Persona 5 Strikers : Toujours aussi bon !

Note des lecteurs0 Note
0
8.4

La saga Persona reste toujours une franchise marquante de l’univers du jeu vidéo et avec plus de 3 millions d’exemplaires pour Persona 5 vendus dans le monde, il fallait se douter qu’on allait en entendre à nouveau parler. On a donc eu droit à Persona 5 Dancing Star Night et Persona 5 Royal pour maintenant avoir Persona 5 Scramble : The Phantom Strikers. Forcément le jeu doit être à la hauteur des attentes des joueurs car on pourrait avoir l’impression d’être dans une suite abusive mais sur le papier c’est tout autre chose puisque l’on a droit à un RPG détonnant.

Test Persona 5 Strikers

On en est où dans Persona ?

Recontextualisons un peu, on se trouve à Tokyo en plein mois de juillet et tout se passe bien, Yaldabaoth a été vaincu et Joker a décidé de prendre sa retraite dans la maison familiale mais forcément cela ne va pas durer longtemps. En effet, d’étranges histoires se passent dans la sphère politique. Magouille politique, trucage des comptes publics révélés au public, des conseillers municipaux qui avouent leur malversations et d’autres événements bien étranges… La police enquête et a même son suspect : les Voleurs Fantômes auraient ainsi repris du service. Mais est-ce vrai ?

Joker arrive sur Tokyo et découvre alors les soupçons qui pèsent sur sa personne. Il est alors rattrapé par les mondes parallèles qui devaient avoir disparus. Durant un petit événement d’Alice, la star locale, Joker et Ryûji finissent dans un Shibuya gothique où se trouvent une horde de Shadows, ça va être mouvementé ! On est alors rejoint par Sophie, une étrange habitante de ce nouveau monde. Finalement les Voleurs de Fantômes décident donc bel et bien de reprendre du service contre tout attente afin de ramener la paix. C’est le début d’une histoire bien plus complexe comme dans chacun des jeux Persona !

Un Gameplay furieux !

Une crainte pouvait clairement se faire ressentir avec Persona 5 Strikers, c’est le passage d’un jeu de stratégie au tour par tour à un action-RPG. Clairement cela bouleverse profondément le gameplay. Mais dès que l’on commence à jouer, on ne peut être que ravi par la tournure du style de jeu qui finalement ne perd pas l’esprit ni la force des combats de Persona bien au contraire ! De plus, un aspect infiltration est existant avec les Shadows qui se promènent (pas forcément gentiment) dans les donjons et heureusement pour nous, on dispose de quelques cachettes bien soignées pour éviter de se faire attraper. Ce n’est que lorsque l’on se trouve découvert ou que l’on décide d’attaquer une Shadow qu’apparaît les nombreux adversaires que l’on va devoir affronter, cela ne change pas de nos habitudes et on adore !

Dans celui-ci, on retrouve aussi une très bonne variété de combos extrêmement appréciable qui donne du dynamisme lors des fights avec les vagues de Shadows. Tout cela se mêle gracieusement entre les coups normaux ou les finish bien différents en utilisant au maximum le personnage. En fait, les différent éléments de Persona 5 Royal reviennent facilement avec le jeu des forces et des faiblesses, des phases états aléatoires et même le principe du One More que l’on retrouve. Lorsque l’on touche un point faible de l’ennemi, on peut ainsi prolonger notre attaque plus appuyée. Enfin, nos différents voleurs ont tous un Showtime personnalisé pour infliger de gros dégâts avec classe.

Alors forcément, on peut se demander ce qui change d’avec les autres jeux. Beaucoup de choses ! Le rythme des combats est très (trop ?) rapide. On doit prendre des décisions très rapidement en quelques secondes. On se retrouve avec des combats fortement dynamiques avec de l’action et de nombreux combos que l’on utilise à foisons. Pour ceux qui aiment les jeux intenses avec une goutte de sueurs sur le front. De plus même avec une difficulté normale, il va falloir faire attention où certains de nos personnages peuvent mourir en deux ou trois coups. Les joueurs qui aiment du challenge seront aussi ravis : un vrai Dark Souls des jeux Warriors !

On a finalement un gameplay dans le pur style de Persona mais qui a su se surpasser et même plus dur qu’il n’y paraît. Les boss sont sacrément costaud avec 3 premières Jails sont terrifiants et punitifs tellement si on fait des erreurs peuvent nous amener au KO total. On doit s’adapter, progresser pour avancer et tous les éléments sont bel et bien présents.

Formons notre équipe

C’est grâce au système de Band que l’on va utiliser tout au long de l’aventure. C’est un niveau de camaraderie entre les différents Voleurs Fantômes que l’on peut augmenter dans l’histoire principale ou dans les quêtes annexes. Les points obtenus sont alors à utilisés pour améliorer les stats de notre équipe. On devient alors plus forts, on a plus de défense et donc les combats deviennent moins complexes surtout dans la tournure qu’ils peuvent prendre. Au tout début, on a clairement du mal à se soigner mais en fin de partie, Sophie, Makoto ou Joker disposent de puissants sorts de soin qui permettent de se retaper plusieurs fois assez facilement. On a aussi beaucoup plus d’objets à maîtriser, de munitions d’armes à ajouter, de manière de résister à des états anormaux… et j’en passe vous l’aurez compris, le jeu est plus que complet et on peut y passer des heures à optimiser le Band au maximum.

On a là, un jeu qui se veut être la suite de Persona 5 et non un pastiche qui vient simplement changer 2 ou 3 informations. On est vraiment sur une suite qui nous est proposé avec de l’humour et une narration nouvelle. Dans les Jails, on retrouve un roi qui pourrait tout à fait se rapprocher des maîtres de palais dans Persona 5 et qui nous délivre des instants de confessions très agréables. Par contre, un détail à noter sans trop vous spoiler se trouve au niveau de la conclusion qui se résume à la même que celle de Persona 5, c’est-à-dire une critique d’une société qui a abandonné sa volonté de puissance et le laisse aller dans le spectacle.

On se retrouve ainsi avec des scènes très sympathiques avec les nouveaux personnages, nous permettant d’en apprendre un maximum sur leur histoire et nous permettant de découvrir aussi leur personnalité. On aime Persona 5 Strikers pour cette histoire où l’esprit des précédents opus y est présent avec une équipe très soudée mais avec des individualités qui leur sont propres et bien soulignées au travers de l’histoire. L’éveil des Personas est un moment à découvrir aussi pour chacun. De plus, les concepts mis en avant sont très intéressants et viennent se confronter apportant des dialogues riches entre les héros et les antagonistes. On se trouve donc avec une pensée entre le bien et le mal qui s’efface pour faire place à l’éthique, un vrai cours de philosophie.

Plutôt des vacances en mode road-trip

Dans Persona 5 Strikers, on est plus dans un esprit de vacances que de cours et pour souligner un peu plus cet état d’esprit que l’on retrouve tout au long du jeu, Joker et la bande vont emprunter un bon vieux camping-car et partir en mode road-trip tout long du Japon. On y découvre ainsi de nombreux lieux du pays comme Sendai et Osaka, le parc de la tour de Sapporo… Un aspect assez intéressant du jeu qui nous fait voir du pays mais soulignons tout de même que ces lieux ne sont pas super grand, ce que l’on peut comprendre. On ressent facilement cette envie de voyage que ce soit dans les lieux que l’on découvre mais aussi de la part des personnages qui s’adaptent très facilement à ces nouveaux lieux pour aller dénicher des shadows.

road trip persona 5

Néanmoins, on peut noter quelques défauts comme un passage à vide assez important en plein milieu du jeu où les donjons sont plus petits et donc plus rapides à faire et donc avec des boss moins puissants… On le constate principalement à Kyoto qui est une ville assez faiblarde qui ne dispose en fait que d’un donjon sans l’aspect ville que l’on aurait apprécié découvrir. Cela apporte une durée de vie rétrécit avec un temps moyen de 45 heures pour finir le jeu au final.

Enfin au niveau de l’aspect technique du jeu, on peut être déçu car on retrouve la patte, le style graphique est en retrait par rapport à ce que l’on peut faire actuellement en matière de jeux vidéo. On peut penser à l’excellent Final Fantasy VII Remake qui montre les graphismes que l’on peut obtenir actuellement. On peut facilement penser que c’est à cause du fait que le jeu soit porté sur la Nintendo Switch que l’on a des graphismes se rapprochant par moment de la Playstation 3 que d’une Playstation 4… En effet, la modélisation de l’arrière plan ou des personnages n’est pas très nette.

Forcément les fans de la franchise vont être ravis de Persona 5 Strikers que propose Atlus. On arrive dans un genre différent que propose Koei Tecmo mais il donne une suite très intéressante avec de nouvelles mécaniques de jeu à aborder. L'ambiance et le gameplay reste proche de l'univers et on n'est pas dépaysé. Malgré tout cela, un défaut gâcher le tout, les graphismes qui sont en dessous de ce que l'on aime.
Graphisme
7
Gameplay
9
Scénario
9.5
Bande-Son
8.5
Durée de vie
8
Note des lecteurs0 Note
0
Dans l'ambiance de la franchise Persona
Toujours autant d'humour
Un voyage au Japon
Des combats dynamiques et riches !
D'excellentes musiques
Des graphismes clairement à la traine
On en voudrait plus
8.4
Persona 5 Strikers

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *