Invendus : Amazon détruit tout !

L’émission Capital diffusé le dimanche 13 janvier 2019 a mis devant les projecteurs le gâchis qu’effectue Amazon sur des milliers ou même millions de produits qui sont utilisables ! Une actualité high-tech mais pas seulement qui ne fait clairement pas plaisir…

Je suis étonné par ce reportage, je ne m’attendais pas à ce que des sociétés comme Amazon jette autant et sans impunité des milliers de produits tous les jours qui n’ont aucuns problèmes (défectueux ou abîmés) mais pour éviter de payer des taxes sur des produits que la marque considère comme invendable au prix du marché !

Suite à ce reportage, Amazon a décidé de se justifier et l’état français de prendre des mesures afin d’interdire la destruction de biens encore utilisables.

Amazon répond suite à l’émission Capital qui révèle la destruction des invendus !

On pouvait facilement se poser la question de savoir si Amazon allait répondre aux accusations qu’a porté l’émission Capital diffusée sur M6, c’est chose faite avec 3 Tweets de la part d’Amazon France qui cherche complètement à se justifier d’un acte que je trouve complètement scandaleux de nos jours.

“Chez Amazon, seulement une petite fraction des produits invendus est détruite, la grande majorité est recyclée, revendue, retournée ou donnée. Par exemple, nous faisons régulièrement des donations pour des associations telles que Dons Solidaires ou Les Banques Alimentaires (…) En ce qui concerne les donations des vendeurs tiers de la marketplace, les réglementations en vigueur relatives à la TVA imposent que les vendeurs s’acquittent de la TVA sur les donations, ce qui n’est pas économiquement viable (…) Nous nous efforçons de réduire le nombre de produits pour lesquels nous n’avons d’autre choix que la destruction, notamment en portant le sujet auprès des autorités compétentes.”

On remarque qu’il s viennent justifier un acte de destruction de biens par 2 points presque enfantins. Tout d’abord, le premier point concerne le nombre peu important des objets détruits comparés aux objets recyclé, donné ou revendu. A cela, je n’ai qu’une chose à dire. On n’a aucune preuve ni aucun chiffre qui vient prouver le contraire tandis que l’on a bien vu lors de la diffusion de l’émission les tonnes d’objets tout simplement jetés !
Le second point que l’entreprise souhaite soulever, c’est que la TVA s’applique sur les donations et que pour les vendeurs tiers du marketplace ce n’est pas économiquement viable. Personnellement, je crois halluciner lorsque je lis cette phrase car en soit il est donc préférable de jeter les objets encore tout à fait utilisable plutôt que de les donner à des associations par exemple et cela pour des raisons purement économiques.

zone de stockage Amazon

Ce n’est pas une découverte, il est presque coutume de jeter dans le domaine de la distribution et Capital n’a fait que mettre sous les projecteurs une pratique faite par toutes les grandes entreprises de la Distribution.

Et c’est bien normal vu qu’aux yeux de la Loi rien n’interdit de telles pratiques alors que les préoccupations écologiques deviennent de plus en plus importantes, c’est clairement une aberration.
Lors de la diffusion du reportage, on peut voir le journaliste Guillaume Cahour qui s’est fait embaucher auprès d’un centre de logistiques d’Amazon en tant que manutentionnaire.

Il a alors pu filmer des immenses bennes contenant plusieurs tonnes de produits qui y avaient été jeté par des employés de la société. Il n’y sont pour rien bien sûr mais lorsque l’on voit tout ces objets jetés pour être détruit tel que des télés ou des jouets, on se demande pourquoi !

Des lois qui encouragent la destruction des invendus

Je te le disais juste au-dessus, les lois ne sont pas assez strictes au niveau de la destruction des invendus et pour permettre de vendre les nouveaux modèles de produits les marques comme les enseignes de Grandes Distributions préfèrent détruire les produits au lieu de vendre à perte ou donner car ils doivent alors payer des frais importants.

D’ailleurs à ce propos, le journaliste de Capital nous explique que par rapport à Amazon, il existe 2 possibilités pour que les vendeurs Tiers se débarrassent  de leurs invendus.

  • Le renvoi des marchandises afin qu’elles soient restituées aux vendeurs tiers
  • La destruction des marchandises simplement ! En effet, le coût de rapatriement des invendus coûtent très chers au vendeur qui préfère la destruction que subir des frais surtout que la plupart des entreprises ne se trouvent pas en France mais à l’étranger.

Mais attention les revendeurs n’y sont pas pour rien mais Amazon n’ont plus. En effet, j’ai découvert que le système de stockage du site poussé encore plus les revendeurs à chercher des solutions afin de ne pas laisser les stocks chez l’entreprise.

En effet, le mètre cube est facturé 26€ au début d’une collaboration pour ensuite rapidement augmenter. Au bout de 6 mois, le mètre cube passe à 500€ et atteint les 1000€ au bout d’un an. Cela montre bien une fois de plus que la société américaine pousse les vendeurs à se débarrasser des stocks le plus rapidement possible et cela à n’importe quel prix morale ou financier.

Au final, l’entreprise déclare vendre chaque jour plus de 34 millions de produits et a détruit en France environ 3,2 millions de produits pour l’année 2018. Si certains pensent que ce n’est pas grand chose, je considère que c’est 3.2 millions de produits en trop surtout par les temps qui court !

Quelles solutions pour lutter contre ce phénomène de gâchis ?

Il existe des solutions pourtant très simple afin de lutter contre ce gâchis qui existe depuis des années et qui ne semblait soucier personne jusqu’à l’éclairage fait par Capital.

On apprend donc maintenant que Brune Poirson qui se trouve être la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique a été “choquée ” ! Permettez moi d’en douter qu’une personne avec ses fonctions ne soit pas informé de ce genre de situation qui existe depuis plusieurs années.

Elle déclare aussi ceci :  “Dans les mois à venir, une loi va passer au Parlement qui va interdire ce type de pratique (…) Des entreprises, comme Amazon, ne pourront plus jeter des produits qui sont encore consommables.

Peut-on affirmer que ces mesures vont faire diminuer le nombre d’objets invendus puis jetés ou détruits ?

Je ne sais vraiment pas personnellement, j’ai surtout un goût amère d’un système corrompu avec des personnes qui prétendent aider pour le bien de la planète mais qui en réalité pensent avant tout au fameux billet vert car c’est lui qui fait tourner le monde.

Il  ne reste plus qu’à attendre le courant de l’année pour voir si une telle loi va être mise en place et de quelle manière. Entre l’obsolescence programmée et les invendus conséquents qui sont détruits, je trouve qu’il y a forcément des questions à se poser en matière d’écologie.

Laisser un commentaire