Indé : Microsoft relance la bataille, mais doit encore faire ses preuves

Les différentes réactions faisant suite au changement de politique de Microsoft en faveur de la création indépendante montrent que le constructeur américain va avoir du travail pour regagner la confiance de tous.

Sous la pression manifeste de Sony et de la communauté indie, Microsoft a officiellement annoncé un grand changement dans sa politique éditoriale. A compter de l’année prochaine, n’importe quel créateur indépendant pourra publier un jeu sur Xbox One avec la même liberté autoéditoriale que sur les consoles PlayStation et Nintendo. Mais surtout, avec l’étonnante annonce selon laquelle chaque Xbox One disponible dans le commerce pourra faire office de kit de développement (un kit bridé selon certaines sources, chose que Microsoft dément) on peut se demander si c’est désormais Sony qui va accuser un retard dans cette grande lutte de séduction. Car avec le changement de génération, devenir le meilleur amant des indé est devenu un véritable enjeu, et on n’arrête plus les consoliers quand il s’agit de leur dérouler le tapis rouge. Dernier exemple en date, on apprend chez Develop que Sony va débuter à partir de septembre des réunions pour s’entretenir spécifiquement avec la scène indépendante. Ces échanges directs auront lieu une fois par trimestre au siège de SCEE à Londres.

Selon les différentes réactions, il apparaît que la position de force de Sony est encore loin d’être franchement menacée. Polygon nous apprend ainsi que si un kit de développement PlayStation 4 coûte 2500$ (contre 500$ pour s’offrir une Xbox One) Sony a l’habitude d’en distribuer gratuitement. « Tous les indé que je connais l’ont eu gratuitement » déclare un développeur. Pour un créateur, la facilité d’accès au développement sur PlayStation ne serait donc pas remise en cause par les nouvelles mesures de Microsoft. Des mesures accueillies dans le milieu avec une certaine réjouissance mais aussi une bonne dose de méfiance.

Selon Guillaume Provost de Compulsion Games (Contrast) Microsoft a un certain retard à combler sur le plan relationnel. Selon Provost, Microsoft ne dispose pas d’agent de terrain spécialisé dans les relations avec les indé, contrairement à Sony qui a été souvent loué pour la qualité de son relationnel. « J’attends de voir s’il y aura vraiment des gens en place chez Microsoft pour contacter, évangéliser et éduquer la communauté indépendante. C’est ce que Sony fait extrêmement bien, en nous donnant du matériel et de l’espace sur les stands pendant les événements, en nous donnant un accès anticipé aux kits de développement, en nous guidant à travers le processus de certification ou en nous intégrant dans leurs plans promotionnels. Tout part avec des gens dans l’organisation qui sont chargés de développer activement un partenariat mutuel, et actuellement je ne sais pas s’il y a un équivalent chez Microsoft. Sony a construit une relation vraiment positive avec la communauté et, au-delà de la politique, je pense que Microsoft doit encore prouver qu’ils sont prêts à travailler directement avec les développeurs. »

Jennifer Schneidereit de Nyamyam Games (Tengami) est encore bien plus critique en sa qualité d’ancienne employée de Microsoft. « Jusqu’à présent, Microsoft a fait preuve d’une mentalité qui exclut les développeurs indépendants. Ce qui fait que j’ai du mal à croire en leur motivation concernant ce changement d’attitude soudain. De par mon expérience chez Microsoft, je sais que la direction et les objectifs de la compagnie changent fréquemment. Ces nouveaux plans pourraient être une opération de dernière minute qui finira dans une situation similaire au Xbox LIVE Indie Games, dans lequel Microsoft met en place un système mais ne le supporte pas de façon à en faire un sucès. Nintendo et Sony font déjà un travail fantastique pour forger une relation avec les développeurs indépendants et pour montrer comment ils s’intègrent dans leur stratégie à long terme. Microsoft va avoir beaucoup de travail pour gagner ma confiance, autrement qu’en changeant simplement de politique. »

Dans la catégorie têtu, Brian Provinciano de Vblank Entertainment (Retro City Rampage) n’a pour sa part aucune intention de se réconcilier. « Après mon expérience avec eux pour sortir Retro City Rampage sur Xbox 360, je n’ai même pas envie d’acheter une Xbox One et encore moins de développer dessus. Le changement de politique c’est bien, mais je ne suis pas prêt d’oublier l’expérience que j’ai eu. Travailler avec Microsoft a été le point le plus malheureux de ma carrière. La politique est une chose, la relation développeur en est une autre. »

La majorité des développeurs ayant exprimé par le passé sa déception voire son hostilité envers Microsoft estime l’annonce encourageante, mais attend de découvrir tous les détails à la gamescom. Microsoft se chargera en effet de détailler son programme le mois prochain à Cologne dans l’espoir d’éliminer un maximum de doutes. Et de repartir réellement à égalité avec Sony dans le domaine de la création indépendante.

Le 26/07/2013 à 02:46:39 – Par Steeve Mambrucchi @Steeve_JVN