Test Assassin’s Creed The Ezio Collection : un portage réussi sur Nintendo Switch

La licence Assassin’s Creed, vieille de quinze ans, a impressionné de nombreux joueurs et fait aujourd’hui partie des licences phares du jeu vidéo. Alors que beaucoup débattent encore de ce qui est le meilleur de la saga, un est en très bonne position : Assassin’s Creed II et son protagoniste charismatique, Ezio Auditore. C’est formidable, car Ubisoft a décidé d’apporter notre trilogie Don Juan de la Renaissance sur la Nintendo Switch. Mais est-ce que ce geste le rend fier ? C’est ce que nous verrons.

Sortie sur PC, PS4 et Xbox One, cette collection Ezio comprend Assassin’s Creed II, Assassin’s Creed : Brotherhood et Assassin’s Creed : Revelations. Comme le nom de la série l’indique, ces trois jeux racontent les aventures d’Ezio Auditore da Firenze, un jeune homme insouciant issu d’une famille aisée qui, dans ses temps libres, aime aussi les playboys. Mais tout a changé lorsqu’il a réalisé que sa famille était impliquée dans un conflit mondial entre les Templiers et les Assassins. De Florence à Constantinople, en passant par Rome, Ezio va ainsi développer l’habitude de sa confrérie ancestrale, traquer les Templiers et récupérer la précieuse Pomme d’Eden. Mais comme le savent les connaisseurs d’Assassin’s Creed, ces jeux ne se contentent pas de vous plonger dans le passé. Nous suivons également Desmond Miles alors qu’il revit les souvenirs de son ancêtre, l’Assassin, Ezio. Mais à trop aller et venir entre passé et présent, sa propre intégrité est compromise. Ainsi, à travers cette trilogie, vous retrouverez deux histoires complexes qui ont joué un rôle fondateur dans toute la saga.

Toujours plus Ezio

Tout d’abord, il est important de faire un petit point sur le contenu. Comme nous l’avons dit, cette série rassemble trois œuvres de la saga Ezio (Assassin’s Creed II, Brotherhood et Revelations). Pour ceux qui ne connaissent pas la franchise, sachez qu’il ne s’agit pas d’épisodes anecdotiques de la série. Aujourd’hui encore, Ezio reste l’un des assassins préférés des joueurs. Quant à Assassin’s Creed II, il est considéré par beaucoup comme le meilleur épisode de la licence. On peut dire que s’il y a une trilogie à découvrir (même 13 ans plus tard), c’est bien celle-ci. On peut au moins dire qu’il y a beaucoup à faire. En comptant environ 45 heures, complétez l’histoire principale des trois œuvres. Si la quête du 100% vous anime, vous pouvez prolonger la durée de vie de cette série à plus de 100 heures.

A noter que tous les DLC et autres bonus (armes et tenues spéciales) sont également inclus dans cette collection. Cela permet de proposer un contenu plus riche et de vivre de nouvelles aventures avec des personnages historiques comme le grand Léonard de Vinci. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’univers d’Assassin’s Creed, sachez que la série comprend également Bloodlines et Embers. Ces deux œuvres scénarisées (un court, un dessin animé) vous donneront quelques éléments supplémentaires pour vous immerger pleinement dans le monde des Assassins.

Pourtant, rien ne condamne l’absence de mode multijoueur ou le manque de nouveauté. En effet, au niveau du contenu, le jeu est toujours le même qu’il était alors. Ne vous attendez pas à de petites surprises. Donc, si vous avez fait les trois, il y a peu d’intérêt à obtenir la série à moins que vous ne laissiez parler votre nostalgie. Car c’est quand même plaisant de remonter à la source de la licence qui a changé depuis. D’autant plus que ce portage rend hommage à la trilogie passée.

Un charmant portier…

Malgré les capacités limitées de la console, Assassin’s Creed : Ezio Collection nous a offert une expérience fluide et magnifiquement emballée. Le rendu est respectable aussi bien en mode portable qu’en mode docké. Les décors sont beaux, les rues sont animées et seuls les visages des personnages accrochent vraiment d’un point de vue graphique. C’est encore plus réjouissant sur Assassin’s Creed II qui profite de couleurs moins ternes, de textures plus fines et d’un éclairage premium par rapport à l’original. De plus, tout est super fluide, ce qui améliore l’expérience sur une console Nintendo. Aucune baisse de framerate n’a été remarquée, et certains des bugs que nous avons rencontrés au cours de l’aventure étaient également présents dans les versions précédentes de la série.

Il y a aussi quelques améliorations mineures par rapport à ce dernier. Le HUD a été optimisé pour la console afin de le rendre plus lisible. La série profite également de la possibilité d’une Switch avec une interface tactile et différents modes, permettant de profiter pleinement de ces graphismes repensés selon que l’on est en mode portable ou docké. Les petits détails sont appréciés, même s’ils ne changent pas profondément l’expérience.

Mais sans surprise, ce port Nintendo Switch est inférieur aux versions PC, PS4 et Xbox One publiées plus tôt. En effet, les distances d’affichage sont plus courtes, l’aliasing est perceptible et le clipping est omniprésent. Comme l’est la qualité de ce portage pour consoles, il est tout de même recommandé de vous booter sur une version précédente si possible. Mais si ce n’est pas le cas, pas de panique : les graphismes de la Switch sont loin d’être mauvais et ne devraient pas vous poser de réels problèmes.

… mais c’est obsolète

Comme nous l’avons dit, Assassin’s Creed II est sorti il ​​y a environ 13 ans. Si ce titre offrait une très bonne jouabilité au lancement, il vieillit déjà. Escalade imprécise, plus de combat que de sommation, une IA qui capte (surtout lorsqu’il détecte Ezio alors qu’il se tient à côté)… De notre point de vue contemporain, le jeu regorge de défauts qui peuvent être frustrants. Selon vos sensibilités, ils pourraient même vous invite à poser la console. Mais si le gameplay ne vous fait pas peur, ou si vous êtes naturellement patient, cela vaut la peine de garder une petite habitude. Surtout dans Brotherhood et Revelation, il y a beaucoup moins de ces erreurs.

Cependant, on peut regretter le manque d’amélioration à ce niveau. On l’avait déjà imaginé en testant Ezio Collection sur PS4 et Xbox One en 2016 : on attendait encore plus de ce remake du jeu original. De légers changements ne seront pas beaucoup et rendront ces titres plus accessibles. Les petits détails sont également décourageants, comme les commandes légèrement différentes d’une pièce à l’autre. Bref, cette série aurait mérité plus de travail pour l’apprécier à sa juste valeur aujourd’hui. Mais cette sortie reste un excellent moyen de découvrir l’essence de la série.

En résumé !

Test Assassin’s Creed The Ezio Collection : un portage réussi sur Nintendo Switch

La licence Assassin's Creed, vieille de quinze ans, a impressionné de nombreux joueurs et fait aujourd'hui partie des licences phares du jeu vidéo. Alors que beaucoup débattent encore de ce qui est le meilleur de la saga, un est en très bonne position : Assassin's Creed II et son protagoniste charismatique, Ezio Auditore. C'est formidable, car Ubisoft a décidé d'apporter notre trilogie Don Juan de la Renaissance sur la Nintendo Switch. Mais est-ce que ce geste le rend fier ? C'est ce que nous verrons. Sortie sur PC, PS4 et Xbox One, cette collection Ezio comprend Assassin's Creed II, Assassin's Creed : Brotherhood et Assassin's Creed : Revelations. Comme le nom de la série l'indique, ces trois jeux racontent les aventures d'Ezio Auditore da Firenze, un jeune homme insouciant issu d'une famille aisée qui, dans ses temps libres, aime aussi les playboys. Mais tout a changé lorsqu'il a réalisé que sa famille était impliquée dans un conflit mondial entre les Templiers et les Assassins. De Florence à Constantinople, en passant par Rome, Ezio va ainsi développer l'habitude de sa confrérie ancestrale, traquer les Templiers et récupérer la précieuse Pomme d'Eden. Mais comme le savent les connaisseurs d'Assassin's Creed, ces jeux ne se contentent pas de vous plonger dans le passé. Nous suivons également Desmond Miles alors qu'il revit les souvenirs de son ancêtre, l'Assassin, Ezio. Mais à trop aller et venir entre passé et présent, sa propre intégrité est compromise. Ainsi, à travers cette trilogie, vous retrouverez deux histoires complexes qui ont joué un rôle fondateur dans toute la saga. Toujours plus Ezio Tout d'abord, il est important de faire un petit point sur le contenu. Comme nous l'avons dit, cette série rassemble trois œuvres de la saga Ezio (Assassin's Creed II, Brotherhood et Revelations). Pour ceux qui ne connaissent pas la franchise, sachez qu'il ne s'agit pas d'épisodes anecdotiques de la série. Aujourd'hui encore, Ezio reste l'un des assassins préférés des joueurs. Quant à Assassin's Creed II, il est considéré par beaucoup comme le meilleur épisode de la licence. On peut dire que s'il y a une trilogie à découvrir (même 13 ans plus tard), c'est bien celle-ci. On peut au moins dire qu'il y a beaucoup à faire. En comptant environ 45 heures, complétez l'histoire principale des trois œuvres. Si la quête du 100% vous anime, vous pouvez prolonger la durée de vie de cette série à plus de 100 heures. A noter que tous les DLC et autres bonus (armes et tenues spéciales) sont également inclus dans cette collection. Cela permet de proposer un contenu plus riche et de vivre de nouvelles aventures avec des personnages historiques comme le grand Léonard de Vinci. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'univers d'Assassin's Creed, sachez que la série comprend également Bloodlines et Embers. Ces deux œuvres scénarisées (un court, un dessin animé) vous donneront quelques éléments supplémentaires pour vous immerger pleinement dans le monde des Assassins. Pourtant, rien ne condamne l'absence de mode multijoueur ou le manque de nouveauté. En effet, au niveau du contenu, le jeu est toujours le même qu'il était alors. Ne vous attendez pas à de petites surprises. Donc, si vous avez fait les trois, il y a peu d'intérêt à obtenir la série à moins que vous ne laissiez parler votre nostalgie. Car c'est quand même plaisant de remonter à la source de la licence qui a changé depuis. D'autant plus que ce portage rend hommage à la trilogie passée. Un charmant portier... Malgré les capacités limitées de la console, Assassin's Creed : Ezio Collection nous a offert une expérience fluide et magnifiquement emballée. Le rendu est respectable aussi bien en mode portable qu'en mode docké. Les décors sont beaux, les rues sont animées et seuls les visages des personnages accrochent vraiment d'un point de vue graphique. C'est encore plus réjouissant sur Assassin's Creed II qui profite de couleurs moins ternes, de textures plus fines et d'un éclairage premium par rapport à l'original. De plus, tout est super fluide, ce qui améliore l'expérience sur une console Nintendo. Aucune baisse de framerate n'a été remarquée, et certains des bugs que nous avons rencontrés au cours de l'aventure étaient également présents dans les versions précédentes de la série. Il y a aussi quelques améliorations mineures par rapport à ce dernier. Le HUD a été optimisé pour la console afin de le rendre plus lisible. La série profite également de la possibilité d'une Switch avec une interface tactile et différents modes, permettant de profiter pleinement de ces graphismes repensés selon que l'on est en mode portable ou docké. Les petits détails sont appréciés, même s'ils ne changent pas profondément l'expérience. Mais sans surprise, ce port Nintendo Switch est inférieur aux versions PC, PS4 et Xbox One publiées plus tôt. En effet, les distances d'affichage sont plus courtes, l'aliasing est perceptible et le clipping est omniprésent. Comme l'est la qualité de ce portage pour consoles, il est tout de même recommandé de vous booter sur une version précédente si possible. Mais si ce n'est pas le cas, pas de panique : les graphismes de la Switch sont loin d'être mauvais et ne devraient pas vous poser de réels problèmes. ... mais c'est obsolète Comme nous l'avons dit, Assassin's Creed II est sorti il ​​y a environ 13 ans. Si ce titre offrait une très bonne jouabilité au lancement, il vieillit déjà. Escalade imprécise, plus de combat que de sommation, une IA qui capte (surtout lorsqu'il détecte Ezio alors qu'il se tient à côté)... De notre point de vue contemporain, le jeu regorge de défauts qui peuvent être frustrants. Selon vos sensibilités, ils pourraient même vous invite à poser la console. Mais si le gameplay ne vous fait pas peur, ou si vous êtes naturellement patient, cela vaut la peine de garder une petite habitude. Surtout dans Brotherhood et Revelation, il y a beaucoup moins de ces erreurs. Cependant, on peut regretter le manque d'amélioration à ce niveau. On l'avait déjà imaginé en testant Ezio Collection sur PS4 et Xbox One en 2016 : on attendait encore plus de ce remake du jeu original. De légers changements ne seront pas beaucoup et rendront ces titres plus accessibles. Les petits détails sont également décourageants, comme les commandes légèrement différentes d'une pièce à l'autre. Bref, cette série aurait mérité plus de travail pour l'apprécier à sa juste valeur aujourd'hui. Mais cette sortie reste un excellent moyen de découvrir l'essence de la série.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!