Paris Games Week : les excuses des organisateurs

Les organisateurs ne pouvaient que s’excuser après le triste spectacle auquel on a assisté hier.

Hier, l’ouverture de la Paris Games Week a été émaillée d’incidents dus à une raison simple : quand on offre 500 éditions Prestige du prochain Call of Duty, il y a des mouvements de foule à prévoir. Surtout quand une première tentative en Italie avait déjà donné l’alerte. Les organisateurs du salon ont donc donné une image animale de la communauté des joueurs, comme si le Jeu Vidéo avait besoin de ce genre de mauvaise publicité… Conscients de leur erreur, ils ont donc diffusé un communiqué de presse pour s’excuser :

« L’organisation de la Paris Games Week et Activision ont pris la mesure de l’engouement exceptionnel suscité par l’opération spéciale Call of Duty : Ghosts et l’ouverture du salon. Cette affluence a généré quelques mouvements de foule dans les heures précédant l’ouverture. Nous ne déplorons aucun blessé ni dégât.

Nous présentons toutes nos excuses aux personnes ayant subi ces mouvements de foule et pour le temps d’attente exceptionnel d’accès au salon.

La Paris Games Week vient d’ouvrir ses portes ce matin dans les conditions de sécurité optimales pour permettre aux gamers et aux familles de profiter pleinement de cette grande fête du jeu vidéo qu’est la Paris Games Week. »

Est-ce vraiment sincère ? Car on ne voit pas comment les organisateurs n’ont pas pu prévoir une telle cohue. Et puis le coup de l’absence de dégâts, ça fait doucement sourire quand on sait que des barrières ont fait les frais des mouvements de foule. Et puis on a encore plus de doute quand on sait que David Neichel, le président du SELL qui organise le salon, est accessoirement le directeur général d’Activision Blizzard France, éditeur de Call of Duty : Ghosts…

Le 31/10/2013 à 16:20:45 – Par Jean-Baptiste Pochet @moustachaman

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *