L'utilisation de Kinect envisagée à des fins d'espionnage

Le scandale sur l’espionnage de masse continue avec une nouvelle affaire durant laquelle services britanniques et américains ont émis l’idée d’utiliser les Kinect implantés dans les salons à des fins d’espionnage.

Dans l’interminable série « Edward Snowden est en train de tout balancer sur la NSA », un nouveau chapitre s’est ouvert : Optic Nerve. Ce programme a été utilisé de 2008 (alors à l’état de prototype) à 2012 par le GCHQ (organisme de surveillance britannique) en collaboration avec la NSA (agence de sécurité nationale américaine) afin de surveiller quelques 1,8 millions d’utilisateurs britanniques et américains du système de chat vidéo de Yahoo.

Toutes les 5 minutes (pour des questions de surcharge des serveurs et de… droits de l’Homme), une capture d’écran des conversations de ces personnes a été enregistrée dans la base de données de l’agence, afin d’essayer de repérer des criminels ou des terroristes en fonction du nom de l’utilisateur, mais aussi pour expérimenter un nouveau logiciel de reconnaissance faciale. Et bien évidemment, des personnes tout à fait innocentes se sont ainsi retrouvées prises dans l’engrenage. La réaction de Yahoo auprès du Guardian ne s’est pas faite attendre, le site trouvant cela inacceptable et parlant de « nouveau niveau de violation de la vie privée des utilisateurs ».

Si on vous parle de cela, c’est parce le document communiqué par Snowden parle également du cas du Kinect de la Xbox 360. Sans surprise, les services de sécurité ont évalué la possibilité de surveiller certaines cibles via l’accessoire de Microsoft (il doit en être de même pour la caméra de la PS3, même si elle n’est pas explicitement citée). On imagine qu’ils l’évaluent toujours, d’autant plus que Kinect est dorénavant vendu avec toutes les Xbox One. Et si le document sur le programme Optic Nerve ne parle que de cas où les internautes utilisaient leur webcam, il ne faut pas oublier qu’on ne sait pas ce qu’il se passe quand l’utilisateur pense que la webcam ou Kinect sont désactivés…

Pour finir sur une note cocasse, il faut savoir que le GCHQ a rencontré un problème inattendu dans le cadre du programme Optic Nerve. Quoique pas si inattendu que ça, en fait… Il s’avère qu’entre 3 et 11% des images captées contenaient de la « nudité indésirable » auxquelles l’agence ne souhaitait pas que ces employés soient exposés. Voici ce que dit le document à ce sujet :

« Malheureusement, il y a des problèmes avec des images indésirables dans les données. Il apparait qu’un nombre surprenant de personnes utilisent les conversations par webcam pour montrer des parties intimes de leur corps à l’autre personne. Aussi, le fait que le logiciel de Yahoo permette à plus d’une personne de voir le signal d’une webcam, sans nécessairement renvoyer en retour un signal réciproque, fait que c’est parfois utilisé pour diffuser de la pornographie. »

La pornographie, fléau des espions du 21ème siècle.

Le 28/02/2014 à 16:01:30 – Par Jean-Baptiste Pochet @moustachaman