Lost Planet 3 : On y a joué !

Pourtant prévu pour le début d’année prochaine, Lost Planet 3 se laisse déjà  approcher. Nous avons eu la chance de l’essayer lors d’une petite visite chez Capcom France.

Le mois dernier, Kevin avait été l’un des premiers journalistes à  voir ce fameux Lost Planet 3. Un premier regard que vous pouvez encore retrouver sur JVN.com ici même. On y apprend que le jeu se passe avant le premier Lost Planet et mettra en scène un personnage nommé Jim. Parti explorer la planète E.D.N. III au sein d’une colonie de pionniers, Jim fera la connaissance des fameux Akrids, que ce soit à  pied ou aux commandes d’un RIG (ancêtre des Vertical Tank).

De glace et de sang

Nous ne vous relaterons pas le déroulement complet de la démo essayée, puisqu’il s’agit de celle déjà  décrite dans l’article de Kevin. L’important aujourd’hui, ce sont les sensations ressenties, manette en main. Au début, Jim se balade dans sa base, en direction de son RIG. Non seulement sa modélisation est très réussie, mais le bougre ne manque pas de charisme (et non, Kevin, il ne ressemble pas à  Alain Chabat). Rien de vraiment nouveau à  signaler donc, jusqu’à  ce qu’on grimpe dans l’armure géante. Et là , surprise, la vue est à  la première personne, contrairement aux deux épisodes précédents. Après notre légère déception, on apprécie finalement ce point de vue qui rappelle l’excellent Steel Battalion. Le machin semble peser très lourd, on avance lentement avant de sortir enfin à  l’extérieur de la base. Face à  de beaux décors et dans une ambiance glaciale, on progresse en brisant quelques stalactites de glace. Ces phases de jeu dans le RIG contrastent largement avec les phases à  pied, lors desquelles Jim est forcément plus véloce et mieux armé. Le RIG, contrairement aux VT bardés de roquettes que l’on retrouve dans Lost Planet, est surtout un véhicule utilitaire, équipé d’une vrille et d’une pince. Pas forcément conçu pour le combat donc, mais lorsqu’un crabe géant nous fonce dessus, pas le choix, il faut se battre. Pour décortiquer ce crustacé géant, vous devrez faire preuve d’adresse (on peut même parer les coups) et réagir vite grâce à  des QTE. Ces QTE évolués, dans lesquels vous devez diriger un viseur, se retrouvent également lors des phases à  pieds.

Simplicité, efficacité ?

Justement, il est possible de descendre du RIG à  tout moment afin de se balader un peu à  pieds. Ce sera même parfois nécessaire, ou à  l’inverse, déconseillé lorsque la température extérieure chute brutalement. Ces phases en extérieur promettent d’être vraiment agréables et dépaysantes, jusqu’à  ce que l’on découvre avec effroi que le grappin est devenu complètement obsolète. Outil indispensable dans Lost Planet, le grappin est ici uniquement accessible quand une icône s’affiche à  l’écran. L’animation est alors automatique, plus moyen de grimper un peu partout. Grosse déception, on espère vraiment que cela change d’ici à  la sortie du jeu. Dans une même optique de rendre le jeu plus grand public, on notera avec regret l’utilisation très très limitée de la Thermo Energie. Cette dernière apparaît lorsque vous éliminez des Akrids, et redonnait de l’énergie au héros dans le premier Lost Planet. Une gestion intéressante qui disparaît ici totalement, au profit du fameux « écran qui devient tout rouge ». On est quand même en droit de se demander pourquoi certains éditeurs continuent de vouloir simplifier leurs jeux, quand on voit le succès de titres comme Skyrim, qui n’est pas un modèle de simplicité…

Tiens, ça me rappelle quelque chose

Enfin, comme on l’a déjà  dit, Lost Planet 3 propose des phases en intérieur très semblables à  celles de Dead Space. Petits effets visuels ou sonores pour faire sursauter le joueur, ambiance oppressante, couloirs étroits… C’est du déjà  vu, déjà  joué, et on s’attendait à  plus de surprises. Certes, ces phases peuvent avoir une certaine logique dans un jeu comme Lost Planet (glace, solitude, science-fiction), mais ce n’est pas vraiment ce qu’on attendait. En tout cas manette en main, on prend tout de même un certain plaisir à  progresser dans Lost Planet 3. Joli, soigné et bien animé, le jeu pourrait rassurer les fans du premier épisode ayant été déçus par Lost Planet 2. Mais on le répète encore, avec un tel univers, Lost Planet 3 prend toute sa dimension une fois en extérieur. Espérons que les développeurs se fixent sur ce qui rend la série si particulière (gigantisme des décors, exploration, combats), au lieu d’aller copier sur le survival spatial des concurrents.