Les jeux vidéo violents ne rendent pas asociaux

Une nouvelle étude portant sur les jeux vidéo vient d’échouer à lier la violence d’un jeu et le comportement asocial qu’elle pourrait engendrer.

Une nouvelle pierre vient d’être apportée au débat portant sur les rapports entre jeux vidéo violents et le comportement des joueurs. Cette fois, la dernière étude en date, menée par l’université australienne du Queensland, conclut qu’il est impossible de lier les deux. Trois expériences ont été menées pour aboutir à cette conclusion, avec le concours de 64 étudiants âgés de 17 à 33 ans et répartis à 56% et 44% entre hommes et femmes. Quatre jeux ont également été utilisés, chacun d’entre eux étant classé comme suivant : asocial (GTA IV), violent (Call of Duty : Black Ops), prosocial (World of Zoo) et non violent (Portal 2). Bien évidemment, les participants ne connaissaient pas la vraie nature de l’étude avant de participer aux différentes expériences. On les a même invités à remplir de faux questionnaires afin de leur cacher les vraies motivations de l’étude.

La première expérience s’est déroulée après que chacun des participants a joué 20 minutes à un jeu choisi au hasard. Un des organisateurs lui demande alors de remplir un questionnaire puis, les bras chargés de dossiers, de stylos et d’une tasse de café, il prétexte un rendez-vous urgent pour partir. En partant, il laisse tomber ses stylos à terre et c’est là que l’expérience commence avec la réaction du joueur face à une personne ayant manifestement besoin d’aide. Vous retrouverez les résultats ci-dessous pour constater que quel que soit le type de jeux, il est impossible de voir une relation entre la réaction et la nature du jeu (NDR : et aussi qu’accessoirement, une majorité des participants sont mal élevés !).

Experience 1

Le modus operandi de la seconde expérience est pratiquement identique à celui de la première à la différence près que la chute du stylo arrive cinq à dix minutes après le debut du jeu. Le but est alors de voir si le temps passé devant un jeu peut modifier lui aussi le comportement social. Là encore, impossible de tirer une quelconque conclusion.

Experience 2

Enfin, dans la troisième expérience, les jeux changent avec des oldies, afin de voir si la représentation beaucoup plus réaliste de la violence dans les jeux vidéo actuels a également une influence sur les comportements. Ce sont donc Lemmings et Lamers (une parodie violente de Lemmings) qui sont proposés aux étudiants pendant 8 minutes avant le test des stylos. Là encore, aucun lien de cause à effet ne peut être établi.

La conclusion des auteurs de l’étude est qu’il est impossible d’affirmer que les jeu vidéo violents ou asociaux ont une influence négative sur le comportement des joueurs envers les autres. A contrario, les jeux vidéo prosociaux n’ont pas non plus d’influence bénéfique sur le comportement des joueurs. Reste à voir comment cette étude sera accueillie par le corps scientifique, la question du nombre de participants pouvant notamment être soulevée.

Le 04/07/2013 à 14:32:53 – Par Rodolphe Donain @RodolpheDonain