Test Another World – 20th Anniversary Edition

Note des lecteurs0 Note
0
6.9

1991. Les Bulls de Jordan battent les Lakers de Magic Johnson en finale de NBA. Le T-1000 et Hannibal Lecter écrasent le grand écran de leur présence. L’homme à la tête de chou achève son tour de chant au cimetière Montparnasse. L’armée US libère les puits de pétrole koweitiens. Et pour les possesseurs d’Amiga et d’Atari ST, l’année est marquée par la sortie d’un des premiers jeux à utiliser des polygones plutôt que les traditionnels sprites : Another World. La création d’Eric Chahi fait sans nul doute partie des jeux vidéo français les plus importants, impressionnant par sa modernité avec une interface minimale, une animation innovante et un anti-héros préfigurant un certain Gordon Freeman.

Test Another World 20th Anniversary Edition

Le retour d’Another World pour un presque 20ème anniversaire

1991-2013, oui, l’appellation vingtième anniversaire est quelque peu caduque, cette adaptation sur PC provenant elle-même de l’adaptation réalisée par DotEmu sur plates-formes Android qui suivait, à son tour, l’adaptation sur machines iOS faite par Bulkypix en… 2011 ! Un anniversaire qui s’éternise, pourquoi pas, après tout, certains mariages semblant s’éterniser, notamment lorsque tonton Marcel fait tourner les serviettes le troisième jour suivant la cérémonie. Bref, le lifting graphique est bien présent mais ne cherche pas à trop en faire, conservant l’aspect si particulier du design du jeu original.

La trame d’Another World, vous la connaissez peut-être si vous vous intéressez à l’histoire du jeu vidéo. C’est l’histoire d’un jeune physicien, Lester Knight Chaykin, un peu flambeur (ah, la Ferrari 288 GTO !) qui a la drôle d’idée de mettre en branle une expérience avec un accélérateur de particules un soir d’orage. Manque de chance, les interférences causées par un éclair le propulsent dans un autre espace-temps, au beau milieu d’une planète extraterrestre plutôt inhospitalière. Quand on vous parlait d’Half-Life.

Parcours du combattant

Another World nous ramène donc à une époque où le joueur n’était pas encore assisté de toutes parts. Non pas que le jeu soit d’une grande difficulté malgré quelques passages un peu tendus mais face à certaines situations, il faut parfois explorer, essayer et ressayer avant de trouver LA bonne solution. Aucune indication, aucun texte, aucune parole ne viendra vous épauler. La seule aide viendra ponctuellement de votre compagnon d’infortune, une créature qui vous accompagnera jusqu’à la fin. Vous n’aurez donc que la fuite, le saut et un pistolet laser pour vous tirer d’affaire, les mécaniques du jeu étant à la fois minimalistes et riches.

Another World, contrairement à d’autres, est un jeu qui a très bien vieilli et malgré son âge avancé, continue à fasciner. Certes, on aurait aimé qu’il soit proposé à un tarif un chouia moins élevé mais il ravira bon nombre de « vieux » joueurs. On vous parle là d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître et Another World, contrairement à La Bohème, ça veut encore dire quelque chose.

Un des Saint-Graal du jeu vidéo qui en 20 ans a pris quelques belles rides. Another World dispose d'un bel hommage avec cette édition spéciale. Une belle découverte pour certains, une redécouverte pour les autres.
Graphisme
8
Jouabilité
7
Durée de vie
4
Scénario
7.5
Bande Son
8
Note des lecteurs0 Note
0
6.9