Test ArcaniA : Fall of Setarrif

Arkania : La chute de Setariff ne verra peut-être jamais le jour. Immédiatement après la faillite de Jowood, cette extension autonome pour Gothic 4 est finalement réapparue dans la chronologie lorsque la société autrichienne a été acquise par Nordic Games. Mais en attendant, il a été annulé sur consoles et n’a pu sortir que sur PC sous forme dématérialisée jusqu’à ce que son nouvel éditeur se décide enfin à nous offrir une version boîte. Est-ce que ça vaut vraiment la peine d’attendre ?

Avertissement immédiat : Développée dans la continuité de Gothic 4 : Arcania, cette extension ne remettra en aucun cas en question le sens de l’épisode, ni ne corrigera quoi que ce soit que les fans ont condamné avec véhémence. Si vous faites partie des déçus, vous pouvez déjà arrêter la lecture de cet article, qui nous mettra de notre côté pour éviter de tirer sur l’ambulance. Mais qu’en est-il des autres ? Ceux qui recherchent un RPG léger tiré par l’aspect aventure/hack’n slash seront-ils attirés par la chute de Setariff ? Eh bien, même pas. Première chose qui dérange depuis la sortie de cette extension : bien que conçue pour vous permettre de restaurer le personnage que vous avez développé dans le jeu de base, elle plantera inévitablement à moins que vous ne supprimiez l’ancienne sauvegarde du répertoire dédié. Vous serez donc obligé de choisir un personnage préconçu coûte que coûte. ça a bien commencé…

Le scénario de Setarrif’s Fall est une suite directe de Gothic 4: Arcania, se terminant par une queue de poisson. Le démon que vous avez réussi à exorciser de l’esprit de Rhobar III semble reprendre forme du côté de Setarrif, ce que le jeu de base vous a soigneusement laissé contourner (on comprend maintenant pourquoi !). Nous vous envoyons donc dans cette cité côtière, qui n’est plus que ruines, désormais coupée du reste de l’Arganier par une mystérieuse et soudaine éruption volcanique. Le ton est séduisant, mais le résultat l’est moins. Si l’on apprécie la véritable fin des événements de Gothic 4, on se demande tout de même où l’histoire captivante et les personnages mémorables promettent la boîte de jeu. Résolvez cette situation en vous permettant de contrôler les alliés de héros anonymes (Diego, Lester, Ghosn…), quand vous apprenez que chacune de ces séquences n’a pour but que de remplir une scène ellipse de quelques minutes Il est possible de déchanter . Notez également que si l’extension prend une forme autonome, il est préférable de terminer le jeu de base sans rien sucer du tout.

Autre mauvaise surprise : Spellbound a annoncé dix heures de jeu supplémentaires, mais pas de comptes. Cette extension n’a pris que 6 heures car elle savait que l’exploration n’existait pas. Très linéaire, il n’offre aucune des « grandes » zones que l’on retrouverait dans le jeu de base, mais plutôt une série de couloirs sans quêtes annexes. Bon, le rendu visuel a encore peu d’impact, d’autant qu’il permet de profiter de nouveaux paysages dont des volcans en éruption et des villes dévastées (le design manque d’inspiration, mais passons à autre chose). Il y a aussi de nouveaux ennemis qui seront heureux d’affronter quand ils ne vous crieront pas dessus comme des imbéciles (mention spéciale aux amazones et aux chevaliers possédés). Mais l’aspect jeu de rôle a complètement disparu, remplacé par un hack’n slash plus évident. Le système de progression n’offre pas de nouvelles compétences, et vous finissez par décider de dépenser les points que vous gagnez dans des domaines qui ne vous intéressent pas, sachant que le défi n’a en aucun cas d’abonnés. Bref, The Fall of Setariff est plus une déception que le jeu de base. Dans ce cas, autant économiser votre argent pour Resurrection 2 !

En résumé !

Test ArcaniA : Fall of Setarrif

Arkania : La chute de Setariff ne verra peut-être jamais le jour. Immédiatement après la faillite de Jowood, cette extension autonome pour Gothic 4 est finalement réapparue dans la chronologie lorsque la société autrichienne a été acquise par Nordic Games. Mais en attendant, il a été annulé sur consoles et n'a pu sortir que sur PC sous forme dématérialisée jusqu'à ce que son nouvel éditeur se décide enfin à nous offrir une version boîte. Est-ce que ça vaut vraiment la peine d'attendre ? Avertissement immédiat : Développée dans la continuité de Gothic 4 : Arcania, cette extension ne remettra en aucun cas en question le sens de l'épisode, ni ne corrigera quoi que ce soit que les fans ont condamné avec véhémence. Si vous faites partie des déçus, vous pouvez déjà arrêter la lecture de cet article, qui nous mettra de notre côté pour éviter de tirer sur l'ambulance. Mais qu'en est-il des autres ? Ceux qui recherchent un RPG léger tiré par l'aspect aventure/hack'n slash seront-ils attirés par la chute de Setariff ? Eh bien, même pas. Première chose qui dérange depuis la sortie de cette extension : bien que conçue pour vous permettre de restaurer le personnage que vous avez développé dans le jeu de base, elle plantera inévitablement à moins que vous ne supprimiez l'ancienne sauvegarde du répertoire dédié. Vous serez donc obligé de choisir un personnage préconçu coûte que coûte. ça a bien commencé... Le scénario de Setarrif's Fall est une suite directe de Gothic 4: Arcania, se terminant par une queue de poisson. Le démon que vous avez réussi à exorciser de l'esprit de Rhobar III semble reprendre forme du côté de Setarrif, ce que le jeu de base vous a soigneusement laissé contourner (on comprend maintenant pourquoi !). Nous vous envoyons donc dans cette cité côtière, qui n'est plus que ruines, désormais coupée du reste de l'Arganier par une mystérieuse et soudaine éruption volcanique. Le ton est séduisant, mais le résultat l'est moins. Si l'on apprécie la véritable fin des événements de Gothic 4, on se demande tout de même où l'histoire captivante et les personnages mémorables promettent la boîte de jeu. Résolvez cette situation en vous permettant de contrôler les alliés de héros anonymes (Diego, Lester, Ghosn...), quand vous apprenez que chacune de ces séquences n'a pour but que de remplir une scène ellipse de quelques minutes Il est possible de déchanter . Notez également que si l'extension prend une forme autonome, il est préférable de terminer le jeu de base sans rien sucer du tout. Autre mauvaise surprise : Spellbound a annoncé dix heures de jeu supplémentaires, mais pas de comptes. Cette extension n'a pris que 6 heures car elle savait que l'exploration n'existait pas. Très linéaire, il n'offre aucune des "grandes" zones que l'on retrouverait dans le jeu de base, mais plutôt une série de couloirs sans quêtes annexes. Bon, le rendu visuel a encore peu d'impact, d'autant qu'il permet de profiter de nouveaux paysages dont des volcans en éruption et des villes dévastées (le design manque d'inspiration, mais passons à autre chose). Il y a aussi de nouveaux ennemis qui seront heureux d'affronter quand ils ne vous crieront pas dessus comme des imbéciles (mention spéciale aux amazones et aux chevaliers possédés). Mais l'aspect jeu de rôle a complètement disparu, remplacé par un hack'n slash plus évident. Le système de progression n'offre pas de nouvelles compétences, et vous finissez par décider de dépenser les points que vous gagnez dans des domaines qui ne vous intéressent pas, sachant que le défi n'a en aucun cas d'abonnés. Bref, The Fall of Setariff est plus une déception que le jeu de base. Dans ce cas, autant économiser votre argent pour Resurrection 2 !
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!