Nintendo : les points importants de la conférence

Une (minuscule) ouverture pour les jeux sur smartphones, Mario Kart 8 en mai, une meilleure qualité de vie par le divertissement, et un avenir fusionnant console de salon et portable.

Une 3DS pleine de fougue mais dont les ventes ne progressent déjà plus d’une année à l’autre, une Wii U violemment revenue sur terre avec un objectif annuel sacrifié de 9 millions à 2.8 millions et une seconde perte annuelle en vue sur les trois dernières années fiscales : non, Nintendo n’est pas en train de mourir, mais c’est peu dire que Satoru Iwata était attendu au tournant pour donner des éclaircissements sur la stratégie que le PDG compte adopter afin de retomber sur ses pattes, au moment où les machines concurrentes ont battu tous les records de lancement.

Faisant face aux actionnaires comme chaque trimestre, Satoru Iwata a commencé par s’excuser platement pour les mauvais résultats du groupe, lui qui a concédé une nouvelle coupure de salaire temporaire avec d’autres cadres de la compagnie. Le Président dit toutefois ne pas être inquiet pour l’avenir et réaffirme que Nintendo n’a pas la moindre intention de s’écarter du marché des consoles de jeux vidéo.


REVALORISER LE GAMEPAD

Pour autant, c’est une volonté de changement qui l’anime, à commencer par la résolution d’un problème latent auquel Nintendo a pourtant directement contribué : le manque d’intérêt pur et simple du GamePad (en dehors du jeu sans TV). Nintendo a donc l’intention de travailler sur les fonctions spécifiques de sa manette et nous reparle par exemple de la technologie NFC, vaguement utilisée jusqu’ici avec les figurines d’un jeu Pokémon en téléchargement. L’E3 sera donc l’occasion de découvrir d’autres applications de la NFC, annonce Iwata. Pour revenir sur le Off TV Play, on apprend que le temps de chargement entre l’allumage du GamePad et l’affichage du jeu sera fortement réduit à l’avenir, et ce via une mise à jour estivale qui fera profiter l’utilisateur d’une fonction démarrage rapide.

A noter que Nintendo a vécu en 2013 sa plus mauvaise fin d’année depuis que Satoru Iwata est à la tête de la compagnie (2002). Ce dernier estime que c’est encore la Nintendo 3DS qui sauvera les meubles en 2014, ne se berçant donc pas d’immenses illusions pour la Wii U. Par ailleurs, on constate que pour expliquer le manque de popularité de la Wii U, Iwata préfère blâmer la communication confuse de la nature du GamePad auprès du grand public, sans jamais aborder le sujet (au moins tout aussi important) de la désertion des éditeurs tiers. Remarquons au passage que Watch_Dogs ne figure pas dans le dernier calendrier Wii U publié par Nintendo.


MARIO KART 8 EN MAI, LES SMARTPHONES POUR COMMUNIQUER

On pensait devoir attendre le prochain Nintendo Direct, mais Iwata a tout aussi bien eu raison de soulager un peu l’assistance en révélant la date de sortie de Mario Kart 8. Le prochain gros titre de la Wii U sortira au mois de mai partout dans le monde, en attendant de découvrir le jour exact pour chaque continent. Autre annonce, l’arrivée des jeux Nintendo DS sur Wii U avec la Console Virtuelle.

Les smartphones et tablettes, eux, devront servir à “établir une connexion” entre Nintendo et les joueurs. Une déclaration vague qui ne saurait confirmer la mise en place de démos ou de mini-jeux sur ces appareils, contrairement à ce que prétendait la presse japonaise. Sans surprise, l’action de Nintendo a chuté à la bourse de Tôkyô sitôt que l’audience a compris que le constructeur ne misera pas sur les smartphones pour faire de l’argent. Iwata entrouvre cependant la porte à des applications ludiques mobiles signées Nintendo.

“Je n’ai pas donné de restrictions à l’équipe de développement (ndr : chargée d’introduire Nintendo sur mobiles) pas même sur la possibilité de faire des jeux ou d’utiliser nos personnages. Cependant, si vous rapportez que nous allons sortir Mario sur smartphones, ce sera complètement faux. Notre intention est de faire cette année une sorte d’application sur smartphones qui sera capable d’attirer l’attention des consommateurs et de communiquer la valeur de notre offre de divertissement”, examine-t-il sur le sujet.

Iwata est en revanche ouvert à l’idée de continuer le prêt de ses licences aux autres studios afin de créer des collaborations spéciales, comme quand Tecmo Koei emprunte le monde de Zelda pour faire un Dynasty Warriors. Iwata parle de “travailler avec les autres tout en maintenant son identité”.


NINTENDO VEUT VOUS VOIR EN BONNE SANTE (et découvre le système de compte 10 ans après)

De plus, le bienveillant Satoru annonce vouloir s’impliquer dans le domaine de la santé et de la qualité de vie par le divertissement, et ce à travers un appareil “que l’on ne porte pas sur soi” et qui sera dévoilé en 2014. Le PDG précise qu’il ne s’agit pas simplement de créer un nouveau Wii Fit mais bien de s’aventurer sur un océan qui n’a pas encore été exploré. Les détails sur ce business de la santé, qui est à séparer du jeu vidéo traditionnel, seront dévoilés en 2014, en vue du lancement de ce mystérieux appareil en 2015. Pour la petite histoire, Nintendo ne serait pas le premier acteur du jeu vidéo à se lancer en parallèle dans le domaine du bien-être : Konami tient toute une gamme de salles de fitness au Japon et utilise son DDR pour faire bouger dans les écoles.

La vision de Nintendo en mettant le pied dans ce secteur sera en tout cas de créer une expérience qui s’intègre dans la vie de tous les jours. A noter qu’il s’agit d’un plan s’étalant sur 10 ans et que la santé n’est que la première étape de cette plateforme QOL (qualité de vie) qui s’attaquerait ensuite à des domaines comme “l’apprentissage” ou “le style de vie”. Inutile d’espérer y voir clair dans tout ça avant que ne soit dévoilé la nature de cette plateforme “que l’on ne porte pas sur soi”.

En répondant à une question d’un actionnaire, Iwata a apporté de l’eau au moulin de la théorie évoquant une fusion future, chez Nintendo, du hardware de salon et du hardware portable. Le PDG prend l’exemple d’Apple et de Google, qui opèrent sur une seule et même plateforme (iOS et Android) et estime que Nintendo doit imiter cette stratégie. Le patron ne sait pas encore exactement comment réaliser ce rapprochement, mais selon ses propres mots, console de salon et console portable agiront comme des “frères”.

Le compte Nintendo Network, qui est maintenant compatible avec la Wii U et la 3DS, est aussi au coeur des réflexions de Nintendo. “Notre future plateforme se connectera avec nos consommateurs à partir des comptes (Nintendo Network) pas des appareils”, déclare Iwata, qui semble décrire ici la relation qui existe déjà entre un compte PSN et les différentes consoles PlayStation. Il confirme en tout cas que les joueurs actuels pourront retrouver leur NNID (Nintendo Network ID) sur les futures consoles de Nintendo. Certaines explications sur ce sujet sont un peu nébuleuses, mais Nintendo semble songer à un modèle économique qui récompenserait les joueurs les plus investis.

“Par exemple, jusqu’à présent il était acquis qu’un utilisateur achète ses jeux au même prix peu importe le nombre de titres qu’il achète dans l’année, que ce soit un jeu, cinq jeux ou même dix jeux. Avec notre système de comptes, si nous pouvons offrir des prix flexibles aux consommateurs qui remplissent certaines conditions, nous pourrons créer une situation où ces consommateurs pourront profiter de nos jeux à des prix plus faibles à mesure qu’ils achètent des jeux”, s’émerveille Satoru en découvrant le principe de la carte de fidélité.

Fait cocasse en bonus final : les ventes des consoles Nintendo (3DS mais aussi Wii U) étant meilleures en France qu’ailleurs, Nintendo dit vouloir en étudier la raison en se penchant sur le cas de notre pays. Paradoxalement, avec 180.000 Wii U vendues en 2013 chez nous, le DG de Nintendo France estimait lui-même que les ventes de la consoles sont en-dessous des attentes.

Le 30/01/2014 à 03:42:26 – Par Steeve Mambrucchi @Steeve_JVN