Preview de GoldenEye 007 Reloaded

Nouveau titre « rétro » à  la mode, le mythique GoldenEye va connaître un nouveau remake, cette fois-ci destiné aux consoles HD. Premières impressions sur cet énième retour.

Goldeneye 007 Reloaded 4/3

Que deviendrait Activision si Rare n’avait pas sorti GoldenEye sur N64 en 1997 ? Après avoir ressuscité avec succès la franchise, l’année dernière (lire le test de la version Wii), l’éditeur ne résiste pas à  l’envie d’exploiter un peu plus le filon en effectuant un portage du remake sur PS3 et Xbox 360 (vous suivez toujours ?). Mais qu’est-ce donc exactement Goldeneye 007 Reloaded ? Difficile de répondre précisément, mais après cette première présentation, on peut décemment affirmer être plus proche du gameplay de la version Wii que du titre original. Le niveau découvert (l’infiltration d’une base russe sous la neige) semblait en effet reprendre une mission déjà  vécue l’année dernière, l’aliasing en moins. Car l’attrait numéro un de ce nouveau Bond est, bien entendu, visuel : oubliez les textures baveuses et plates, bienvenue dans la « HD ». Proche de ce qu’affiche un Call of Duty, GoldenEye Reloaded propose tout l’attirail pour attirer le joueur moderne : effets de particules, éclairages dynamiques et scripts à  outrance. Le changement de génération semble définitivement consommé.

Gold of Duty

La première pensée qui vient à  l’esprit en découvrant ce nouveau GoldenEye est : « ça ressemble quand même sacrément à  un Call of Duty avec Daniel Craig ». Moteur graphique semblable, prise en main similaire, rythme de jeu très proche… Difficile d’y déceler une quelconque fraîcheur. Puis, à  bien y regarder, les spécificités de la licence Bond finissent par se sentir. L’aspect infiltration, tout d’abord, semble bel et bien là . Les développeurs nous précisent d’ailleurs qu’il est tout à  fait possible de traverser les niveaux sans tirer une seule balle… à voir, mais il parait en effet jouable de surprendre son adversaire par derrière pour l’assommer d’un bon coup dans la nuque. Le gameplay « stealth » reste cependant très basique et consiste la plupart du temps à  s’approcher dans le dos d’un ennemi et appuyer sur la bonne touche pour le mettre à  terre automatiquement. Bref, nous sommes loin d’un Splinter Cell ou d’un Deus Ex sur ce point. à ce stade du développement (pré alpha), l’IA paraît assez crétine et ne devrait pas vraiment donner de fil à  retordre. Un bon point, tout de même : le level design se révèle plus ouvert que d’habitude, ce qui pourrait autoriser, on l’espère, la multiplication des approches.

Sec et nerveux comme un Martini Dry

Une fois le titre en main, quelques bonnes sensations font surface. Si l’on a quelques doutes quant à  ses qualités en tant que jeu d’infiltration, le versant « action » de GoldenEye 007 Reloaded fait dans l’efficace. Les flingues sont puissants, les adversaires (très) nombreux et la difficulté au rendez-vous. Impossible de foncer dans le tas sous peine d’une mort immédiate. Si l’IA ennemie est améliorée d’ici la sortie, nous serons sûrement face à  un FPS au challenge corsé et motivant. Malgré ses airs de Call of Duty, GoldenEye 007 offre donc une expérience différente : l’ouverture des niveaux (toute relative, certes) promet quelques gunfights électrisants et des modes de jeu supplémentaires pourraient bien le faire sortir du lot. Les développeurs nous ont en effet confirmé la possibilité de jouer à  quatre sur le même écran, de manière coopérative ou compétitive. Une bonne nouvelle, tant cette option manquait à  la version Wii.  Au final, ce premier contact avec GoldenEye 007 Reloaded laisse une impression positive. Ce ne sera certainement pas le FPS de l’année, mais son pedigree culte, sa prise en main souple et sa réalisation proche d’un CoD devraient lui apporter suffisamment d’arguments pour convaincre les joueurs. Reste à  découvrir le multijoueur, pan essentiel d’un GoldenEye. étant donné le savoir-faire d’Activision en la matière, nous sommes confiants.

Le 20/07/2011 à 15:05:06 – Par Bertrand Jouvray