Test Army Corps of Hell | PS VITA

Reçu le jour de sa sortie de la part de Square Enix, Army Corps of Hell a été le tout premier jeu auquel j’ai joué sur PS Vita.
Ayant fini les 20 premiers niveaux du jeu (qui en compte 40), j’ai décidé de vous donner sans plus tarder mon avis sur Army Corps of Hell. D’autant plus qu’après avoir tué le boss du niveau 20 et avant d’accéder au purgatoire (niveau 21 à 30), j’ai eu le droit à des crédits de fin.

Pour info, toutes les captures du jeu ont été faites depuis ma PS Vita.

Histoire du jeu

Vous incarnez le Dieu de l’Enfer. Après avoir été déchu, vous n’avez qu’un seul objectif : récupérer votre trône. Pour y arriver, vous pourrez vous appuyer sur votre armée de gobelins repartie en différentes classes…

Jouabilité

Autant le dire tout de suite, Army Corps of Hell est un jeu très facile à prendre en main.
Commençant avec une petite armée de quelques gobelins, vous serez très vite amené à en diriger 100. Cependant, bien que le nombre soit assez impressionnant, vous ne verrez aucune différence de gameplay.

Les gobelins servent à la fois d’arme et de bouclier au Dieu de l’Enfer. Vous vous dirigez avec le stick gauche, gérez la caméra au stick droit, X pour faire une micro accélération, les gâchettes pour cibler et envoyer la classe de gobelin sélectionnée. Chaque classe peut être sélectionnée avec une touche qu’il lui est propre : carré pour les mages, triangle pour les lanciers et ronds pour les soldats.
Les soldats vous serviront pour les combats rapprochés, avec les mages vous pourrez restez à distance de vos ennemis et ainsi esquiver un maximum de coup et vous lancerez vos lanciers sur les ennemis les plus loin.

Avant de vous jetez corps et âme dans un niveau, il faudra faire attention de bien équilibrer votre armée, en fonction du type d’ennemis rencontrés sur le niveau : démons, dragons, insectes, spécialiste du feu, spécialistes des éclairs. Il est logique que vous n’enverrez pas des soldats ou des lanciers sur un ennemi en feu et que dans ce cas vous privilégierez une attaque à distance via vos mages.

Bref, nous pouvons voir ici qu’il y a quand même une part de stratégie dans ce jeu d’action et qu’il ne faut pas foncer la tête baissée.

Si vos gobelins viennent à mourir, il est possible de les ressusciter en vous approchant de leur cadavre. Si vous n’avez pas de cadavre à votre disposition, il y a toujours 1 cage ou 2 reparties dans le niveau qui vous permettront d’échanger une boule rouge ramassée contre un gobelin de la classe que vous souhaitez.

Durant vos combats, vous pourrez également envoyer vos gobelins sur les cadavres de vos ennemis. Cela les nourrira, vous rendra des fois de la vie mais surtout, vous permettra de récupérer quelques compos. Grâce à ces compos, vous pourrez pratiquer l’alchimie, afin d’augmenter l’efficacité de vos troupes en améliorant leur arme et leur tenue.

De temps en temps, après une victoire, les gobelins vous offriront une nouvelle cape ou un nouveau casque. Cela permettra d’augmenter légèrement la vie du Dieu de l’Enfer et son champs de résurrection pour les gobelins.

Si je devais mettre un point négatif au niveau de la jouabilité, cela serait pour la gestion de la caméra. Dans certains passages, la caméra a un peu fait des siennes…

Fonctionnalités de la PS Vita utilisées dans Army Corps of Hell

– l’écran tactile : vous permet de lancer des bonus durant un niveau. Bonus qui agit soit sur votre vie, soit sur le moral de vos troupes.
– le pavé tactile : vous permet de réaliser les bonus déclenchés, sous forme de mini-jeu en balayant la surface avec vos doigts ou en tapotant à la manière d’un tam tam.

Graphismes

Autant le dire tout de suite, si vous vous attendez à des graphismes à la Wipeout 2048 ou à la Uncharted Golden Abyss, passez votre chemin.
Les graphismes sont très simples mais efficaces. Les décors manquent de textures, la modélisation des gobelins est un peu carrée, mais bon comme nous voyons l’action avec une vue haut reculée, cela ne dérange pas. Après, au final au tourne un peu sur les mêmes types de décors : une plateforme, des pièges de feu, des barrières électrique, bref une vision de l’enfer.

Chaque niveau est entrecoupé par une petit scène (souvent agrémentée d’une touche d’humour), mettant en scène le Dieu de l’enfer et ses serviteurs gobelins.

Bande son

Ah nous y sommes, voila LE point qui donne vraiment au jeu le petit plus : sa bande son Heavy Metal. Avec une ambiance sonore aussi soignée, il est dur de décrocher du jeu !

Durée de vie

Le jeu comporte 40 niveaux repartis en 3 paliers : 1 à 20 – 21 à 30 et 31 à 40. Comptez entre 10 et 20min par niveau.

Multijoueurs

Army Corps of Hell propose un mode multijoueurs pouvant accueillir jusqu’à 4 joueurs en ad-hoc. Je ne l’ai pas encore testé. Greg devrait prochainement recevoir son exemplaire UK, commandé la semaine dernière. Je ne manquerai donc pas de revenir mettre mon avis en commentaire sur ce mode.

Conclusion

Avec un doux mélange de pikmin, overlord, une touche d’humour et un brin de violence, Army Corps of Hell a de quoi s’attirer les faveurs de nombreux joueurs. Ajoutez à cela une bande son qui déchire et une utilisation parfaite des fonctionnalités apportées par la PS Vita, et vous obtenez un jeu qui en vaut la chandelle.
Comme je le dis un peu plus haut, les seuls points qui peuvent déranger sont la gestion de la caméra et les graphismes assez simplistes.

Si vous êtes intéressé par le jeu, sachez qu’il est vendu 39,99 €. Vous trouverez Army Corps of Hell au meilleur prix sur Amazon.