Preview de Hunted : The Demon's Forge

Brian Fargo, ce nom n’évoque sans doute pas grand-chose à  bon nombre de joueurs actuels mais quelques rpgistes chevronnés se souviendront de Bard’s Tale, un énorme jeu de rôles de la fin des années 80. Désormais patron du studio InXile, il est venu rencontrer la presse européenne pour lui présenter sa toute nouvelle création : Hunted : The Demon’s Forge

A la genèse de Hunted : The Demon’s Forge, il y a une volonté annoncée assez simple : adapter un gameplay classique, qu’on pourrait résumer à  celui de l’exploration de donjons façon AD&D, à  nos machines actuelles. On ne s’étonnera donc pas de retrouver comme principaux protagonistes deux personnages assez caricaturaux : Elada l’archère et Caddoc le barbare. Ne vous attendez pas pour autant à  du tour par tour ou à  de la gestion d’inventaire, on est ici beaucoup plus près d’un Gears of War ou d’un Army of Two baignant dans un univers de dark fantasy que d’un traditionnel rpg. En effet, InXile a décidé de miser avant tout sur l’action pour parvenir à  séduire les joueurs actuels et si on retrouve trois types de combats classiques : du corps à  corps, des sorts et des armes de jet, le tout se fait avec un dynamisme trépidant.

Dynamic Duo

Si l’histoire de Hunted : The Demon’s Forge reste encore nébuleuse et que la présentation du jeu n’a permis d’en apercevoir qu’une bribe, sachez tout de même que les deux aventuriers sont sommés par Seraphine, un esprit, d’aller explorer la ville de Dyfed à  la recherche de cristaux. Si, dans un premier temps, la cité peut sembler déserte, très vite, Elada et Caddoc vont avoir maille à  partir avec tout un tas de créatures. Immédiatement, on comprend que Hunted : The Demon’s Forge a été pensé pour la coopération entre deux joueurs. Si, en solo, il sera possible de passer d’un perso à  l’autre à  partir de n’importe quel checkpoint (matérialisé par une pierre magique), l’IA se chargeant de contrôler l’autre protagoniste, c’est avant tout en duo que le jeu prendra toute son ampleur. Bien évidemment, chacun a ses propres capacités, les deux se complétant avec bonheur. Elada pourra, par exemple, décocher des flèches de glace sur les ennemis que Caddoc se chargera d’achever à  coup d’épée. Les sorts joueront d’ailleurs un rôle très important dans le gameplay puisqu’on pourra, par exemple, améliorer temporairement la force de son coéquipier en lui lançant un sort ou encore enflammer ses flèches avec une boule de feu. Les sorts pourront régulièrement être achetés et améliorés, donnant un léger aspect rpg au gameplay.

Gears of Warcraft

Comme dans bon nombre de jeux actuels, un système de couverture derrière des éléments du décor, façon Gears of War ou Uncharted 2, permet de se prémunir des tirs ennemis alors que la vue à  la troisième personne laissera place à  une vue à  la première personne dès lors qu’on zoomera pour viser précisément. Par contre, pour ressuciter votre comparse tombé au combat, vous pourrez vous contenter de lui lancer des potions. Pratique, à  défaut d’être logique. Il faut dire que Hunted : The Demon’s Forge mise avant tout sur l’action non-stop, avec des mises à  mort particulièrement violentes, ce qu’il faut de monstres géants et d’événements scriptés pour être au diapason des productions actuelles. On a ainsi pu voir notre ami barbare pousser une colonne afin que par effet dominos, tout un pan du décor s’écroule devant nos yeux. Vous ne serez sans doute pas surpris également si on vous dit qu’il faudra passer par des QTE pour achever certains ennemis, les emprunts aux incontournables du genre étant évidents. Si la version que nous avons vu tourner s’affranchissait de toute indication à  l’écran, il n’en sera toutefois pas de même pour la version définitive avec une classique barre de mana. Quant à  la vie, elle se régénérera automatiquement en se mettant à  l’abri.

L’Unreal Engine, utlisé pour l’occasion, accomplit plus que correctement son travail, nous permettant d’admirer des décors assez gigantesques, avec ce qu’il faut de détails pour rendre les donjons spectaculaires. A l’identique, les effets et les animations nous ont semblé tout à  fait comparables à  ce qui se fait de mieux actuellement. Vous l’aurez compris, si Hunted : The Demon’s Forge n’est sans doute pas le jeu le plus original du moment, il semble malgré tout suffisamment prometteur pour qu’on s’y intéresse de près. Beau, spectaculaire, violent et se déroulant dans un univers finalement peu commun pour ce type de jeu, il devrait nous permettre de découvrir nos bons vieux donjons avec un tout nouvel oeil.

Le 15/03/2010 à 17:15:01 – Par Rodolphe Donain

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
Champions Online prépare sa rentrée
Aller à la barre d’outils