Test Battlefield 3 : Close Quarters

Après avoir livré le premier pack de cartes, qui contenait l’ancienne gloire de la licence mélangée à la sauce Battelfield 3, DICE a finalement décidé de retourner sur le parterre Call of Duty pour faire pipi. En fait, dans Close Combat, nous avons abandonné les véhicules et les environnements ouverts si chers à la série pour nous concentrer sur des combats d’armes à feu en intérieur entre de petits groupes d’infanterie. Les meubles passent un sale quart d’heure, comme vous dites.

Pour 15 €, Close Quarters vous donne accès à 10 nouvelles armes, 4 nouveaux environnements et 2 modes supplémentaires, tous conçus pour taquiner Call of Duty dans votre propre pays. Pourquoi ? Simple, car ici, il est recommandé de jouer à 16 personnes maximum, l’environnement proposé est pensé pour plaire aux amateurs de couloir, et le nouveau mode met davantage l’accent sur la compétence de chacun plutôt que sur la politique de groupe. Ici, parlons d’abord du mode maître d’arme.

Tout comme ce que Black Ops a introduit en multijoueur fin 2010, Master of Arms vous permet de démarrer chaque partie avec un simple pistolet, mais à chaque fois que vous tuez 2, votre arme est remplacée par une autre, une arme généralement plus puissante remplacée. Le compteur placé en bas de l’écran vous indique également où vous en êtes dans les 17 niveaux disponibles, sachant que le dernier ne vous permettra pas d’utiliser une mitraillette à neutrons, mais un bon vieux couteau de famille, l’histoire permet de prouver que tu es fort et réel. C’est très fun à jouer, ce mode rend fier de ses qualités de tueur et pas forcément du collectif, et c’est toujours bien de suivre ses potes même quand on n’est pas bien équipé.

Un autre mode de jeu est plus classique. Appelé Domination by Conquest, il vous permet de capturer 3 points de contrôle répartis sur la carte, puis de les conserver le plus longtemps possible pour faire baisser le capital box-office de vos ennemis. La différence avec le mode Conquête de base est que les points sont capturés très rapidement, donc changer de main ne prend que quelques secondes. Si vous ajoutez que le conflit se déroule sur une carte relativement petite, avec beaucoup d’espaces clos et de couloirs, vous obtenez quelque chose de très coquin et de très tendu. Encore une fois, un avertissement aux habitués du champ de bataille, les compétences sont souvent plus importantes que les tactiques d’équipe. Sachez également que les fusils à pompe comme les grenades, FAMAS, F2000, etc. sont omniprésents dans le jeu en raison de la situation, et ce n’est pas pour rendre le tout plus subtil.

Mais maintenant, regardons les cartes par nous-mêmes. Tour Ziba emmène le joueur dans un hôtel de luxe qui propose une série de petites chambres, entièrement meublées, avec des escaliers fermés ou hermétiques, en plus d’une cour centrale et de plusieurs balcons sur lesquels il ne faut pas s’attarder. De son côté, la ferraille offre un environnement plus industriel, avec des entrepôts rouillés reliés par des passerelles ouvertes et des canalisations. Forteresse Donya nous a invité à faire de la douleur dans un joli petit coin du Moyen-Orient. Sa structure est très similaire à la Tour Ziba, mais elle offre quelques espaces légèrement dégagés, notamment de petites cours accessibles depuis de multiples points qui ont aussi bon goût surplombés par les couloirs ouverts. C’est génial pour les embuscades, donc selon le jeu, c’est à la fois amusant et frustrant. L’opération 925 permet enfin de se faire mal dans un espace ouvert aux murs de papier et un parking souterrain où plusieurs voitures se font un plaisir d’exploser sous les balles. Cette dernière est sans doute la plus aboutie car elle offre plus de variété que ses sœurs, hélas, un rapide coup d’œil sur les serveurs vous permettra de constater qu’Operation 925 est loin d’être la carte la plus populaire du pack.

Évidemment, Battlefield 3 exige que l’on puisse se contenter de peindre tous ces décors de cartes. Cela dit, on parle vraiment ici de décoration au sens premier, car si le moteur Frostbite met toujours l’accent sur les atteintes à l’environnement, il semblerait que ce qui nous est proposé dans Close Quarters soit surtout esthétique, alors que les fonctionnalités sont plutôt limitées et a un impact sur le gameplay. Certes, c’était amusant de voir quelques murs brisés, des fenêtres brisées partout et des écrans de tablette déchirés, mais nous avons également dû faire face à une tonne de murs invincibles construits arbitrairement. Cependant, il n’y a rien d’effrayant car l’immersion existe ! Enfin, terminons notre petit tour d’horizon avec une sélection de nouvelles armes dans le pack. Vous aurez d’abord la chance de les tester en mode maître d’armes avant de les déverrouiller à la dure pour les intégrer à votre pack classique. Amis du gros calibre et des belles culasses, bienvenue dans les fusils d’assaut AUG et SCAR-L, L86A1 et LSAT SMG, les fusils de sniper JNG-90 et M417 (enfin gourmands !), ACW Rifle-R et MTAR-21, SPAS-12 Pump et la plus jeune mitraillette sous le nom de MP5K. Bref, beaucoup de choses à tester sous divers aspects. Cette petite liste un peu indigeste nous laisse voir que le pack est finalement assez complet. Quant aux rivaux de Call of Duty et experts en DLC, il sera reproché d’être trop cher. Puis il est apparu clairement que l’idée de disposer une telle carte pour un jeu particulièrement précieux pour des combats à grande échelle dans un environnement ouvert propice aux combats de véhicules ne satisferait peut-être pas tout le monde, en particulier les fans de longue date de la série. Vous êtes prévenu.

En résumé !

Test Battlefield 3 : Close Quarters

Après avoir livré le premier pack de cartes, qui contenait l'ancienne gloire de la licence mélangée à la sauce Battelfield 3, DICE a finalement décidé de retourner sur le parterre Call of Duty pour faire pipi. En fait, dans Close Combat, nous avons abandonné les véhicules et les environnements ouverts si chers à la série pour nous concentrer sur des combats d'armes à feu en intérieur entre de petits groupes d'infanterie. Les meubles passent un sale quart d'heure, comme vous dites. Pour 15 €, Close Quarters vous donne accès à 10 nouvelles armes, 4 nouveaux environnements et 2 modes supplémentaires, tous conçus pour taquiner Call of Duty dans votre propre pays. Pourquoi ? Simple, car ici, il est recommandé de jouer à 16 personnes maximum, l'environnement proposé est pensé pour plaire aux amateurs de couloir, et le nouveau mode met davantage l'accent sur la compétence de chacun plutôt que sur la politique de groupe. Ici, parlons d'abord du mode maître d'arme. Tout comme ce que Black Ops a introduit en multijoueur fin 2010, Master of Arms vous permet de démarrer chaque partie avec un simple pistolet, mais à chaque fois que vous tuez 2, votre arme est remplacée par une autre, une arme généralement plus puissante remplacée. Le compteur placé en bas de l'écran vous indique également où vous en êtes dans les 17 niveaux disponibles, sachant que le dernier ne vous permettra pas d'utiliser une mitraillette à neutrons, mais un bon vieux couteau de famille, l'histoire permet de prouver que tu es fort et réel. C'est très fun à jouer, ce mode rend fier de ses qualités de tueur et pas forcément du collectif, et c'est toujours bien de suivre ses potes même quand on n'est pas bien équipé. Un autre mode de jeu est plus classique. Appelé Domination by Conquest, il vous permet de capturer 3 points de contrôle répartis sur la carte, puis de les conserver le plus longtemps possible pour faire baisser le capital box-office de vos ennemis. La différence avec le mode Conquête de base est que les points sont capturés très rapidement, donc changer de main ne prend que quelques secondes. Si vous ajoutez que le conflit se déroule sur une carte relativement petite, avec beaucoup d'espaces clos et de couloirs, vous obtenez quelque chose de très coquin et de très tendu. Encore une fois, un avertissement aux habitués du champ de bataille, les compétences sont souvent plus importantes que les tactiques d'équipe. Sachez également que les fusils à pompe comme les grenades, FAMAS, F2000, etc. sont omniprésents dans le jeu en raison de la situation, et ce n'est pas pour rendre le tout plus subtil. Mais maintenant, regardons les cartes par nous-mêmes. Tour Ziba emmène le joueur dans un hôtel de luxe qui propose une série de petites chambres, entièrement meublées, avec des escaliers fermés ou hermétiques, en plus d'une cour centrale et de plusieurs balcons sur lesquels il ne faut pas s'attarder. De son côté, la ferraille offre un environnement plus industriel, avec des entrepôts rouillés reliés par des passerelles ouvertes et des canalisations. Forteresse Donya nous a invité à faire de la douleur dans un joli petit coin du Moyen-Orient. Sa structure est très similaire à la Tour Ziba, mais elle offre quelques espaces légèrement dégagés, notamment de petites cours accessibles depuis de multiples points qui ont aussi bon goût surplombés par les couloirs ouverts. C'est génial pour les embuscades, donc selon le jeu, c'est à la fois amusant et frustrant. L'opération 925 permet enfin de se faire mal dans un espace ouvert aux murs de papier et un parking souterrain où plusieurs voitures se font un plaisir d'exploser sous les balles. Cette dernière est sans doute la plus aboutie car elle offre plus de variété que ses sœurs, hélas, un rapide coup d'œil sur les serveurs vous permettra de constater qu'Operation 925 est loin d'être la carte la plus populaire du pack. Évidemment, Battlefield 3 exige que l'on puisse se contenter de peindre tous ces décors de cartes. Cela dit, on parle vraiment ici de décoration au sens premier, car si le moteur Frostbite met toujours l'accent sur les atteintes à l'environnement, il semblerait que ce qui nous est proposé dans Close Quarters soit surtout esthétique, alors que les fonctionnalités sont plutôt limitées et a un impact sur le gameplay. Certes, c'était amusant de voir quelques murs brisés, des fenêtres brisées partout et des écrans de tablette déchirés, mais nous avons également dû faire face à une tonne de murs invincibles construits arbitrairement. Cependant, il n'y a rien d'effrayant car l'immersion existe ! Enfin, terminons notre petit tour d'horizon avec une sélection de nouvelles armes dans le pack. Vous aurez d'abord la chance de les tester en mode maître d'armes avant de les déverrouiller à la dure pour les intégrer à votre pack classique. Amis du gros calibre et des belles culasses, bienvenue dans les fusils d'assaut AUG et SCAR-L, L86A1 et LSAT SMG, les fusils de sniper JNG-90 et M417 (enfin gourmands !), ACW Rifle-R et MTAR-21, SPAS-12 Pump et la plus jeune mitraillette sous le nom de MP5K. Bref, beaucoup de choses à tester sous divers aspects. Cette petite liste un peu indigeste nous laisse voir que le pack est finalement assez complet. Quant aux rivaux de Call of Duty et experts en DLC, il sera reproché d'être trop cher. Puis il est apparu clairement que l'idée de disposer une telle carte pour un jeu particulièrement précieux pour des combats à grande échelle dans un environnement ouvert propice aux combats de véhicules ne satisferait peut-être pas tout le monde, en particulier les fans de longue date de la série. Vous êtes prévenu.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!