Polémique Apple et son App Store : le monopole ?

Apple et son App Store subissent actuellement des critiques très vives que ce soit aux Etats-Unis comme en Europe avec même des plaintes déposées !

Plaintes et remise en cause du système d’Apple et de l’Apple Store

Polémique à propos de l'App Store

Une remise en cause du modèle économique d’Apple et de son Apple Store commence à être très présente. A l’époque de Steve Jobs et même jusqu’à présent, Apple était fière de prétendre à un modèle vertical avec un contrôle fort sur son écosystème logiciel mais aujourd’hui les plaintes et autres critiques sont nombreuses. A juste titre ? Il semblerait qu’il y ait des pratiques abusives et anticoncurrentielles de la part d’Apple et certaines marques n’hésitent pas à le faire savoir.

Tout à commencer en mai dernier lorsque la justice américaine a autorisé une instruction judiciaire contre la marque Apple qui est alors accusé d’avoir mis en place un monopole illégal sur la vente de certaines applications mobiles.

App Store scandale des applications

Le Congrès Américain surveille aussi de très prêt l’entreprise qui souhaitent démanteler les grandes entreprises du numérique.

Et même l’Union Européenne qui a décider de remettre en cause le système économique de l’entreprise surtout suite à une plainte de la part de Rakuten qui trouvait qu’imposer une taxe de 30% pour la distribution d’e-book était anti-concurrentiel surtout qu’elle dispose aussi de sa propre plateforme de livres du nom d’Apple Books. On comprend bien que cela créer un déséquilibre qui apporte des difficultés financières pour les écrivains et éditeurs qui sont dans l’obligation de déserter l’un des 2 stores.

Margrethe Vestager qui est la commissaire chargée de la concurrence à Bruxelles a déclaré : ” Apple a obtenu un rôle de contrôleur d’accès s’agissant de la distribution des applications et du contenu” et qu’il faut donc veiller à ce que “les règles d’Apple ne faussent pas la concurrence sur les marchés où cette entreprise est en compétition avec d’autres développeurs d’applications“. On comprends donc que les règles qu’a mis en place Apple sont proches de fausser le système et de dérégler le marché.

Apple a tous les pouvoirs : l’affaire Hey !

L’exemple le plus flagrant et marquant qui nous dévoile les problémes de concurrence est l’affaire Hey. C’est la société Basecamp qui est spécialisée dans les outils du web qui a révélé les agissements plus que limites de la part d’Apple. En effet, Hey qui été un nouveau service d’email payant qui se trouvait sur l’App Store et au final le fabricant d’iPhone a tout simplement empêché Basecamp de corrigeait des bugs sur l’application.

L'Application Hey

Le motif ? Celle-ci ne respecterait pas les régles d’utilisation de l’App Store car elle ne permettrait pas d’effectuer le paiement de l’abonnement via le paiement Apple et conseille plutôt aux utilisateurs de souscrire via le net afin d’éviter à l’entreprise Basecamp de payer les 30% qu’Apple se réserve en cas de souscription via l’App Store. Sauf que pour Apple ne pas proposer au moins un système de paiement via l’App Store est un motif suffisant pour bannir l’application.

“Il n’y a aucune fichue chance que nous payions la rançon d’Apple. Je saboterai cette initiative moi-même avant de laisser des gangsters en tirer profit comme ça. C’est profondément pervers, abusif et injuste.

Il est clair qu’Apple a désormais tellement l’impression d’être au-dessus des préoccupations insignifiantes de la législation antitrust que même s’il est sous la surveillance des régulateurs et des ministères de la Justice de DEUX CONTINENTS, il peut encore se permettre de serrer la vis

PDG de l’application Hey

On comprend honnêtement que le créateur de l’application Hey soit insatisfait et que la politique de l’App Store soit remise en cause que ce soit par les Etats-Unis et l’Union Européenne.

Apple se justifie en expliquant que son Store a permis de facilité la circulation d’application avec la somme de 519 milliards de dollars de transaction en 2019.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *