Test Azur et Asmar

Si vous êtes un fan d’animation, vous ne pouvez certainement pas manquer le dernier opus de Michel Ocelot « Azur et Asmar », largement salué par les médias. Les personnes derrière les aventures de Kirikou aiment s’inspirer d’histoires et de légendes étrangères pour créer des histoires simples pleines de poésie et de malice. Azur et Asmar est une ode à la différence, à la fraternité et à la tolérance. Malheureusement, vous devez jouer cette adaptation en quantités astronomiques.

Situé dans le Moyen-Orient médiéval, l’application vous permet d’alterner entre Azur et Asmar. Les deux personnages sont des frères adoptifs, élevés par une femme dévouée qui au fil des ans les a submergés d’histoires mystérieuses sur les fées Djinns. En grandissant, le fils natif d’un écuyer local, blond, à la peau blanche et aux yeux bleus, a décidé de partir à la recherche de fées. Pour ne pas être en reste, le fils de l’infirmière Asma, à la peau foncée et aux yeux noirs, s’est également mis à poursuivre un rêve qui a secoué son enfance. Ainsi, les deux jeunes hommes rivaliseront d’audace et d’ingéniosité, et travailleront à leur quête fraternelle. Le film utilise des scènes aussi poétiques que possible, agrémentées d’un effet esthétique simple et coloré. L’adaptation en jeu vidéo tente de recréer ce côté magique sur votre PC, mais le jeu est à des années-lumière du film d’Ocelot.

Les biscuits Azur et Asmar ont beaucoup emprunté au prince de Perse. Mais attention, car je ne parle pas des moments forts du dernier épisode, Les Sables Du Temps, mais du premier jeu de la série, sorti il ​​y a environ 18 ans. Azur et Asmar auraient peut-être eu du mal à impressionner si le prince faisait sensation à l’époque. De nombreux défauts de gameplay et d’exécution empêcheront les joueurs de profiter de la balade. Nous imaginions un temps de développement court, et un pépin dans le manque apparent de moyens. Quoi qu’il en soit, vous aurez ainsi affaire à un jeu de plateforme très basique où le but est juste de passer un niveau partiel, ce qui sera assez facile à faire puisque le point de sauvegarde automatique est Legion. Le problème est que le titre souffre en premier lieu de sa production dépassée. La 2D est simple, les textures sont grossières et se chevauchent, et il y a beaucoup de bugs, même si moins que la version PC. Les animations sont également minimalistes, notamment lors des combats. Bref, Azur et Asmar ont sans doute été fortement impactés par les contraintes de temps et les contraintes techniques imposées à l’équipe de développement.

En plus des défauts esthétiques que ces petits gars pourraient pardonner, il y a quelques problèmes de jouabilité et de conception de niveau ajoutés. De ce fait, les niveaux sont truffés de pièges et de mécaniques qui manquent d’originalité : pointes s’élevant du sol, blocs rocheux tombant des voûtes des grottes, plateformes s’effondrant sous vos pieds, etc. Les deux personnages ne diffèrent que par la couleur et les vêtements, et sont traités exactement de la même manière. Si les phases d’Azur sont plus des sauts aériens et basés sur les enfants, les phases d’Asmar sont plus axées sur le combat. Les deux sont faciles à déplacer, mais il est souvent difficile de sauter au bon moment car les animations des deux héros ne permettent pas toujours de prévoir correctement. Il y avait aussi quelques problèmes mineurs de caméra, car le logiciel changeait périodiquement l’angle de vue au mauvais moment. Parlons enfin des ennemis, pas très intelligents et peu diversifiés. Tout ce que vous avez à faire est de vous rapprocher d’eux souvent et de faire une attaque qui manque de coup de poing (bizarrement, pas porté à chaque fois) pour les éliminer, et dans la plupart des cas, ils ne savent même pas ce qui va se passer ensuite. sur leurs visages. Pour ne rien arranger, essayez de sauter sur le dos d’un adversaire, il ne répondra même pas et restera immobile, ignorant qu’il est un outil de fortune pour les passagers clandestins ou qu’il est victime d’un surpoids soudain. A ce titre, Azur et Asmar auront du mal à convaincre les acquéreurs car il présente de nombreux inconvénients.

En résumé !

Test Azur et Asmar

Si vous êtes un fan d'animation, vous ne pouvez certainement pas manquer le dernier opus de Michel Ocelot "Azur et Asmar", largement salué par les médias. Les personnes derrière les aventures de Kirikou aiment s'inspirer d'histoires et de légendes étrangères pour créer des histoires simples pleines de poésie et de malice. Azur et Asmar est une ode à la différence, à la fraternité et à la tolérance. Malheureusement, vous devez jouer cette adaptation en quantités astronomiques. Situé dans le Moyen-Orient médiéval, l'application vous permet d'alterner entre Azur et Asmar. Les deux personnages sont des frères adoptifs, élevés par une femme dévouée qui au fil des ans les a submergés d'histoires mystérieuses sur les fées Djinns. En grandissant, le fils natif d'un écuyer local, blond, à la peau blanche et aux yeux bleus, a décidé de partir à la recherche de fées. Pour ne pas être en reste, le fils de l'infirmière Asma, à la peau foncée et aux yeux noirs, s'est également mis à poursuivre un rêve qui a secoué son enfance. Ainsi, les deux jeunes hommes rivaliseront d'audace et d'ingéniosité, et travailleront à leur quête fraternelle. Le film utilise des scènes aussi poétiques que possible, agrémentées d'un effet esthétique simple et coloré. L'adaptation en jeu vidéo tente de recréer ce côté magique sur votre PC, mais le jeu est à des années-lumière du film d'Ocelot. Les biscuits Azur et Asmar ont beaucoup emprunté au prince de Perse. Mais attention, car je ne parle pas des moments forts du dernier épisode, Les Sables Du Temps, mais du premier jeu de la série, sorti il ​​y a environ 18 ans. Azur et Asmar auraient peut-être eu du mal à impressionner si le prince faisait sensation à l'époque. De nombreux défauts de gameplay et d'exécution empêcheront les joueurs de profiter de la balade. Nous imaginions un temps de développement court, et un pépin dans le manque apparent de moyens. Quoi qu'il en soit, vous aurez ainsi affaire à un jeu de plateforme très basique où le but est juste de passer un niveau partiel, ce qui sera assez facile à faire puisque le point de sauvegarde automatique est Legion. Le problème est que le titre souffre en premier lieu de sa production dépassée. La 2D est simple, les textures sont grossières et se chevauchent, et il y a beaucoup de bugs, même si moins que la version PC. Les animations sont également minimalistes, notamment lors des combats. Bref, Azur et Asmar ont sans doute été fortement impactés par les contraintes de temps et les contraintes techniques imposées à l'équipe de développement. En plus des défauts esthétiques que ces petits gars pourraient pardonner, il y a quelques problèmes de jouabilité et de conception de niveau ajoutés. De ce fait, les niveaux sont truffés de pièges et de mécaniques qui manquent d'originalité : pointes s'élevant du sol, blocs rocheux tombant des voûtes des grottes, plateformes s'effondrant sous vos pieds, etc. Les deux personnages ne diffèrent que par la couleur et les vêtements, et sont traités exactement de la même manière. Si les phases d'Azur sont plus des sauts aériens et basés sur les enfants, les phases d'Asmar sont plus axées sur le combat. Les deux sont faciles à déplacer, mais il est souvent difficile de sauter au bon moment car les animations des deux héros ne permettent pas toujours de prévoir correctement. Il y avait aussi quelques problèmes mineurs de caméra, car le logiciel changeait périodiquement l'angle de vue au mauvais moment. Parlons enfin des ennemis, pas très intelligents et peu diversifiés. Tout ce que vous avez à faire est de vous rapprocher d'eux souvent et de faire une attaque qui manque de coup de poing (bizarrement, pas porté à chaque fois) pour les éliminer, et dans la plupart des cas, ils ne savent même pas ce qui va se passer ensuite. sur leurs visages. Pour ne rien arranger, essayez de sauter sur le dos d'un adversaire, il ne répondra même pas et restera immobile, ignorant qu'il est un outil de fortune pour les passagers clandestins ou qu'il est victime d'un surpoids soudain. A ce titre, Azur et Asmar auront du mal à convaincre les acquéreurs car il présente de nombreux inconvénients.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!