Protéger les élections américaines de 2020 : Facebook prend des mesures

Après de nombreuses de scandales qui ont fait parlé de Facebook avec de la propagande, de la manipulation autour de certaines élections Américaines ou Russes, le réseau social a décidé de prendre les devant afin de ne pas être un outil servant de propagande ou d’ingérences lors de la prochaine élection présidentielle américaine. Cela sera-t-il suffisant pour ne pas se retrouver avec des fakes news, des informations non-officielles et autres scandales ?

Facebook souhaite ne pas être un bastion des prochaines élections présidentielles américaines de 2020

Pour cela, le réseau social a décidé de protégé au maximum les candidats et les informations qui vont circuler de différentes manières.

Des profils officiels pour les candidats qui seront protégés

La première démarche de la part de Facebook est de protéger les profils des candidats. On sait de nos jours que les réseaux sociaux sont un lieu d’échange et de mise en relief des pensées de chacun. Les politiciens y sont présents et dans ce sens, les comportements inauthentiques de la part de pages ou de profils douteux.

Ce sont des groupes de pages et de profils qui sont pilotés par des organisations étrangères en vue de perturber de manière direct les élections.

On retrouve alors en ce 21 octobre 2019, 4 groupes de comptes qui ont été supprimé de Facebook mais aussi d’Instagram provenant d’Iran et de Russie qui se dirigeaient vers des pays étrangers comme l’Afrique du Nord, l’Amérique Latine et les Etats-Unis.

Perturber la politique et cibler des pays où des changements sont sur le point d’apparaître est le but de ces groupes. Supprimer est-il suffisant ?

Facebook a mis en place un système du nom de Facebook Protect afin de protéger les comptes des candidats mais aussi des membres d’équipe et des élus afin qu’ils ne soient pas pris pour cible dans des scandales en passant par des tentatives de piratages de comptes afin de récolter des données sensibles et personnelles.

Une protection des médias et des informations transmises

Pour éviter aussi une propagande via différents média informatif, ceux-ci devront afficher quelle organisation se trouve derrière la gestion des pages. Afin de permettre aux utilisateurs de savoir qui se trouvent derrière et de comprendre un peu mieux l’information qui est délivrée. Le but étant donc de savoir si on se trouve sur une page indépendante de tout parti politique ou si l’organisme a un intérêt pour un parti.

La difficulté est de savoir si les informations de gestion qui seront délivrés sont authentiques.

En effet, les individus peuvent très bien donner de fausses informations afin de compromettre les élections et dans ce but, Facebook a décidé de mettre en place un groupe d’experts au nombre de 40 qui devront analyser les médias pour décider si les pages concernés font parties soit des média d’Etat ou des médias public.

Au final, des actions concrètes mais qui me donne l’impression d’avoir un entonnoir de l’information afin de diffuser ce qui reste correct. Dans un sens, je le vois comme une information filtrée mais je me pose la question de savoir au bénéfice de qui ?

Connaître les dépenses publicitaires des partis politiques

Facebook a décidé de mettre en avant aussi les dépenses publicitaires des posts sponsorisés des candidats à l’élection présidentielle américaine. On pourra donc constater qui a le plus dépensé.

Est-ce utile ? Je ne sais pas mais on aura au moins une transparence sur les dépenses liées aux posts sur les réseaux sociaux avec des détails sur les supports utilisés (Facebook, Instagram ou Messenger ) et les lieux d’actions.

Prévenir sur les fausses informations

En effet, Facebook a décidé de prévenir les utilisateurs que certaines publications sont de natures à proposer des informations erronées ou mensongères. Que ce soit de fausses informations à propos des modalités de votes, des horaires d’ouverture des bureaux ou toutes autres données fausses, un message préviendra les utilisateurs.

Enfin Facebook souhaite investir 2 millions de Dollars afin de lancer des programmes d’éducations afin que les utilisateurs puissent apprendre à reconnaître eux-même la désinformation que l’on puisse rencontrer dans sur les réseaux sociaux.

Que peut-on présager pour l’avenir du réseau pour les pages, les groupes et autres profils sociaux. Cela peut-il permettre de lutter contre le terrorisme ?

Mais le contrôle absolu peut-il être mauvais concernant la liberté d’expression des utilisateurs de Facebook ou Instagram ? Twitter va-t-il proposer aussi ce type de procédé ?

Source : Facebook

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *