Test Aliens : Fireteam Elite

En 1979, l’une des plus grandes icônes du film d’horreur est née : l’extraterrestre. Le monstre fascinant de Ridley Scott qui a hanté nos écrans et nos imaginations pendant des décennies fait maintenant son retour dans une nouvelle création de jeu vidéo de Cold Iron Studios. Que vaut Aliens: Fireteam Elite, une expérience coopérative fortement inspirée de World War Z, Left 4 Dead et Gears of War ? Répondez tout de suite.

Vingt-trois ans plus tard, Ripley, l’héroïne de la légende du film Alien, rencontre des extraterrestres sur la planète carcérale Fiorina « Fury » 161, et les Marines reprennent les armes contre une toute nouvelle menace. Cette fois, l’équipe de trois soldats s’est rendue au Katanga, une raffinerie de pétrole orbitale abandonnée, pour évacuer un scientifique de la société Weyland-Yutani. Même sans la situation pour réinventer la formule, il suffirait de nous amener aux quatre coins de la galaxie.

Générique mais très efficace

Comme World War Z, Aliens: Fireteam Elite est un jeu à la troisième personne où les joueurs font équipe avec deux autres participants humains (ou contrôlés par ordinateur) contre de nombreux ennemis. Vous l’aurez deviné, les adversaires ici ne sont pas des zombies assoiffés de sang, mais des extraterrestres qui n’hésitent pas à vous cracher de l’acide au visage ou à vous sauter dessus pour vous écorcher vif. Heureusement, nos héros sont bien équipés. En plus des armes disponibles allant des simples fusils d’assaut aux lance-flammes, Aliens: Fireteam Elite propose cinq classes jouables (Artilleur, Démolisseur, Technicien, Infirmier et Scout). Les cours se complètent et permettent notamment de varier les plaisirs. Par exemple, le Médecin peut soigner ses alliés à tout moment à l’aide de gadgets déployés au sol, tandis que les Artilleurs et Démolisseurs s’engouffrent dans le tas d’explosifs. Nos techniciens préférés peuvent ralentir les extraterrestres en plaçant des pièges partout, comme des bobines électroniques ou des tourelles automatiques.

Dans le feu de l’action, Aliens : Fireteam Elite n’est pas vraiment original. Le titre semble ressembler à un mélange de Gears et de World War Z. Les joueurs doivent donc accomplir un total de 12 missions (se terminant entre 20 et 40 minutes selon le niveau de difficulté), ou participer au mode Horde en frappant à la porte avec des dizaines de monstres. Armes à la main, notre marine se comporte un peu comme Marcus Fenix, le protagoniste de la saga iconique de Microsoft. En conséquence, il peut choisir entre trois armes, peut rouler pour échapper à la charge d’un adversaire, se mettre à couvert et même tirer à l’aveuglette dans des situations plus subtiles. Alors le feeling est là et il y a tellement de possibilités, pas d’ennui. Cependant, nous regrettons la disposition paresseuse des niveaux. Le titre de Cold Iron Studios fait le strict minimum en proposant des missions linéaires qui alternent entre couloirs étroits et arènes plus ou moins ouvertes. Le moment le plus drôle est finalement calqué sur la séquence de survie de la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ces étapes plus stratégiques du jeu, les héros doivent coopérer, se surveiller les uns les autres et installer de nombreux pièges au sol pour combattre les vagues d’immondices. la bête.

Si dans un premier temps le titre se concentre sur l’extermination des extraterrestres, malheureusement déjà-vu — pas dépaysé pour les joueurs qui ont déjà joué à Left 4 Dead, ou aux nombreux jeux qui s’en inspirent — bientôt, le jeu de tir vous aura avec Une plus grande variété de bestiaires, des créatures synthétiques équipées de fusils de sniper ou de boucliers aux extraterrestres génétiquement modifiés. L’arrivée de ces ennemis apporte un nouvel accueil, surtout une méthode de réussite. Malheureusement, tout est très scénarisé : ces combattants hostiles n’apparaissent qu’aux moments clés de la scène.

En plus d’être efficace lorsque le titre vous met sur le champ de bataille, Aliens : Fireteam Elite propose une personnalisation poussée des héros et de leurs capacités. À la fin de chaque mission, vos soldats avancent pour découvrir de nouvelles armes et accessoires (réflecteurs, chargeurs de grande capacité, cache-flammes, etc.) ainsi que de nouvelles améliorations de compétences. Tous ont leurs propres caractéristiques et donnent aux joueurs un sentiment d’évolution satisfaisant. Ensuite, c’est à vous de décider si vous souhaitez vous concentrer sur les dégâts ou la précision, ou si vous souhaitez convertir la tourelle automatique en canon lourd.

Un hommage réussi

Comme les dernières adaptations en date, on pense forcément à Vendredi 13, Terminator : Resistance ou encore Predator : The Hunting Ground, Alien : Fireteam Elite is against Ridley Scott) est un grand hommage à la légende cinématographique qui s’est créée. Cependant, le jeu de tir de Cold Iron Studios s’appuie fortement sur les suites, en particulier Return of Aliens. Ainsi, on retrouve l’ambiance de la plupart des aventures des films de James Cameron, ainsi que son thème musical ou encore les effets sonores des différents pistolets. Pour ne pas gâcher votre surprise, nous ne vous dévoilerons pas tout, mais la suite de l’aventure est également inspirée du long-métrage de Jean-Pierre Jeunet (Aliens, Résurrection), la dernière version (Prométhée et les Aliens : Covenant), et bien sûr les créations visuelles de H.R. Giger, le concepteur de créatures extraterrestres.

Graphiquement, l’ensemble est solide, même avec les conventions là encore. Les différents environnements suffisent à parcourir la légende sans donner aux joueurs un sentiment d’ennui. En même temps, les visuels sont une réussite et mordent dans le conflit. Cerise sur le gâteau, nous n’avons rencontré aucun bug, et le titre est loin d’être gourmand sur PC.

En résumé !

Test Aliens : Fireteam Elite

En 1979, l'une des plus grandes icônes du film d'horreur est née : l'extraterrestre. Le monstre fascinant de Ridley Scott qui a hanté nos écrans et nos imaginations pendant des décennies fait maintenant son retour dans une nouvelle création de jeu vidéo de Cold Iron Studios. Que vaut Aliens: Fireteam Elite, une expérience coopérative fortement inspirée de World War Z, Left 4 Dead et Gears of War ? Répondez tout de suite. Vingt-trois ans plus tard, Ripley, l'héroïne de la légende du film Alien, rencontre des extraterrestres sur la planète carcérale Fiorina "Fury" 161, et les Marines reprennent les armes contre une toute nouvelle menace. Cette fois, l'équipe de trois soldats s'est rendue au Katanga, une raffinerie de pétrole orbitale abandonnée, pour évacuer un scientifique de la société Weyland-Yutani. Même sans la situation pour réinventer la formule, il suffirait de nous amener aux quatre coins de la galaxie. Générique mais très efficace Comme World War Z, Aliens: Fireteam Elite est un jeu à la troisième personne où les joueurs font équipe avec deux autres participants humains (ou contrôlés par ordinateur) contre de nombreux ennemis. Vous l'aurez deviné, les adversaires ici ne sont pas des zombies assoiffés de sang, mais des extraterrestres qui n'hésitent pas à vous cracher de l'acide au visage ou à vous sauter dessus pour vous écorcher vif. Heureusement, nos héros sont bien équipés. En plus des armes disponibles allant des simples fusils d'assaut aux lance-flammes, Aliens: Fireteam Elite propose cinq classes jouables (Artilleur, Démolisseur, Technicien, Infirmier et Scout). Les cours se complètent et permettent notamment de varier les plaisirs. Par exemple, le Médecin peut soigner ses alliés à tout moment à l'aide de gadgets déployés au sol, tandis que les Artilleurs et Démolisseurs s'engouffrent dans le tas d'explosifs. Nos techniciens préférés peuvent ralentir les extraterrestres en plaçant des pièges partout, comme des bobines électroniques ou des tourelles automatiques. Dans le feu de l'action, Aliens : Fireteam Elite n'est pas vraiment original. Le titre semble ressembler à un mélange de Gears et de World War Z. Les joueurs doivent donc accomplir un total de 12 missions (se terminant entre 20 et 40 minutes selon le niveau de difficulté), ou participer au mode Horde en frappant à la porte avec des dizaines de monstres. Armes à la main, notre marine se comporte un peu comme Marcus Fenix, le protagoniste de la saga iconique de Microsoft. En conséquence, il peut choisir entre trois armes, peut rouler pour échapper à la charge d'un adversaire, se mettre à couvert et même tirer à l'aveuglette dans des situations plus subtiles. Alors le feeling est là et il y a tellement de possibilités, pas d'ennui. Cependant, nous regrettons la disposition paresseuse des niveaux. Le titre de Cold Iron Studios fait le strict minimum en proposant des missions linéaires qui alternent entre couloirs étroits et arènes plus ou moins ouvertes. Le moment le plus drôle est finalement calqué sur la séquence de survie de la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ces étapes plus stratégiques du jeu, les héros doivent coopérer, se surveiller les uns les autres et installer de nombreux pièges au sol pour combattre les vagues d'immondices. la bête. Si dans un premier temps le titre se concentre sur l'extermination des extraterrestres, malheureusement déjà-vu -- pas dépaysé pour les joueurs qui ont déjà joué à Left 4 Dead, ou aux nombreux jeux qui s'en inspirent -- bientôt, le jeu de tir vous aura avec Une plus grande variété de bestiaires, des créatures synthétiques équipées de fusils de sniper ou de boucliers aux extraterrestres génétiquement modifiés. L'arrivée de ces ennemis apporte un nouvel accueil, surtout une méthode de réussite. Malheureusement, tout est très scénarisé : ces combattants hostiles n'apparaissent qu'aux moments clés de la scène. En plus d'être efficace lorsque le titre vous met sur le champ de bataille, Aliens : Fireteam Elite propose une personnalisation poussée des héros et de leurs capacités. À la fin de chaque mission, vos soldats avancent pour découvrir de nouvelles armes et accessoires (réflecteurs, chargeurs de grande capacité, cache-flammes, etc.) ainsi que de nouvelles améliorations de compétences. Tous ont leurs propres caractéristiques et donnent aux joueurs un sentiment d'évolution satisfaisant. Ensuite, c'est à vous de décider si vous souhaitez vous concentrer sur les dégâts ou la précision, ou si vous souhaitez convertir la tourelle automatique en canon lourd. Un hommage réussi Comme les dernières adaptations en date, on pense forcément à Vendredi 13, Terminator : Resistance ou encore Predator : The Hunting Ground, Alien : Fireteam Elite is against Ridley Scott) est un grand hommage à la légende cinématographique qui s'est créée. Cependant, le jeu de tir de Cold Iron Studios s'appuie fortement sur les suites, en particulier Return of Aliens. Ainsi, on retrouve l'ambiance de la plupart des aventures des films de James Cameron, ainsi que son thème musical ou encore les effets sonores des différents pistolets. Pour ne pas gâcher votre surprise, nous ne vous dévoilerons pas tout, mais la suite de l'aventure est également inspirée du long-métrage de Jean-Pierre Jeunet (Aliens, Résurrection), la dernière version (Prométhée et les Aliens : Covenant), et bien sûr les créations visuelles de H.R. Giger, le concepteur de créatures extraterrestres. Graphiquement, l'ensemble est solide, même avec les conventions là encore. Les différents environnements suffisent à parcourir la légende sans donner aux joueurs un sentiment d'ennui. En même temps, les visuels sont une réussite et mordent dans le conflit. Cerise sur le gâteau, nous n'avons rencontré aucun bug, et le titre est loin d'être gourmand sur PC.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!