guerrilla Games (Killzone) : le travail quadruplé pour la next-gen

Le studio néerlandais va à contre-courant de ce qu’ont affirmé quelques acteurs majeurs du marché.

Ubisoft, EA ou encore Take-Two l’ont affirmé : développer un jeu sur next-gen ne coûte pas plus cher qu’avant, grâce à des technologies adaptées aux deux générations. Mais tout le monde n’a pas les moyens de développer des outils pour les deux générations, comme par exemple Guerrilla Games, le studio derrière les Killzone qui va proposer Killzone : Shadow Fall au lancement de la PS4 le 29 novembre. Même s’il ne parle pas concrètement de coût, le lead designer Eric Boltjes a confié ceci à VG247 :

« La partie vraiment effrayante, c’est que tous les outils et les trucs développés précédemment devaient être jetés. Nous devions tout refaire. Nous avions le moteur que nous avons dû refaire pour convenir à la next-gen, toutes les assets devaient être refaites, les armes devaient être refaites et le système d’animation devait être refait. C’était comme abandonner toutes les données sauvegardées pour quelque chose de nouveau et effrayant. […]

L’architecture est vraiment cool parce que c’est plus facile de développer dessus, vous avez plus de mémoire, plus d’espace disque, plus de puissance de calcul, donc l’architecture est plus simple.

C’est aussi bien plus exigeant parce que les efforts de production nécessaires juste pour faire un titre next-gen ne sont pas doublés. C’est quadruplé. C’est parce que tout doit être plus beau. Ça demande bien plus de monde, et bien plus de communication. Donc ça rend les choses plus simples d’un point de vue technique, mais d’un point de vue professionnel ça rend les choses beaucoup plus difficiles. »

On rappelle que Guerrilla travaille également sur un projet PS4 « complètement différent de Killzone ».