PS4 : des DRM pas si absents que ça…

Bon bah en fait, cette histoire d’absence de mesures anti-piratage/anti-occasion sur PS4, ce n’est pas aussi simple que ce que Sony voulait bien nous faire croire…

Cette nuit, lors de sa conférence E3, Sony a soulevé les foules en annonçant qu’il n’y aurait sur PS4 ni connexion obligatoire, ni contrainte à la revente ou au prêt d’un jeu, se démarquant ainsi complètement de Microsoft qui a décidé de son côté de franchir la ligne rouge. Il est vrai que cette annonce avait quelque chose de jouissif tant on craignait un verrouillage complet de l’occasion, mais il ne faut pas pour autant oublié quelques détails qui ne sont eux pas vraiment réjouissants, comme l’apparition du jeu en ligne payant sur PS4 qui a été annoncé en catimini juste après l’explosion de joie et l’hilarité provoqué par le tacle sur Microsoft. Mais ce n’est pas tout…

Maintenant que la nuit est passée et que Sony récolte les lauriers de son annonce, il s’avère en fait que la situation n’est pas si simple que ça… Jack Tretton a accordé une interview à Game Trailers, et… Jugez-en par vous-mêmes :

« Le choix d’inclure des DRM dans les jeux tiers appartient aux éditeurs.

Nous avons déclaré qu’avec nos jeux première partie, nous ne ferions pas ça, mais nous accueillons les éditeurs et leur business model sur notre plateforme.

Il y aura du free-to-play, il y aura tous les business models potentiels, et je répète que c’est à eux d’évaluer leur relation avec le consommateur et de voir s’ils pensent que c’est la meilleure solution, donc nous n’allons pas leur dicter cela, nous leur donnons une plateforme pour éditer dessus.

Le choix des DRM sera entre les mains des éditeurs tiers, ce n’est pas quelque chose que nous allons dicter ou contrôler ou imposer ou implémenter. »

Donc lors de sa conférence, Sony ne parlait que des jeux que la société éditera elle-même, mais tous les autres éditeurs pourront appliquer leurs propres règles sur leurs softs. Ça fait potentiellement un paquet de titres…

Et pendant ce temps-là, les éditeurs tiers n’assument toujours pas cette controverse et préfère temporiser en bottant en touche.

Mise à jour : Sony a précisé à GameFront que ça ne concerne que l’usage des jeux en ligne. Donc si vous achetez un jeu pour ne jouer qu’à la portion hors ligne (solo ou multi en local), vous ne rencontrerez aucun problème, que ce soit un jeu première partie ou tiers.

Le 11/06/2013 à 20:49:51 – Par Jean-Baptiste Pochet @moustachaman