Test Arc the Lad II

Comme dans plusieurs séries de portraits, Arc the Lad disposait dès le premier épisode de vrais atouts, mais était malheureusement éclipsé par des erreurs assez limitées. A ce titre, la mission du deuxième volet de la série est de conserver la force scénarisée du premier, tout en offrant un gameplay plus efficace et cohérent.

Arc the Lad II se déroule dans la continuité du premier épisode, où plusieurs destins s’entremêlent dans une même histoire. Ici, vous jouerez le rôle d’un nouveau protagoniste nommé Elc, un petit garçon plutôt grincheux qui fait partie d’une guilde de mercenaires. Mais en dehors de son extérieur rebelle, Elc cache d’abord un lourd fardeau au plus profond de lui. Lorsque son village est envahi par des militaires qui tuent sa famille, ses nuits sont littéralement hantées par des cauchemars, qui se rapportent à sa plus tendre enfance. Les soldats, sentant en lui une puissance inattendue, l’épargnèrent et l’emmenèrent. Malheureusement, Elc ne se souvient pas de l’ordre de ces événements. Après une autre nuit agitée, notre héros a décidé de trouver un nouveau travail dans la guilde. Sa prochaine mission est d’arrêter les terroristes à l’aéroport. Mais bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu…

Bien que l’accent soit mis sur ce nouveau personnage, la scène elle-même n’est pas réservée à Elc. Mis à part les nombreux flashbacks parallèles qui rythment le jeu et nous permettent d’en savoir plus sur lui, la scène est bien plus profonde que cela, et comprend certainement plus de personnages. De plus, ne présumez pas qu’Arc et ses copains ne sont pas dans cette production, au lieu de cela, vous les verrez plusieurs fois et même en reprendrez le contrôle à différentes occasions. Cependant, résumer l’intrigue est assez compliqué sans mentionner certaines choses qui pourraient gâcher la surprise du joueur. Sachez simplement que, comme la première œuvre, vous serez à nouveau impliqué dans une sorte de film où les destins d’Elc et d’Arc se croisent jusqu’à ce qu’ils se rejoignent enfin. C’est prenant et cohérent, et on essaie de suivre leurs aventures malgré les histoires bancales et les situations chaotiques.

Cependant, vous n’êtes plus le simple spectateur de la première œuvre car vous pouvez enfin visiter le monde qui vous entoure. Entre chaque moment charnière du jeu, l’exploration reprend ses droits, vous pouvez donc gambader en ville en accostant les passants et en achetant quelques affaires si vous le souhaitez. On a même remarqué l’existence de quêtes annexes, sous forme de quêtes proposées par la guilde de recrutement. Ceux-ci peuvent vous rapporter de l’argent, de l’expérience et des points spéciaux si les objectifs de la mission sont atteints correctement. Mais sachez que si vous n’acceptez pas le travail à temps, un autre mercenaire fera le travail à votre place. Enfin, vous pouvez également arrêter différents criminels recherchés et obtenir de plus grandes récompenses. Bien sûr, ce concept d’exploration et de quêtes annexes est à prendre avec des pincettes, car le caractère linéaire du premier volet est toujours là. Supposons que cela vous permette de faire plus que simplement suivre le scénario principal sans pouvoir interagir avec lui.

Concernant les combats, on déplore encore une fois qu’ils n’aient que des tactiques de nom. Bien que la carte soit un peu plus réfléchie, on ne peut toujours pas parler de stratégie, puisqu’il suffit de lancer attaque après attaque pour se débarrasser des ennemis. Reste qu’il est clair qu’un gros travail a été fait sur l’ergonomie des menus, qui sont désormais beaucoup plus clairs et intuitifs. De plus, votre équipe est plus équilibrée et ne meurt plus en une seule attaque. Ces deux choses peuvent sembler anodines, mais rendent tout de même le combat plus engageant, ce qui manquait cruellement au premier Arc the Lad. En termes d’évolution du personnage, vous disposez désormais de quatre statistiques principales (Attaque, Défense, Magie, Dextérité) avec cinq sous-traits ajoutés. Par exemple, en plus de la possibilité de contre-attaquer, vous avez également la possibilité de renvoyer des objets à l’ennemi qui vous les a lancés. C’est évidemment anecdotique, mais ça a l’avantage de faire sourire. Généralement, comme tout RPG, chaque ennemi vaincu vous donne de l’expérience, et parfois vous montez de niveau avec de nouveaux sorts.

Cependant, la croissance de votre équipe est plus que cela. Votre appareil joue également un rôle important car il est en constante évolution. En ce qui concerne les armes, la plupart de vos personnages ont le choix entre trois types d’armes différents. Chaque arme a sa spécificité et son tier, qui monte en fonction des frappes données et peut augmenter les dégâts portés. Cependant, chaque arme a une limite de dégâts maximale, vous devez donc parfois la remplacer par une nouvelle arme non évoluée qui aura une limite de dégâts plus élevée à des niveaux plus élevés. De même, vous pouvez équiper des armures et des accessoires qui renforcent votre défense à chaque fois que vous prenez un coup, avec des attributs différents. A noter que les ennemis évoluent aussi en combat, aucun intérêt puisqu’ils sont rapidement anéantis dans le dos. Enfin, nous aborderons brièvement l’existence d’un système de forge qui peut être très intéressant. Malheureusement, les éléments nécessaires à la conception d’équipements sont si rares et difficiles à obtenir qu’on finit par ne presque jamais rien forger. Dommage que l’idée soit intéressante.

En résumé !

Test Arc the Lad II

Comme dans plusieurs séries de portraits, Arc the Lad disposait dès le premier épisode de vrais atouts, mais était malheureusement éclipsé par des erreurs assez limitées. A ce titre, la mission du deuxième volet de la série est de conserver la force scénarisée du premier, tout en offrant un gameplay plus efficace et cohérent. Arc the Lad II se déroule dans la continuité du premier épisode, où plusieurs destins s'entremêlent dans une même histoire. Ici, vous jouerez le rôle d'un nouveau protagoniste nommé Elc, un petit garçon plutôt grincheux qui fait partie d'une guilde de mercenaires. Mais en dehors de son extérieur rebelle, Elc cache d'abord un lourd fardeau au plus profond de lui. Lorsque son village est envahi par des militaires qui tuent sa famille, ses nuits sont littéralement hantées par des cauchemars, qui se rapportent à sa plus tendre enfance. Les soldats, sentant en lui une puissance inattendue, l'épargnèrent et l'emmenèrent. Malheureusement, Elc ne se souvient pas de l'ordre de ces événements. Après une autre nuit agitée, notre héros a décidé de trouver un nouveau travail dans la guilde. Sa prochaine mission est d'arrêter les terroristes à l'aéroport. Mais bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu... Bien que l'accent soit mis sur ce nouveau personnage, la scène elle-même n'est pas réservée à Elc. Mis à part les nombreux flashbacks parallèles qui rythment le jeu et nous permettent d'en savoir plus sur lui, la scène est bien plus profonde que cela, et comprend certainement plus de personnages. De plus, ne présumez pas qu'Arc et ses copains ne sont pas dans cette production, au lieu de cela, vous les verrez plusieurs fois et même en reprendrez le contrôle à différentes occasions. Cependant, résumer l'intrigue est assez compliqué sans mentionner certaines choses qui pourraient gâcher la surprise du joueur. Sachez simplement que, comme la première œuvre, vous serez à nouveau impliqué dans une sorte de film où les destins d'Elc et d'Arc se croisent jusqu'à ce qu'ils se rejoignent enfin. C'est prenant et cohérent, et on essaie de suivre leurs aventures malgré les histoires bancales et les situations chaotiques. Cependant, vous n'êtes plus le simple spectateur de la première œuvre car vous pouvez enfin visiter le monde qui vous entoure. Entre chaque moment charnière du jeu, l'exploration reprend ses droits, vous pouvez donc gambader en ville en accostant les passants et en achetant quelques affaires si vous le souhaitez. On a même remarqué l'existence de quêtes annexes, sous forme de quêtes proposées par la guilde de recrutement. Ceux-ci peuvent vous rapporter de l'argent, de l'expérience et des points spéciaux si les objectifs de la mission sont atteints correctement. Mais sachez que si vous n'acceptez pas le travail à temps, un autre mercenaire fera le travail à votre place. Enfin, vous pouvez également arrêter différents criminels recherchés et obtenir de plus grandes récompenses. Bien sûr, ce concept d'exploration et de quêtes annexes est à prendre avec des pincettes, car le caractère linéaire du premier volet est toujours là. Supposons que cela vous permette de faire plus que simplement suivre le scénario principal sans pouvoir interagir avec lui. Concernant les combats, on déplore encore une fois qu'ils n'aient que des tactiques de nom. Bien que la carte soit un peu plus réfléchie, on ne peut toujours pas parler de stratégie, puisqu'il suffit de lancer attaque après attaque pour se débarrasser des ennemis. Reste qu'il est clair qu'un gros travail a été fait sur l'ergonomie des menus, qui sont désormais beaucoup plus clairs et intuitifs. De plus, votre équipe est plus équilibrée et ne meurt plus en une seule attaque. Ces deux choses peuvent sembler anodines, mais rendent tout de même le combat plus engageant, ce qui manquait cruellement au premier Arc the Lad. En termes d'évolution du personnage, vous disposez désormais de quatre statistiques principales (Attaque, Défense, Magie, Dextérité) avec cinq sous-traits ajoutés. Par exemple, en plus de la possibilité de contre-attaquer, vous avez également la possibilité de renvoyer des objets à l'ennemi qui vous les a lancés. C'est évidemment anecdotique, mais ça a l'avantage de faire sourire. Généralement, comme tout RPG, chaque ennemi vaincu vous donne de l'expérience, et parfois vous montez de niveau avec de nouveaux sorts. Cependant, la croissance de votre équipe est plus que cela. Votre appareil joue également un rôle important car il est en constante évolution. En ce qui concerne les armes, la plupart de vos personnages ont le choix entre trois types d'armes différents. Chaque arme a sa spécificité et son tier, qui monte en fonction des frappes données et peut augmenter les dégâts portés. Cependant, chaque arme a une limite de dégâts maximale, vous devez donc parfois la remplacer par une nouvelle arme non évoluée qui aura une limite de dégâts plus élevée à des niveaux plus élevés. De même, vous pouvez équiper des armures et des accessoires qui renforcent votre défense à chaque fois que vous prenez un coup, avec des attributs différents. A noter que les ennemis évoluent aussi en combat, aucun intérêt puisqu'ils sont rapidement anéantis dans le dos. Enfin, nous aborderons brièvement l'existence d'un système de forge qui peut être très intéressant. Malheureusement, les éléments nécessaires à la conception d'équipements sont si rares et difficiles à obtenir qu'on finit par ne presque jamais rien forger. Dommage que l'idée soit intéressante.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!