PS Vita : les révélations du designer

Le designer de la PlayStation Vita dévoile de croustillants détails sur la conception de la machine.

Comme promis, le PlayStation Blog a publié son entrevue avec Takashi Sogabe, designer en chef sur la PlayStation Vita. Déjà  responsable du look de la PSPgo et de la PS3 Slim, Sogabe révèle les dessous de la fabrication d’une console. En particulier sur le duel permanent qui oppose le designer, responsable de l’extérieur et de la forme de la console, aux ingénieurs plus pragmatiques qui font en sorte que l’objet soit fonctionnel et réponde à  un tas de normes.

La taille de l’écran

Avec ses 5 pouces (contre 4,3 pour la PSP), l’écran OLED de la PS Vita est sans problème le meilleur jamais vu sur une console portable. Pourtant, Sony visait encore plus haut initialement. « Il est facile de tomber dans le raisonnement qui consiste à  privilégier la taille de l’écran, même si c’est une erreur. Nous avons longuement débattu ce point et même envisagé un écran de 5,5 pouces comprenant l’ensemble des touches, mais cela réduisait l’ergonomie du système et cette idée fut rejetée », explique Sogabe.

Les deux sticks analogiques

Impossible de parler du design de la PS Vita sans évoquer le pari technique des deux sticks analogiques, qui représente une première sur portable. Pour Sogabe, « la conception de joysticks aussi petits s’est avérée une vraie gageure », à  tel point qu’une autre solution avait été envisagée : remplacer les sticks par des pavés tactiles proches de ce qu’on trouve sur un PC portable. Oui, ça craint. « Mais ce n’était pas assez nerveux pour du jeu : nous avons ainsi appris qu’incliner un joystick est une sensation dont le joueur a besoin pour se sentir en pleine possession de ses moyens. » Ouf.

Designer vs. ingénieurs vs. développeurs

Sur les sticks, le point de vue de Sogabe est différent de celui des ingénieurs et… des développeurs, que Sony implique désormais dans la conception du hardware. « Je n’étais pas persuadé qu’ils étaient idéalement placés du point de vue du design, mais Worldwide Studios a certifié qu’il ne fallait pas les déplacer d’un seul millimètre pour le confort de jeu et ce sont eux qui ont eu gain de cause. »

De manière générale, Sogabe confie qu’il souhaitait une console beaucoup plus mince, la plus mince possible. Une volonté confrontée à  certaines réalités techniques concernant la puissance de traitement ou de l’autonomie, par exemple. « Le designer veut toujours créer l’appareil le plus mince possible. Mais l’ingénieur cherche, lui, à  bourrer l’étui de toutes les technologies nécessaires : ils sont forcément en désaccord sur ce point. Le designer s’efforce de dessiner un appareil bluffant d’un point de vue esthétique et l’ingénieur a pour mission de le faire fonctionner : ni l’un ni l’autre n’est prêt à  faire la moindre concession. »

Autre révélation intéressante, le fait que Sony avait envisagé différentes formes pour la PS Vita, comme le fameux écran coulissant de la PSPgo. Cela donne raison aux rumeurs de début 2011 qui ont précédé l’annonce de la console, et où se murmurait effectivement que Sony étudiait le format coulissant. Au final : « nous avons choisi le modèle que vous connaissez à  l’issue de nombreuses discussions avec les équipes de développement de Worldwide Studios. »

Dernière confidence de Sogabe, la PS Vita aurait dû avoir selon lui un petit goût de… métal. « J’aurais voulu que la PS Vita soit entièrement en métal, mais c’était sans compter le Wi-Fi, la 3G et l’antenne GPRS intégrés. »

Le 23/01/2012 à 07:30:02 – Par Steeve Mambrucchi @Steeve_JVN