Test Armies of Exigo

Le numéro un des jeux RTS d’heroic fantasy (désolé, j’ai la flemme de compter), Armies of Exigo vous invite à prendre le contrôle du destin des humains, des bêtes et des morts à la guerre de Nolan. Un bon jeu, mais le manque d’innovation et de rebondissements surprend les joueurs.

Un classique, absolument. C’est en effet le terme qui représente le mieux l’armée Exigo dans presque tous les domaines : univers, décor, gameplay… En fait, les développeurs ne semblent pas vouloir prendre de risques, ils nous ont donc proposé un jeu intéressant à jouer avec Proven des recettes pour nous tenter. Le problème est que les joueurs habitués à STR se sentiront certainement familiers, mais pas attirés par un élément en particulier, pas par des extras qui font la différence entre un bon petit jeu et un jeu réussi. Exigo’s Army est loin d’être un mauvais titre, mais qu’apporte-t-il vraiment au genre ? Il n’y a rien ! Est-ce fait avec une histoire passionnante? Pas vraiment. En fait, la scène se résume à une guerre entre les trois races principales de Nolan : les humains, les bêtes (un orc modifié) et les déchus (un mélange d’extraterrestres et de morts-vivants). Apparemment, les trois factions peuvent être contrôlées.

Sur une note positive, chaque faction a un excellent gameplay différencié. Par exemple, les humains ont besoin d’agriculteurs pour récolter les trois ressources du jeu (or, pierres précieuses et bois) et construire des bâtiments, tandis que Fallen utilise des moissonneurs pour la première mission et des invocateurs pour la seconde. De plus, ce jeu ne peut être construit que sur un terrain plat, et ils ont des unités dédiées à cette fonctionnalité. Ce n’est pas le cas pour les humains et les bêtes. De plus, certains sorts sont réservés à des races spécifiques, ce qui différencie davantage les pouvoirs impliqués, il ne s’agit donc pas seulement d’unités et de bâtiments en double retravaillés. Même si tout cela n’est pas nouveau dans le petit monde de STR, nous remercions les développeurs d’avoir emprunté cette voie.

Plus primitives, les cartes à 2 niveaux permettent d’aborder le jeu sous un angle légèrement différent. En tout cas, c’est ce que nous avions promis, car en fait, cette idée intéressante est un peu gâchée : les développeurs ne sont pas allés assez loin pour profiter du concept. En fait, si la plupart des cartes du jeu sont effectivement au niveau 2 et ont un sous-sol, alors nous pouvons rarement utiliser cette option pour contourner les défenses ennemies pour des attaques délicates. En fait, les entrées de sous-sol sont souvent placées près du centre de la carte plutôt que sur les bords, ce qui interdit automatiquement aux joueurs de contourner les défenses ennemies par le sous-sol. Heureusement, il est possible de creuser n’importe où, mais le concept devrait vraiment être approfondi car il y a suffisamment de choses pour faire quelque chose de grand.

Les sous-sols sont riches en ressources naturelles, il n’est donc pas inutile d’y installer des bases satellites pour récolter de l’or ou des gemmes. Ces deux plans de jeu sont également utilisés pour certains sorts qui ont un effet sur les deux niveaux du jeu : vous lancez un sort depuis le sous-sol, et il agit aussi sur les choses du dessus, et inversement. Assez bien, mais comme nous l’avons déjà dit, nous sommes toujours un peu frustrés que toutes ces bonnes idées n’aient pas été poussées plus loin. Pourtant, dans ces deux niveaux de jeu, on pourrait s’inquiéter d’un pathfinding catastrophique. Ce n’est pas le cas, les unités peuvent facilement être déplacées entre les deux avions et la présence de 2 cartes différentes à l’écran permet de visualiser très simplement l’ensemble de la situation. Mais une bonne orientation ne signifie pas une excellente IA au combat, et dans Army of Exigo, nous sommes loin d’être parfaits à ce stade. Par conséquent, nous constatons parfois que même si votre camp est attaqué, les troupes que vous déployez ne peuvent pas faire quelques pas pour engager l’ennemi. Pour ne rien arranger, il n’existe aucun moyen de gérer l’attitude de vos sbires, c’est-à-dire de les mettre en position défensive, offensive ou neutre. Ici, ils n’ont reçu que deux ordres : patrouiller ou tenir bon. c’est ça ! Un jeu de stratégie assez limité !

D’autre part, en ce qui concerne le multijoueur, nous trouvons toutes les options stylées pour participer aux jeux Capture the Flag ou King of the Hill en plus du match à mort classique. En revanche, on regrette un peu que le mode escarmouche soit limité au deathmatch, et qu’on ne puisse pas jouer en CTF ou King of the Hill en solo. Les petites idées sont toutes les mêmes : vous pouvez jouer aux échecs… aux échecs ! Non, vous ne rêvez pas ! La carte a une disposition en échiquier où vous pouvez déplacer des unités comme des pièces dans un jeu de société. Un petit plus qui n’apporte rien au jeu en lui-même, mais très sympa. Bref, on s’est retrouvé avec un joli petit STR, mais c’est sûr que ce ne sera pas un jalon dans l’histoire du jeu vidéo comme certains Warcraft 3 avant.

En résumé !

Test Armies of Exigo

Le numéro un des jeux RTS d'heroic fantasy (désolé, j'ai la flemme de compter), Armies of Exigo vous invite à prendre le contrôle du destin des humains, des bêtes et des morts à la guerre de Nolan. Un bon jeu, mais le manque d'innovation et de rebondissements surprend les joueurs. Un classique, absolument. C'est en effet le terme qui représente le mieux l'armée Exigo dans presque tous les domaines : univers, décor, gameplay... En fait, les développeurs ne semblent pas vouloir prendre de risques, ils nous ont donc proposé un jeu intéressant à jouer avec Proven des recettes pour nous tenter. Le problème est que les joueurs habitués à STR se sentiront certainement familiers, mais pas attirés par un élément en particulier, pas par des extras qui font la différence entre un bon petit jeu et un jeu réussi. Exigo's Army est loin d'être un mauvais titre, mais qu'apporte-t-il vraiment au genre ? Il n'y a rien ! Est-ce fait avec une histoire passionnante? Pas vraiment. En fait, la scène se résume à une guerre entre les trois races principales de Nolan : les humains, les bêtes (un orc modifié) et les déchus (un mélange d'extraterrestres et de morts-vivants). Apparemment, les trois factions peuvent être contrôlées. Sur une note positive, chaque faction a un excellent gameplay différencié. Par exemple, les humains ont besoin d'agriculteurs pour récolter les trois ressources du jeu (or, pierres précieuses et bois) et construire des bâtiments, tandis que Fallen utilise des moissonneurs pour la première mission et des invocateurs pour la seconde. De plus, ce jeu ne peut être construit que sur un terrain plat, et ils ont des unités dédiées à cette fonctionnalité. Ce n'est pas le cas pour les humains et les bêtes. De plus, certains sorts sont réservés à des races spécifiques, ce qui différencie davantage les pouvoirs impliqués, il ne s'agit donc pas seulement d'unités et de bâtiments en double retravaillés. Même si tout cela n'est pas nouveau dans le petit monde de STR, nous remercions les développeurs d'avoir emprunté cette voie. Plus primitives, les cartes à 2 niveaux permettent d'aborder le jeu sous un angle légèrement différent. En tout cas, c'est ce que nous avions promis, car en fait, cette idée intéressante est un peu gâchée : les développeurs ne sont pas allés assez loin pour profiter du concept. En fait, si la plupart des cartes du jeu sont effectivement au niveau 2 et ont un sous-sol, alors nous pouvons rarement utiliser cette option pour contourner les défenses ennemies pour des attaques délicates. En fait, les entrées de sous-sol sont souvent placées près du centre de la carte plutôt que sur les bords, ce qui interdit automatiquement aux joueurs de contourner les défenses ennemies par le sous-sol. Heureusement, il est possible de creuser n'importe où, mais le concept devrait vraiment être approfondi car il y a suffisamment de choses pour faire quelque chose de grand. Les sous-sols sont riches en ressources naturelles, il n'est donc pas inutile d'y installer des bases satellites pour récolter de l'or ou des gemmes. Ces deux plans de jeu sont également utilisés pour certains sorts qui ont un effet sur les deux niveaux du jeu : vous lancez un sort depuis le sous-sol, et il agit aussi sur les choses du dessus, et inversement. Assez bien, mais comme nous l'avons déjà dit, nous sommes toujours un peu frustrés que toutes ces bonnes idées n'aient pas été poussées plus loin. Pourtant, dans ces deux niveaux de jeu, on pourrait s'inquiéter d'un pathfinding catastrophique. Ce n'est pas le cas, les unités peuvent facilement être déplacées entre les deux avions et la présence de 2 cartes différentes à l'écran permet de visualiser très simplement l'ensemble de la situation. Mais une bonne orientation ne signifie pas une excellente IA au combat, et dans Army of Exigo, nous sommes loin d'être parfaits à ce stade. Par conséquent, nous constatons parfois que même si votre camp est attaqué, les troupes que vous déployez ne peuvent pas faire quelques pas pour engager l'ennemi. Pour ne rien arranger, il n'existe aucun moyen de gérer l'attitude de vos sbires, c'est-à-dire de les mettre en position défensive, offensive ou neutre. Ici, ils n'ont reçu que deux ordres : patrouiller ou tenir bon. c'est ça ! Un jeu de stratégie assez limité ! D'autre part, en ce qui concerne le multijoueur, nous trouvons toutes les options stylées pour participer aux jeux Capture the Flag ou King of the Hill en plus du match à mort classique. En revanche, on regrette un peu que le mode escarmouche soit limité au deathmatch, et qu'on ne puisse pas jouer en CTF ou King of the Hill en solo. Les petites idées sont toutes les mêmes : vous pouvez jouer aux échecs... aux échecs ! Non, vous ne rêvez pas ! La carte a une disposition en échiquier où vous pouvez déplacer des unités comme des pièces dans un jeu de société. Un petit plus qui n'apporte rien au jeu en lui-même, mais très sympa. Bref, on s'est retrouvé avec un joli petit STR, mais c'est sûr que ce ne sera pas un jalon dans l'histoire du jeu vidéo comme certains Warcraft 3 avant.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!